Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/09/2012

Partie de tennis-ballon avec Lucas Biglia

 

14:50 Écrit par tackle on web dans International, RSC ANDERLECHT, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lucas biglia, argentine, anderlecht, lionel messi |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

16/10/2011

Anderlecht - Standard 5-0: le bulletin de notes des mauves

anderlecht,standard,jupiler league,lucas biglia,dieumerci mbokani,milan jovanovic,marcin wasilewskiProto 6: Il sera sans doute content d'avoir une moins bonne cote puisqu'il n'a rien eu à faire. Le dernier rempart mauve a sans doute vécu le Clasico le plus pépère de sa carrière. S'il était resté dans ses pénates, on aurait même pas vu la différence.

Wasyl 7,5: Le polonais a complètement mis Van Damme sous l'étreignoir dans le duel des "brutes". Son pénalty transformé était évidemment tout symbolique après les événements qu'il avait connu contre le Standard voici deux saisons.

Kouyaté 7: On a seulement vu Tchité parce qu'il s'est démarqué capilairement parlant. Footballistiquement par contre, le grand échalat sénégalais a étouffé Mémé grâce à son sens de l'anticipation et à sa vitesse. Ne reste plus qu'à bosser cette relance !

Juhasz 7: Le leader de la défense a rayonné en maître de sa ligne arrière. Une prestation aboutie dans son style traditionnel à savoir le placement, le jeu de tête et la sobriété. Clair, net et précis.

Safari 7: Le suédois continue son petit bonhomme de chemin sur son côté gauche. Tranquille défensivement, il n'a pas hésité à s'aventurer au-delà de la ligne médiane lorsque des espaces se libéraient. Son meilleur match depuis son arrivée au Parc Astrid

Biglia 9: L'aspirateur de ballons au milieu du terrain. El Principito a brillé au milieu du terrain en récupérant, en distribuant et en donnant les phases arrêtées avec précision. A l'image de son début de saison : proche de la perfection. Le capitaine : c'est lui !

Kljestan 8: Le parfait complément de Biglia. Il travaille, il sait relancer. C'est un Kljestan transfiguré que l'on découvre cette saison.

Suarez 8,5: Oserait-on dire qu'il est un peu moins en vue que les semaines précédentes ? Pas vraiment, mais avec tant de joueurs décisifs à ses côtés, il n'a plus besoin d'être le seul détonateur. Ce soir, il fut cependant encore décisif avec un assist pour Jova au terme d'un splendide effort sur le flanc gauche et avec un but plein de sang froid après un duel gagné contre Bolat.

Gillet 8: Comme dans pratiquement chaque Clasico, le box-to-box a inscrit son pion syndical contre son meilleur rival. Après un début de saison difficile, il s'est remis en question et a retrouvé son meilleur niveau.

Jovanovic 8,5: C'est un Jova surmotivé qui s'est livré sans compter contre ses anciennes couleurs. Il a non seulement débloqué le match de la tête mais il a surtout fait preuve de beaucoup d'intelligence en jouant avec justesse comme en atteste son assist sur le but de son compère Mbokani. Même son travail défensif était quasi-impeccable. Alors Laurent Ciman, c'est qui qui faisait le malin ?

Mbokani 9: Dieu avait enfilé son plus smoking pour défier son ancien club. Quand il décide de se motiver, le congolais est réelement un attaquant de classe. Il a pesé comme jamais sur la défense centrale rouche, et inscrit un but marqué des sceaux du sang froid et de la classe. Et, on lui en a "volé" un...Quand il se permet de se balader balle au pieds entre cinq Standarmen pour permettre la remontée de ses petits camarades, on se dit qu'il est tout simplement hors-normes pour notre modeste compétition.

Canesin 7: Il a participé au festival mauve mais c'est tellement plus facile lorsque ton équipe déroule.

De Sutter n.c: Même lui a eu le droit de participer à la fête

Vargas n.c: Montée à 5 minutes de la fin. C'est ce qu'on appelle le luxe.

F.Chl.

20:48 Écrit par tackle on web dans Bulletin de notes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : anderlecht, standard, jupiler league, lucas biglia, dieumerci mbokani, milan jovanovic, marcin wasilewski |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

14/10/2011

Anderlecht veut voir la vie en mauve

anderlecht,jupiler league,in purple we trust,ronald vargas,milan jovanovic,dieumerci mbokani,lucas biglia,silvio protoLe club le plus titré du pays s'est donné les moyens pour retrouver les lauriers nationaux et battre son éternel rival. Et voici, pourquoi Anderlecht battra le Standard.

Ce dimanche, Anderlecht n'aura pas le droit à l'erreur contre le Standard. Si une contre-performance ne sera pas rédhibitoire dans la conquête du championnat, c'est surtout pour le prestige que les mauves voudront vaincre leur éternel rival. Après une saison 2010-2011 décevante, le club de la capitale a délié les cordons de la bourse pour s'offrir une équipe compétitive. En débauchant Ronald Vargas au FC Bruges et en rapatriant au pays Dieumerci Mbokani et Milan Jovanovic, deux pions majeurs de l'effectif du Standard qui avait remporté le championnat deux fois d'affilé, Anderlecht a voulu montrer à ses concurrents qu'il restait toujours le plus puissant du pays.

L'état de grâce de Silvio Proto

Entre les perches, Ariel Jacobs pourra compter sur un Silvio Proto au sommet de son art. Le portier de 28 ans, qui a préféré décliner une convocation en équipe nationale, s'est entrainé dans son club pour un match qui le motive toujours. Et un Proto en forme ne sera pas de trop pour pallier aux éventuels manquements d'une arrière-garde n'ayant pas encore toujours affiché tous les signes d'assurance. Aux côtés d'un Juhasz toujours aussi indispensable dans la charnière central, Kouyaté fait son trou. Sur les extérieurs, personne en revanche ne fait l'unanimité. A droite, Odoi et Wasilewski se relaient depuis le début de la saison et de l'autre côté, même si Safari a pris un léger ascendant sur Deschacht, il le doit plus au mauvais comportement extra-sportif de ce dernier qu'à la qualité de ses prestations. Mais cette défense fébrile a gagné en solidité lors de ses dernières sorties. En déplacement à Moscou et à Genk, elle a plié mais n'a pas rompu en conservant le zéro à deux reprises. Avec 8 buts concédés en 9 matchs, on peut dire que l'arrière-garde mauve tient mieux la route que celle son homolgue rouche qui a vu ses filets trembler à 10 reprises.

Lucas Biglia, empereur du milieu

Dans l'entrejeu, le Sporting a trouvé un duo de relayeurs très complémentaires. Aux côtés d'un Lucas Biglia qui aligne les prestations de haut vol depuis le début de la saison, Sacha Kljestan s'est imposé au fil des semaines. Ces deux-là sont assurément une des clés du succès anderlechtois actuel. L'Argentin, dont la qualité du passing n'est plus à démontrer, est même désormais concret puisque 4 phases arrêtées qu'il a bottées lors des trois derniers matchs ont été synonymes de goal.

Une armada offensive impressionnante

Mais, c'est surtout devant qu'Ariel Jacobs aura l'embarras du choix. Pour son compartiment offensif, le technicien diegemois aura Mbokani, Jovanovic, Suarez, Gillet, Canesin, Vargas et De Sutter à sa disposition, excusez du peu. Des choix de qualité sur le terrain et des solutions pouvant surgir du banc, voilà ce qui sera sans doute la clé dans un Clasico qui sera sans doute fermé et lors duquel un exploit individuel pourrait faire la différence. Cependant, la division offensive des bruxellois n'enfile pas encore les buts comme les perles puisqu'elle n'est seulement que la 3e du pays avec 15 buts, soit trois de plus que celle des liégeois.

Jacobs gère son noyau

Et l'entraineur dans tout cela ? Depuis qu'il s'est installé sur le petit banc du Parc Astrid, Ariel Jacobs n'a jamais fait totalement l'unanimité qu'auprès de ses dirigeants. Si l'ancien coach à succès de La Louvière a décroché un Championnat et une Coupe de Belgique, il est surtout passé à côté des grands rendez-vous. Les échecs contre Bate Borisov et le Partizan Belgrade en Champion's League ainsi que la déconvenue enregistrée lors des test-matchs contre le... Standard en attestent. Et le début de saison un peu difficile du Sporting l'a de nouveau mis sous pression. Mais depuis quelques semaines, la quiétude est revenue avec les résultats et Jacobs a semblé être en mesure de gérer la richesse de son noyau ainsi que les fortes personnalités, comme l'a montré son choix de renvoyer Deschacht sur le banc. Cependant, comme lors de chaque match au sommet, il sera attendu au tournant. Son bilan en tant que T1 contre le Standard n'est d'ailleurs pas brillant : 3 victoires, 3 nuls et 7 défaites...

Les chiffres plaident en faveur des mauves

En termes de chiffres, le début de saison des mauves est de bonne facture. Depuis sa défaite anderlecht,jupiler league,in purple we trust,ronald vargas,milan jovanovic,dieumerci mbokani,lucas biglia,silvio protoinaugurale contre Oud Heverlee - Louvain, Anderlecht a enchainé 13 matchs sans défaites, retrouvé la tête du championnat et atteint les groupes de l'Europa League dont il est en tête avec le maximum de points. Seul bémol, les pénaltys. Le traumatisme ne semble toujours effacé et contre le FC Bruges, cette lacune a sans doute coûté la victoire.

La surmotivation de Jova et Dieu

Pour leur premier match contre leurs anciennes couleurs sous leur nouvelle vareuse, Jovanovic et Mbokani voudront faire parler la poudre. Ils doivent justifier la confiance et le salaire qui leur ont été accordés par la direction anderlechtoise. S'ils venaient à faire parler la poudre contre leur ancien club, nul doute que leur cote de popularité s'envolerait encore plus dans les travées du Parc Astrid. Jova et Dieu ont déjà rapporté des points précieux depuis leur arrivée et ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin.

Un esprit de revanche à tous les étages du club

Réputé froid, le public anderlechtois aura l'occasion de démontrer qu'il est capable d'enflammer le stade Constant Van Den Stock et de porter les siens au succès. Pour cela, Anderlecht va "montrer qu'il en a..." et a lancé, dans un teasing réalisé avec les joueurs, un nouvel hymne "In Purple, we trust" qui sera entonné pour la première fois à l'occasion du Clasico. Un choix qui n'est pas innocent et qui s'inscrit dans la politique de communication parfois agressive de la direction bruxelloise envers son rival. Les précédents échecs ne sont toujours pas digéré et c'est sans doute cet esprit de revanche que l'on retrouve à tous les étages du club qui pourrait être l'arme fatale qui amènera Anderlecht au succès. Tout est donc réuni pour les fervents supporters anderlechtois puissent vraiment "croire dans le mauve".

F.Chl.