Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/04/2013

L'accueil glacial des fans du Real Madrid

Le Real Madrid a hypothéqué une bonne partie de ses chances de remporter sa decima en s'inclinant loudement 4-1 sur la pelouse du Borussia Dortmund.

Les supporters Merengue qui avaient fait le déplacement à la Signal Iduna Park n'ont pas digéré la faible prestation de leurs couleurs. Alors lorsque fans et joueurs se croisent à l'aéroport de Dortmund, c'est dans une ambiance glaciale.

C'est accompagné du chant "plus de couilles, moins de millions" que les hommes de José Mourinho ont traversé le terminal de l'aéroport.

Le message est clair.

09:53 Écrit par tackle on web dans CHAMPION'S LEAGUE, INSOLITE, SUPPORTERS, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

25/04/2013

La démonstration allemande ou la victoire de l'économie réelle

bayern1(2).jpgCette semaine aura sans doute été un choc pour ceux qui pensaient tout connaître du foot et qui s'étaient découverts une passion soudaine pour le ballon rond au rythme des exploits récents du Barça, de la Roja et de Lionel Messi. Non, le football estampillé Espagne n'est pas le plus fort du monde. On ne parlera pas de fin de cycle pour les Ibères, ce serait excessif. On évoquera tout simplement l'émergence d'un nouveau championnat longtemps snobé et pas reconnu à sa juste valeur. Un championnat qui prouve qu'on peut être performant sur le plan sportif en préférant l'économie réelle plutôt que les pétrodollars de riches mécènes. Décryptage de cette "Deutsche Qualität"

Lire la suite

18:23 Écrit par tackle on web dans ALLEMAGNE, ANALYSE, CHAMPION'S LEAGUE | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Le but injustement refusé à Marco Reus

C'était la soirée de Robert Lewandowski ce mercredi soir. Le puncheur polonais du Borussia Dortmund a martyrisé le Real Madrid à lui tout seul en plantant les quatre buts de son équipe. Un cinquième aurait pu être pris en compte pour le BVB si le juge de ligne n'avait pas prise la mauvaise décision. 

Oublié par Ramos, Reus a été parfaitement lancé sur le côté gauche par Götze et se trouvait en position idéale pour marquer. L'arbitre a rapidement signalé ce qu'il pensait être une position de hors-jeu et les acteurs se sont arrêtés de jouer. Marco Reus aurait-il réussi le même lob dans ce cas ? Difficile à dire, mais la beauté du geste y était.

Ceci dit les Allemands ne tiendront pas trop rigueur de cette erreur au juge de ligne. Ils n'ont sans doute pas oublié qu'une erreur du même type en leur faveur leur avait permis de rejoindre le carré final de cette Champion's League.

11:02 Écrit par tackle on web dans ALLEMAGNE, CHAMPION'S LEAGUE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Dortmund 4 - 1 Real: le bulletin de notes des Merengues

cr7.jpgLopez 6 : a fait ce qu'il a pu face à un Lewandowski et un Reus déchaînés. Sans ses interventions décisives en début de match et sur un éclair de génie de Gündogan notamment, le Real aurait subi une humiliation encore plus lourde. Pas mauvais à la relance, ce n'est pas sur lui que pourront se déchaîner les supporters espagnols ce jeudi matin. Iker Casillas non plus...

Ramos 4 : repositionné à droite suite à la suspension d'Arbeloa, l'Ibère a surtout montré de la nervosité. Plusieurs fois mis dans le vent à cause de la rapidité de ses opposants directs, il n'a pas retrouvé ses vieux réfexes sur le flanc de la défense. Le capitaine n'a en outre rien apporté offensivement. Pas de chance, c'est via les côtés qu'étaient censées être amorcées les attaques madrilènes. La faute à un Ozil fantômatique ou à un manque de présence physique de la part du beau Sergio ?

Varane 4 : le jeune Français continue à faire son trou au sein de la défense du Real. Mais face au Borussia, c'est surtout son manque de répondant face aux attaquants adverses qui a frappé. Il commet une faute (non-sifflée, ouf, cela aurait pu aggraver sa note) sur Reus, alors que l'Allemand aux coiffures improbables l'avait battu. Sur le 2e but, il est à nouveau pris de vitesse. Ca fait quand même beaucoup pour le "patron en devenir" de la défense merengue. On ne dira pas qu'il nous a fait une Bartra (nous ne sommes pas cruels...), mais cette rencontre doit constituer un match-référence pour l'ancien Lensois. A l'envers.

Pepe 4 : Pepe qui ne se mange pas une biscotte jaune dans un match aussi capital, en soi, ça mérite une bonne note. Malheureusement pour lui, le Portugais n'a pas su porter le poids de la charnière centrale sur ses solides épaules. Directement coupable sur les premier et troisième buts, le fou furieux madrilène n'a pas montré autant d'autorité face aux avants Schwarzgelben que sur un Messi jeté par terre. C'est plus dur, forcément.

Coentrao 5 : le Portugais peroxydé a bien combiné avec son pote Cristiano Ronaldo lors de la première mi-temps. C'est sans doute son seul fait d'armes lors de cette demi-finale. Alors que le flanc droit n'a strictement rien apporté, à gauche, ça bougeait (un peu) grâce à la paire lusitanienne. Le hic, c'est à force de découvrir son couloir, l'ancien de Benfica a surtout ouvert grand la porte à Blacy... Blazi.... Bref, ce blond à la vitesse ravageuse dont le pauvre Fabio n'a vu que la nuque.

Khedira 5,5 : l'Allemand a-t-il apporté quelque chose de probant à son équipe ? Euh... pas vraiment. Mais au moins, il s'est démené pour amener du liant entre la défense et l'attaque de la Casa Blanca. Etant donné qu'Alonso a été incapable de le faire, il fallait bien que quelqu'un s'y colle. Replacé aux côtés du rouquin en 2e période, il n'a plus marché sur les plates-bandes de Luka Modric, mais n'a quand même pas pu faire grand chose face à un Mario Götze plus remuant que jamais. Au moins, il a essayé.

Alonso 4 : défendre, arracher les ballons, les nettoyer avant de les balancer à Khedira ou Modric. Telle était la tâche de Xabi Alonso face au Borussia. Lequel a tout simplement baladé le roc madrilène. Un roc fissuré par les éclairs de Götze et Lewandowski, placés dans la zone du barbu. Pour couronner le tout, il cochonnera encore un peu plus sa prestation en concédant le penalty qui amène le 4e but. A oublier.

Ozil 4 : note pour plus tard, ne plus JAMAIS positionner Mesut Ozil à droite. Perdu sur son flanc, le maestro allemand n'a pu exploiter sa vision parabolique et son incroyable sens de la passe. Incapable de combiner avec Sergio Ramos, il n'a jamais su apporter du danger sur le front de l'attaque. Et voir Ozil aussi perdu sur son aile, ça fait mal.

Modric 4 : l'homme qui valait 30 millions (vraiment ?) était la surprise concotée par le chef Mourinho. Malheureusement pour lui, le Special One n'aura cette fois pas eu le nez creux. Titularisé juste derrière Higuain, le Croate piquait ainsi la place habituellement dévolue à Ozil. Si le Teuton aux yeux globuleux s'est perdu à droite, le blondinet n'a pas apporté grand chose au centre. C'était audacieux de miser sur le cheval Modric de la part du Mou. Mais ce sont dans les vieilles casseroles...

Ronaldo 5 : tout Madrid attendait le salut des pieds de son CR7 adoré. Mais mis à part un coup franc terriblement bien placé et un but facile offert sur un plateau par Higuain, le Portugais a manqué son rendez-vous. Piqué au vif par les Borussen, le gominé de Funchal a tout essayé pour redresser la barre. En vain. Il a touché peu de ballons et surtout raté ses actions. Décidément, il veut tout faire comme Messi, Ronaldo...

Higuain 4 : y avait-il un avant-centre côté Real ? Apparemment oui, étant donné que le nom de Gonzalo Higuain figurait sur la feuille de match. Mais l'Argentin aura surtout brillé par son absence dans le jeu et ses longues marches au poste de n°9. Inutile, tout simplement. Sauf pour profiter des (rares) trous d'Hummels et servir Ronaldo sur un plateau. Tout bénèf' pour Benzema, même s'il est sans doute trop tard.

A. He.

09:22 Écrit par tackle on web dans Bulletin de notes, CHAMPION'S LEAGUE, ESPAGNE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Dortmund - Real 4-1 : Le bulletin de notes du BVB

bob.jpgWEIDENFELLER 7,5 : Sans doute le moins sexy des quatre gardiens encore en compétition. Pourtant, face à Diego Lopez et Valdes, on ne peut pas dire que la concurrence était des plus rudes… Mais au final, on s'en fout, parce que Roman a fait le job. Zéro prise de risque sur le tomahawk parti du pied droit de CR7 après vingt minutes. Et puis, plus rien jusqu'à une sortie dans les pieds de Khedira en fin de match. Ah si, il a quand même pris un but. Mais il ne pouvait pas y faire grand-chose…

PISZCZEK 7,5 : Quand le Polonais quitte le pré à une dizaine de minutes des trois coups de sifflet, le staff des Schwarzgelben sort les bombonnes d'oxygène. Non, Lukasz ne sort pas victorieux d'un concours d'apnée. Il a juste couru après un cosmonaute pendant plus d'une heure. Et il l'a plutôt bien fait, le bougre. Ok, Ronaldo a marqué, mais Piszczek n'est pas responsable. Il pourrait en vouloir à Hummels, mais Hummels est trop beau pour qu'on lui en veuille. Bref, s'il n'y avait un certain Philipp Lahm, on tiendrait là le meilleur arrière droit du monde. Reste à s'entrainer à prononcer son nom.

SUBOTIC 8 : À Dortmund, il y a la classe et les absences d'Hummels. Puis, à côté, il y a Subotic. Un mec qui passe son temps à balancer des spoutniks dans le ciel de la Ruhr, histoire que les gars placés tout en haut de la SudTribune puissent aussi voir le ballon de près. Mais Subotic a le droit d'avoir une relance dégueulasse. Parce qu'à côté de ça, tous les duels aériens, c'était pour lui. Et les bonnes relances de la tête, bah ça n'existe pas.

HUMMELS 5 : Oui, Mats Hummels s'est troué sur le but madrilène. Oui, Mats Hummels s'est encore troué sur un corner dans le money-time qui aurait pu coûter cher. Oui, Mats Hummels n'est pas à 100%. Pourtant, la mi-temps à peine sifflée, le Westfalen… euh le Signal Iduna Park, pardon, scande le nom de son numéro 15. Parce que Mats Hummels est beau. Parce qu'il n'a fait qu'une sortie de défense balle au pied, s'arrêtant au milieu de terrain, mais que ça a suffi pour refaire de lui le plus bel arrière central du monde. Et rien que pour ça, impossible de lui mettre moins que la moyenne.

SCHMELZER 7 : Un jour, Jurgen Klopp devra avouer que Marcel est son fils. La ressemblance est trop flagrante pour être une coincidence. Par contre, s'il joue, ce n'est pas parce que papa est sur le banc. Schmelzer est solide, et Özil, certes pas à sa meilleure place, l'a appris à ses dépens. Et comme gros z'yeux ne le suivait pas sur ses montées en ligne, bah Marcel s'est fait plaisir, et a dédoublé le flanc gauche dès qu'il en avait la possibilité. Il a même tenté une frappe dégueulasse, qui aurait certainement fini dans les bras d'un supporter si personne ne l'avait déviée, mais qui a offert un but à Lewandowski. Propre.

BENDER 7 : La nuit dernière, les cauchemars de Sami Khedira ont certainement été hantés par un mec tout de jaune vêtu, avec un prénom à travailler chez Ikea. Sven Bender a montré en nonante minutes qu'il pouvait courir autant que le taureau de la Mannschaft. Sven a étouffé l'étouffant Khedira. Son match, c'était une sorte de carte de visite déposée sur le bureau de Joachim Löw. Avec dessus, ce petit mot: "Tu vois ton 6 là, avec son bandeau dégueulasse dans les cheveux? Bah en fait, je suis plus fort que lui. Bisous bisous. Sven."

GÜNDOGAN 8,5 : Avant le match, vous aviez sûrement un pote fan de Bundesliga qui vous avait mis en garde: "Gündogan, tu vas voir, c'est très fort." Au final, ce mec avec un gros nez là au milieu, il vous faisait plus marrer qu'autre chose au coup d'envoi. Et puis, vous l'avez vu violer Modric d'un double contact quasi à l'arrêt. Plus tard, vous l'avez encore vu mettre un grand pont à Sergio Ramos et enchainer d'un missile pied gauche vers la lucarne. Vous l'avez vu courir, enchainer les amours de relance et les remontées de terrain à cent à l'heure. Alors, vous avez pris votre GSM, et envoyé un texto à votre pote bouffeur de bratwurst pour lui dire qu'il avait raison. Ilkay a un gros nez, mais on l'oublie quand on le voit jouer.

BLASZCZYKOWSKI 7 : Le cauchemar des journalistes de la presse écrite était sans doute le moins étincelant du carré magique de l'attaque allemande mercredi soir, mais certainement pas le moins efficace. Il a travaillé sans relâche pour aider son pote Piszczek à contrer Cristiano Ronaldo, et a fait parler sa pointe de vitesse sur l'un ou l'autre contre supersonique sauce Borussia. Finalement, la droite polonaise aura pris le dessus sur la gauche portugaise. C'est la crise dans le sud de l'Europe, qu'on vous disait.

GÖTZE 7 : Certains l'annonçaient sur le banc au coup d'envoi. Tous se demandaient comment le public allait l'accueillir. Mario Götze, vingt ans à peine, allait-il supporter la pression ? Neuvième minute, centre pied gauche sur Lewandowski, et but. Onzième minute, sombrero sur Sergio Ramos dans le rectangle. Au quart d'heure, tout le stade avait déjà oublié qu'il partait au Bayern dans quelques mois. Après, Mario s'est un peu éteint, mais rien que son entame de match valait le détour. Il faudra faire une place pour sa gueule d'ange dans le casting de luxe du FC Hollywood.

REUS 9 : Devant sa télévision, Kenenisa Bekele a dû trembler pour son record du monde du 10.000 mètres. Parce que franchement, après un quart d'heure, Reus n'était pas loin d'avoir avalé dix bornes. Ses accelérations balle au pied ont fait pleurer la défense madrilène, Varane en tête. En deuxième mi-temps, il s'est même permis d'envoyer une louche magique dans le but de Diego Lopez après que l'arbitre l'ait signalé hors-jeu. Impossible pour l'arbitre de lui mettre un carton après un tel geste. Reste donc à régler le problème de cette improbable coupe de cheveux. Parce que là, on n'est pas à l'abri qu'il enfile un costume à pois pour aller chercher son Ballon d'Or...

LEWANDOWSKI 10 : Robert a un prénom de vieux et un nom de famille à préférer le Scrabble au football. Hier, pourtant, il a plus fait parler les chiffres que les lettres. Une petite partie de Puissance 4 gagnée haut la main face à la défense madrilène. Un duel gagné avec Pepe pour un but de renard, puis deux buts en se retournant plus vite que son ombre dans le rectangle. Alors, quand vient l'heure de tirer un penalty, qui d'autre que lui pour prendre la balle? Certains auraient tenté une panenka. Robert, lui, a frappé fort. Très fort. Et en plein milieu. Le symbole d'un BVB qui ne fait pas dans le détail. La puissance allemande.

 

G.Ga.

09:18 Écrit par tackle on web dans ALLEMAGNE, Bulletin de notes, CHAMPION'S LEAGUE | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Lewandowski étouffe le Real

Le Borussia Dortmund a pris option sur la finale de la Ligue des champions de football. Le club de la Ruhr a battu le Real Madrid 4-1 mercredi en demi-finale aller grâce à un quadruplé de Robert Lewandowski.

Le Polonais a montré très tôt la voie à suivre au Borussia. Dès la 8e, il se défaisait du marquage de Pepe pour ouvrir la marque. Le Real, peu dangereux, égalisait à la 43e minute grâce à une erreur de Hummels. Le défenseur allemand offrait littéralement le ballon à Higuain qui le cédait à Ronaldo pour un des buts les plus faciles de la carrière du Portugais.

Dortmund n'était pas abattu et Lewandowski tirait son équipe vers le haut en seconde période. Il ajoutait trois buts en 17 minutes pour donner un viatique de trois buts à Dortmund. Le Polonais s'isolait d'abord entre Varane et Pepe pour faire 2-1 (50e), avant de réaliser une roulette qui lui permettait d'effacer Pepe et décrocher une frappe victorieuse (56e, 3-1) et enfin convertir un penalty provoqué par Reus (67e, 4-1).

AFP

07:09 Écrit par tackle on web dans ALLEMAGNE, Buts d'anthologie, CHAMPION'S LEAGUE, ESPAGNE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

24/04/2013

Jordi Alba balance le ballon dans le visage de Robben

Sale soirée pour Jordi Alba et le Barça qui ont été laminés par le Bayern Munich ce mardi. Les Catalans sont retournés au pays avec quatre buts dans leurs valises et le latéral gauche a passé une mauvaise soirée face à Arjen Robben.

Le Néerlandais était vraiment inspiré et cela a frustré Jordi Alba qui n'a jamais trouvé la parade. En fin de rencontre, Robben lui a demandé le ballon pour effectuer une touche. En sale gosse, l'Espagnol a balancé le cuir dans le visage du Néerlandais.

M. Kassai a finalement donné un carton jaune à Jordi Alba qui sera privé de la manche retour au Camp Nou. Bien fait !

17:12 Écrit par tackle on web dans CARTON ROUGE, CHAMPION'S LEAGUE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Dani Alves, coiffeur pour enfants

S'il n'avait pas été footballeur, Dani Alves aurait sans doute voulu être coiffeur. Lors de l'hymne de la Champion's League, l'arrière droit du Barça s'est attaqué à la tignasse d'un des gamins qui accompagnent les joueurs pour la cérémonie protocolaire.

Son intention était claire. Faire une belle crête à ce garnement teuton qui avait l'air d'apprécié de sentir les mains de la brute brésilienne dans ses cheveux.

Par contre, sur la pelouse, c'est plutôt Ribéry qui lui a fait une belle coupe.

15:55 Écrit par tackle on web dans C'EST DRÔLE, CHAMPION'S LEAGUE, INSOLITE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Bayern Munich - FC Barcelone 4-0 : le bulletin de notes du FC Hollywood

2494150222.jpgNeuer 6: Difficile de noter un gardien qui s'attendait à passer une soirée plus mouvementée. En fait, Manuel a cru qu'il jouait en Bundesliga et que le principal danger en face s'appelait Patrick Helmes, l'éternel espoir allemand de Wolfsburg. Le seul moment où il aurait pu trembler, c'est quand Bartra s'est retouvé en position idéale pour réduire le score. Mais bon, ce n'était que Bartra et ça a fini dix mètres au-dessus. Quand Dante et Boateng lui ont dit qu'ils s'étaient coltinés Messi, il a cru qu'ils lui racontaient une blague. C'est dire.

Lahm 7: De loin et de très loin le meilleur arrière latéral droit du monde. Il n'a certes pas livré le match de sa vie, mais il a mis Pedro (homme en forme du Barça) sous l'éteignoir en se permettant quelques unes de ses montées en ligne. Pour l'ensemble de son oeuvre, Lahm mériterait de soulever la Coupe aux grandes oreilles et tant pis si ça donne le vague à Lahm à ses adversaires. Sinon, pour une naturalisation en Belgique, c'est trop tard ? Malheureusement oui...

Boateng 6: En défense centrale, Jupp Heynckes a le choix entre deux gars qui vont d'office faire une erreur ou une approximation par match. Comme Messi, ou son fantôme du moins, était présent sur la pelouse de Munich, le technicien allemand s'est dit qu'il choisirait le frangin de Kevin Prince plutôt que le buffle de Froidchapelle. Pari réussi puisque Boateng a été irréprochable sauf sur cette action où il laisse Bartra seul en position de tir. Mais bon, personne ne lui en voudra.

Dante 7,5: S'il avait joué avec Big Dan à ses côtés, on aurait pu dire que Pep Guardiola n'avait plus qu'à recruter l'axe central des Zèbres la saison prochaine. Tant pis pour Satli ou Ohayon, c'est Dorian Dessoleil qui finira à l'Allianz Arena. Sinon pour le reste, l'homme qui faisait au moins une bourde par match selon l'oracle Stéphane Pauwels a montré qu'il avait sa place dans ce Bayern version FC Hollywood. Sens de l'anticipation, relance de qualité. Et dire qu'on a préféré naturaliser De Camargo plutôt que lui. Un gâchis. 

Alaba 7: Certes, le petit David n'est pas du genre à courir en culotte de peau en descendant quelques litres de bières mais qu'importe. Sur son flanc gauche, le grand espoir du football autrichien a de nouveau été énorme même s'il n'a pas mis Victor Valdes à la retraite. Il a multiplié les courses et offert des possibilités de dédoublement à Ribéry en veux-tu en voilà. La Mannschaft doit vraiment regretter qu'il soit né quelques kilomètres trop au sud.

Javi Martinez 7: Certains observateurs se demandaient pourquoi l'ancien de Bilbao avait coûté aussi cher (40 millions d'euros pour les amateurs de chiffres). Tout simplement parce qu'il est meilleur et moins vicieux que cette crasse de Sergio Busquets. Ce mardi, il a montré qu'il avait sa place dans le onze de la Roja. Il s'est battu sur chaque ballon en en récupérant un paquet. Une prestation sobre et efficace. Un Allemand dans un corps d'Espagnol qui sera sans aucun doute la clé de voûte du Bayern version Guardiola.

Schweinsteiger 8,5 : On comprend mieux pourquoi la mère Merkel craque pour le petit péroxydé. Schweini est tout simplement le meilleur milieu de terrain du monde à l'heure actuelle. Et tant pis, s'il n'a pas l'élégance d'un Pirlo ou d'un Iniesta. Quand vous lui demandez de tenir quelqu'un en laisse, c'est d'office du travail de pro. Et quand il doit amorcer des actions offensives, c'est d'office de ses pieds qu'elles partiront. Bastian Schweinsteiger est le symbole par excellence de ce football allemand qui gagne toujours à la fin, mais qui fait rêver. Prends ça Gary Lineker !

Robben 9: Avec le chauve batave on a deux possibilités au début d'une rencontre. Soit, il la joue individualiste et il nous fait 36 passements de jambes suivis de vieux tirs dégueulasses au troisième étage de la tribune, soit il opte pour le collectif et montre qu'il vaut mieux que le Galatasaray de son copain Sneijder. Ce mardi, c'est au bon Robben auquel a eu droit l'Allianz Arena. Ses accélérations permanentes ont eu raison de la patience et des poumons de Jordi Alba. En plus de son but plein de sang-froid, le Néerlandais a même centré du... droit pour Dante sur le but d'ouverture de Müller. Ce Robben là a encore toute son utilité en Bavière.

Ribéry 7: On l'a vu, Franck n'aime pas trop embrasser son épouse. Ce qu'il aime, c'est le ballon. Le cajoler, le désirer, lui faire l'amour comme... à Zahia peut-être. Illustration ce mardi avec ses dribbles percutants, ses appels, ses temporisations et ses centres précis. Un match sans fautes, pas comme son français.

Müller 9,5: Une insulte à l'esthétique. Avec ses chaussettes légèrement baissées, Müller n'a aucun style, mais qu'importe. L'Allemand est aucun doute le mec le plus sous-estimé du Vieux Continent. Son rayonnement et son volume de jeu sont tout simplement impressionnants. Il n'a certes pas la classe d'un Ribéry dans ses gestes, mais ceux-ci sont pratiquement toujours bons (même quand il bloque un adversaire pour laisser Robben marquer). Et puis, il y a ce sens du but de raccroc. Pas de ceux qui finiront dans la rubrique "but d'anthologie" de ce blog, mais de ceux qui rapportent gros. Cette fois, ses pions offriront quelque chose au FC Hollywood au contraire de la saison dernière où son coup de casque contre Chelsea n'avait rien rapporté à ses couleurs. Sinon, Mario Götze, on le place où dans l'échiquier ?

Gomez 7: Entre les deux Super Mario (en attendant Götze), Heynckes n'avait droit qu'à celui qui avait la coupe de cheveux d'un acteur porno des années 30 (le Croate étant suspendu). Mais l'international allemand a répondu aux attentes. Il a pesé tant et plus sur l'axe central composé de Bartra et de Gerard Pep Piqué. Et quand on ne pense plus à lui et qu'on se dit que le tatoué croate Mandzukic aurait tout fait mieux que lui, il est là pour mettre ce but qui rappelle qu'il reste l'un des meilleurs renards des surfaces de sa génération.

Luiz Gustavo n.c : Un Brésilien dans un corps d'Allemand. Si Scolari ne fait pas appel à lui en vue du prochain mondial, c'est à n'y rien comprendre.

Shaquiri n.c: La version plus classe et plus chevelue de Shakiro version Pep Guardiola. A Bâle, il était le maestro, en Bavière, il grapille quelques minutes de temps de jeu par-ci, par-là. L'année prochaine, il pourra tailler une bavette avec Mario Götze. On espère pour le Suisse qu'il est au moins du genre à raconter des blagues.

F.Chl.

10:02 Écrit par tackle on web dans ALLEMAGNE, Bulletin de notes, CHAMPION'S LEAGUE | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

23/04/2013

Bayern 4 - 0 Barcelone : le bulletin de notes de Blaugranas

Messi.jpgValdès 6 : match moyen pour le portier du Barça. Pas vraiment coupable sur les 4 buts bavarois, il a en outre sorti deux beaux arrêts. Un dès la 2e minute et un second vers la 79e. That's all folks.

Alvès 5,5 : le Brésilien au look de narco-trafiquant n'a pas démérité. Il est victime d'une faute de Dante (non-sifflée) sur le premier but et a arpenté son flanc droit sans relâche. Malheureusement pour lui, en vain. Ses centres, parfois tranchants, n'ont cette fois trouvé personne. Malgré quelques interventions autoritaires en première mi-temps, on ne peut pas dire que le défenseur ait livré une prestation réussie. Surtout quand on sait ce dont il est capable (remember le quart aller contre le PSG).

Piqué 4,5 : en l'absence de Javier Mascherano (suspendu), c'était à Shakiro de tenir la baraque derrière. Las, l'Espagnol a alterné le moyen et le très mauvais. Dangereux lors des quelques escarmouches catalanes en 1ère période, il a donné des sueurs froides à Tito Vilanova. Pis, il a même failli provoquer un penalty en touchant un ballon bouillant de la main. Souvent dépassé, il est pris à revers par Müller sur le premier but. Une (nouvelle) prestation ratée pour le soi-disant successeur de Carles Puyol.

Bartra 3 : Complètement aux fraises tout au long du match. Positionnement hésitant, pertes de balles coupables, le jeune défenseur est passé à côté de son match. Cependant, il a des circonstances atténuantes. A 20 ans à peine, il n'avait été titularisé que 3 fois en Liga avant de remplacer Mascherano. Il n'empêche, ce pur produit de La Masia n'a pas encore le niveau requis pour évoluer au top niveau. En témoignent ses multiples erreurs, à commencer sur le but de Müller. En fin de match, il se permet même le luxe de foirer un but tout fait en ratant une reprise à 2 mètres de Neuer. N'en jetez plus...

Alba 4 : le latéral gauche avait la lourde tâche de contrer les assauts d'Arjen Robben. Pas de pot, le Néerlandais pétait la forme. Avec sa rapidité et sa conduite de balle phénoménales, il n'aura fait qu'une bouchée de l'ancien back de Valence. Lequel n'a pas montré grand chose offensivement non plus. Sur le but du Batave, il est aux abonnés absents au départ de l'action mais subit néanmoins un block fautif de Müller. En toute fin de match, il aurait du écoper d'une carte rouge pour un geste aussi puéril que stupide sur Robben. Frustré Jordi ?

Busquets 4,5 : c'est dur, mais il était inutile ce soir. A croire que le médian défensif blaugrana avait mieux à faire. Il a joué en marchant, n'offrant aucune possibilité à ses équipiers de relancer le jeu. Habituel relais entre la défense et le duo Xavi-Iniesta, le n°16 n'a absolument rien apporté, si ce n'est un peu de compagnie au duo Piqué-Bartra. Voulait-il prendre le thé avec eux ?

Xavi 5 : le maestro du Barça a fait ce qu'il a pu, c'est à dire pas grand chose ce soir. Privé de ballons, le régulateur catalan a montré les limites du jeu de son club. Un peu plus en verve en début de 2e période, l'Espagnol s'est à nouveau révélé en-deça de son niveau habituel. Et quand son métronome ne va pas, rien ne va pour le Barça.

Iniesta 5 : même constat que pour Xavi, mais avec une carte jaune en plus. San Andrès n'y était pas aujourd'hui. Incapable de récupérer un ballon trop rapide pour lui, l'éternel second au Ballon d'Or a réalisé un match très moyen. A l'image de son club, finalement.

Pedro 5,5 : Pedro n'a pas apporté grand chose au niveau offensif. Mais au moins, il aura tenté d'aider ses équipiers en revenant faire le sale boulot à l'arrière. Et rien que pour cette envie de tout donner, l'ailier mérite une note pas trop mauvaise. Même si ce n'est pas ce que son coach lui demande à la base...

Messi 4 : Lionel Messi était-il titulaire ? Oui. Etait-il à son meilleur niveau. Oh que non. Effacé et timide dans la vie, l'Argentin nous a habitués à un jeu virevoltant. Face au Bayern, il n'en fut rien. Mou, lent, quasiment inactif, on n'a pas ressenti une once de panache aujourd'hui. Où étaient les accélérations ravageuses du lutin blaugrana ? Et ses coups de patte ? Mystère... Un match à remiser aux oubliettes pour La Pulga.

Sanchez 5 : même tarif que pour Iniesta et Xavi, les deux fantômes de l'Allianz Arena. Difficile de donner une note au Chilien, étant donné que celui-ci n'a presque rien montré.

A. He.

23:34 Écrit par tackle on web dans Bulletin de notes, CHAMPION'S LEAGUE, ESPAGNE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Le Bayern atomise le Barça

Le Bayern Munich a pris une solide option sur la qualification pour la finale de la Ligue des Champions en battant le FC Barcelone 4-0, avec notamment un doublé de Müller, mardi, en demi-finale aller.

Le Bayern Munich, qui a laissé Daniel Van Buyten sur le banc durant 90 minutes, partait immédiatement à l'assaut du but barcelonais. Dès l'entame, Robben se présentait devant Valdes, qui repoussait bien. Le but tombait à la 25e minute: sur une action de corner, Robben centrait de la droite, Dante déviait de la tête pour Müller, qui, de la tête lui aussi, trompait Valdes. Trois minutes plus tard, Dante se jetait pour empêcher Messi de reprendre au second poteau un centre de Dani Alves.

Le Bayern doublait le score en début de seconde période, à nouveau sur phase arrêtée. Robben bottait le corner, Muller remisait dans l'axe de la tête et Gomez reprenait victorieusement de volée (49e). Malgré une belle possibilité de Bartra (69e), le Barça ne revenait pas dans la rencontre. Au contraire, Robben, profitant d'une obstruction de Müller sur Alves, s'en allait inscrire le 3e but (73e). Bartra gaspillait une autre possibilité de relancer quelque peu la rencontre (76e). À la 82e, Müller, à la conclusion d'une belle action collective, enfonçait un peu plus le Barça en inscrivant son 2e but de la soirée, son 7e dans cette Ligue des Champions.

Le match retour est prévu le 1er mai au Camp Nou. Mercredi, le duel germano-espagnol se poursuivra avec l'autre-demi finale, Borussia Dortmund-Real Madrid.

Belga


22:44 Écrit par tackle on web dans ALLEMAGNE, CHAMPION'S LEAGUE, ESPAGNE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

La main polémique de Piqué face au Bayern

Il y avait bel et bien faute de main de Gérard Piqué à la 15e minute. Malgré les protestations des Bavarois, l'arbitre n'accordera rien.

BIjwv4HCAAUrbJ1-580x326.jpg

21:27 Écrit par tackle on web dans ALLEMAGNE, CHAMPION'S LEAGUE, ESPAGNE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

11/04/2013

Ronaldo, Pepe et Modric vivent ensemble la qualification de Dortmund

Le Real Madrid s'est qualifié pour le dernier carré de la Champion's League malgré sa défaite à Instanbul contre le Galatasaray ce mercredi (3-2). La victoire des Merengue 3-0 au Santiago Bernabeau a suffi pour faire la différence.

A la fin de la rencontre, certains du joueurs du Real étaient d'ailleurs très intéressés par le résultat de l'autre match de la soirée entre le Borussia Dortmund et Malaga. Des arrêts de jeu haletants puisque les Allemands sont parvenus à renverser la vapeur en l'espace de 120 secondes pour s'imposer 3-2 alors qu'ils étaient menés 1-2 par les Andalous.

Sur la pelouse de la Türk Telekom Arena, Cristiano Ronaldo a scruté le marquoir qui annonçait le résultat de cette rencontre. 2-2, Malaga était donc toujours qualifié à ce moment là. Mais alors que Luka Modric tenait le bras de CR7 pour on ne sait quelle raison, Pepe a crié au loin à son compatriote "tercero" pour annoncer le troisième but de Dortmund signé Felipe Santana. Les deux hommes se sont ensuite expliqués parce que Ronaldo ne comprenait pas en faveur de qui était tombé ce pion.

Difficile de dire si ce résultat a finalement fait plaisir ou pas à la star lusitanienne. Les Merengue se rappelleront juste que lors de la phase de poules, le Borussia avait terminé premier devant eux. Lors des confrontations entre les deux clubs, les Schwarz Gelben avaient dominé les madrilènes au Westfallen stadion (2-1) et avaient partagé l'enjeu au Bernabeu (2-2).

Pas de quoi donner l'envie à la bande à Mourinho de retrouver celle de Klopp au prochain tour.

21:48 Écrit par tackle on web dans CHAMPION'S LEAGUE, INSOLITE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook