Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/07/2013

Le top 10 des plus gros salaires de la Pro League

 Anderlecht a vu sa masse salariale fondre avec les départs de Dieumerci Mbokani, Milan Jovanovic et Lucas Biglia. Le Congolais était, jusqu'à son départ pour le Dynamo Kiev, le plus gros salaire de la Pro League. Il percevait 1,8 millions d'euros brut par an. Son compère serbe touchait 1,7 millions et l'ancien capitaine, désormais tatoué, 1,5 millions. Ce trio composait le podium des plus gros contrats de notre championnat.

Un podium teinté de mauve et de rouge

On le sait, la semaine dernière, le Standard a décidé de prolonger les contrats d'Imoh Ezekiel, Michy Batshuayi et William Vainqueur avec une revalorisation salariale à la clé. L'un des trois rouche est-il devenu le joueur le mieux payé de notre compétition ? A moins que ce ne soit toujours Jelle Van Damme qui aussi prolongé son séjour à Sclessin et qui bénéficiait d'un salaire confortable sous l'ère D'Onofrio. Qui sont donc les 10 joueurs les mieux payés de la Pro League ? Het Nieuwsblad s'est penché sur la question.

1. Matias Suarez (Anderlecht)

51d145bb35708c7869941d34[1].jpg

Malgré les efforts financiers de Roland Duchâtelet, ce n'est pas un Standarman qui bénéficie du plus gros salaire du championnat, mais un Anderlechtois. Après avoir vu son transfert au CSKA Moscou être annulé à cause d'un problème au genou, Matias Suarez a accepté de rester plus longtemps au Parc Astrid si ses revenus augmentaient. L'ancien Soulier d'or touche 1,4 millions brut par an pour un contrat courant jusqu'en 2017. Avant cela, le pauvre Suarez ne gagnait que 800.000 euros.

2. Silvio Proto (Anderlecht)

5081106_PhoDoc1_03721214_jpg_0MD28UJX.JPG

Derrière lui, on retrouve son coéquipier Silvio Proto qui avait paraphé la saison dernière un contrat jusqu'en 2017 qui lui permet de palper 1,25 millions d'euros brut par année. Une récompense logique pour celui qui est lié à Anderlecht depuis 2005, ce qui en fait le joueur le plus fidèle après Olivier Deschacht. En lui offrant ce beau salaire, les dirigeants ont aussi su récompenser un joueur qui a rapporté pas mal de points au club lors de la conquête des derniers titres. Et à défaut de remporter de l'or avec un soulier, Proto se contente que cette matière précieuse soit celle de son contrat. 

3. Igor De Camargo (Standard)

637519921_B97692816Z_1_20130703132844_000_GI1V83VN_2-0.jpg

Le podium est complété par Igor De Camargo. De retour à Sclessin après des passages au Borussia Moenchengladbach et Hoffenheim, le Diable Rouge espère ainsi relancer sa carrière en vue d'une sélection pour le Mondial qui se disputera dans son pays natal. Mais si les Rouches n'ont pas du payer beaucoup à Hoffenheim, ils ont du consentir à un bel effort financier pour rétribuer celui qui fut acteur des deux derniers titres liégeois. 1,2 millions brut par an sera le salaire de De Camargo. Elle est pas belle la vie ?

3 ex aequo. Meme Tchite (FC Bruges)

tchite.jpg

Ce podium pourrait même être composé d'un quatrième élément. Bien connu du Standard et d'Anderlecht, Meme Tchite a enfilé la liquette du FC Bruges il y a douze mois. Si l'homme aux quatre passeports avait décidé de rejoindre la Venise du Nord, c'était pour évoluer sous les ordres de Georges Leekens qui avait fait de son recrutement une priorité. Et une priorité a un prix... Tchite touche 1,2 millions par an. Un salaire conséquent pour cirer au mieux le banc puisque Juan Carlos Garrido ne compte absolument plus sur lui. Pas étonnant non plus qu'à ce prix, l'attaquant ait du mal à trouver un nouvel acquéreur.

5. William Vainqueur (Standard)

vainqueur.jpg

Après avoir menacé de quitter le Standard en utilisant la fameuse loi de 1978, William Vainqueur a vu Roland Duchâtelet lui faire une proposition financière intéressante pour rester. Le milieu défensif français palpera désormais 1,1 millions d'euros brut par an et figure dans le top 5 de ce classement.

6. Tom De Sutter (Anderlecht)

de_sutter_jpg_568.jpg

En sixième position, on retrouve Tom De Sutter. Le meilleur réserviste de Belgique perçoit des émoluments intéressants du côté du Parc Astrid, mais a surtout envie d'un temps de jeu plus conséquent qui pourrait le pousser dans les bras du rival brugeois. Le Club fait de la venue de De Sutter une priorité. Dans ce cas outre la somme du transfert qui risque d'être importante, le salaire risque aussi d'être revu à la hausse. L'attaquant pourrait donc bien remonter dans ce classement et sans doute titiller Matias Suarez. Mais quand on vient de recevoir 9 millions pour Carlos Bacca, on peut se le permettre.

7. Jelle Van Damme (Standard)

 

jelle.jpg

 

Contrairement aux idées recues, Jelle Van Damme n'est donc le joueur le mieux payé du Standard puisqu'il se trouve depuis peu derrière William Vainqueur. Le latéral gauche a accepté de revoir son salaire à la baisse en prolongeant à Sclessin. Ses émoluments actuels sont moindres que ceux qu'il percevait sous l'ère D'Onofrio. L'austérité, ça vaut aussi pour Jelle apparemment.

8. Vadis Odjidja (FC Bruges)

vadis.jpg

A Bruges, Vadis Odjidja souffle le chaud et le froid au point de ne plus nécessairement être aussi incontournable qu'avant. Actuellement, il se remet d'une blessure au pied et ne devrait retrouver les terrains qu'en septembre. Pourra-t-il envisager un transfert à l'étranger malgré ça ? En attendant, l'ancien anderlechtois devra "se contenter" de son million annuel. Quo Vadis ?

9. Jelle Vossen (RC Genk)

 

vossen.jpg

 

Capitaine de Genk, Jelle Vossen est l'un des meilleurs joueurs du championnat. Il a largement justifié son million annuel en jouant un rôle majeur dans la conquête de la Coupe de Belgique. Régulièrement présent dans le noyau des Diables Rouges, Vossen n'exclut cependant pas un déménagement d'ici le 2 septembre, date de la fin du mercato estival.

10. Michy Batshuayi (Standard)

Michy-Batshuayi[1].jpg

Michy Batshuayi et le Standard, une belle histoire d'amour. Une histoire qui a surtout un prix puisque l'attaquant des Diablotins a prolongé son contrat en bord de Meuse en échange d'un salaire de 950.000 euros brut par an. De quoi lui permettre d'être le plus jeune joueur à figurer dans le top 10 des plus gros salaires de la Pro League. 

F.Chl.

 

11:34 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Belgique, FC BRUGES, JUPILER PRO LEAGUE, RSC ANDERLECHT, STANDARD LIÈGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

La Ghelamco Arena, le superbe nouvel écrin de La Gantoise

N’ayons pas peur des mots : c’est un grand, un très grand événement pour le football belge. Mercredi, Gand inaugurera son nouveau stade avec un match amical contre Stuttgart. C’est la première fois depuis… 38 ans (avec l’Olympia Stadion à Bruges) qu’un nouveau stade est construit en Belgique. Il était grand temps !

Les ouvriers se sont livrés à une véritable course contre-la-montre, mais la Ghemlaco Arena sera bien prête à temps. Aujourd’hui, le stade est achevé à 96 % et mercredi soir, seules quelques finitions resteront à faire.

"Je me rappelle très bien d’une conversation avec Ivan De Witte et Michel Louwagie" , raconte Michel Preud’homme au sujet de ses ex-dirigeants. "Je leur ai dit : votre nouveau stade, c’est comme le monstre du Loch Ness : on en parle beaucoup, mais je ne suis pas sûr qu’on le verra un jour ! Heureusement, j’avais tort."

gand.jpg

L’accouchement fut en effet difficile. Et très long. Il a demandé énormément de patience, d’énergie et d’argent aux différents acteurs du projet. Surtout à Ivan De Witte, qui a dû faire preuve de diplomatie pour ménager les différentes susceptibilités politiques. "Quand je vois tout ça, je ne peux m’empêcher de ressentir une immense satisfaction" , a confié Ivan De Witte à nos confrères du Nieuwsblad . "Je peux à peine y croire, ça me rend ému. À l’époque, le club avait 23 millions de dettes, un budget de 6 millions et seulement 5.000 supporters… Durant la première époque de Sollied, nous avions entamé la préparation avec un noyau de… neuf joueurs ! Nous sommes devenus un tout autre club. Je suis un président fier."

La fierté a un prix : la construction de la Ghelamco Arena a coûté 85 millions d’euros. Une bonne partie a été financée par l’entrepreneur Ghelamco, qui a réalisé les travaux et donné son nom à l’arène. Gand a tout de même dû débourser 17 millions de sa poche, soit un emprunt annuel de 1,6 à 2,7 millions à rembourser.

Pour y parvenir, le club compte sur deux sources de revenus liées au ticketing. D’abord les abonnements : le point d’équilibre est à 14.000. Tout ce qui viendra en plus sera du bonus. L’autre moyen de faire rentrer du cash face au stade, ce sont les places VIP. Elles peuvent permettre au club de rentrer dans un cercle vertueux : plus de VIP, ça veut dire plus de partenaires commerciaux. Et donc un budget qui pourrait grimper à la hausse dans les prochaines années, peut-être même assez pour venir titiller sportivement les autres grands clubs du pays.

En termes de stade, il n’y aura en tout cas pas l’ombre d’un doute : Gand sera qualitativement le numéro un. La Ghelamco Arena a tous les atouts des stades européens les plus modernes. "Nous ne sommes pas basés sur un stade en particulier" , précise De Witte. "Mais on retrouve certains aspects du stade du Bayern Munich et nous sommes aussi beaucoup allés voir du côté des Pays-Bas."

Gand a aussi décidé d’innover. Au deuxième étage, on trouve par exemple une très longue promenade en verre, qui offrira aux supporters la possibilité de se restaurer. "Les pourtours, en verre, c’est unique en Europe. Même le Real Madrid a du béton autour de ses allées."

gand1.jpg

Cette promenade a en effet de quoi impressionner. Et rien n’y a été laissé au hasard. "Les études ont montré que sur du poly-béton, une sensation de lourdeur s’installait dans les jambes après une vingtaine de minutes. Voilà pourquoi nous avons décidé de mettre du carrelage à cet endroit. Comme ça nos supporters pourront rester pour boire tranquillement leur bière et même suivre les résumés d’après-match…"

La modernité de l’arène se mesure aussi aux efforts dans la finition. Le stade disposera ainsi de 182 écrans plats. Autour du terrain, deux écrans LED de 45 mètres carré seront multifonctions. "Ils afficheront bien sûr le score, mais si nous jouons le samedi à 20h, nos supporters pourront très bien venir voir sur écran le match du Standard à 18h, par exemple."

Last but not least , le troisième étage disposera, pour les VIP d’un restaurant où les repas seront préparés par un chef étoilé. "La vue y est aussi fantastique" , se félicite Ivan De Witte. "Même à Saint-Guidon, ils n’ont pas de restaurant avec vue directe sur le terrain…"

Comme pour mieux célébrer son nouveau départ, le club dévoilera également un nouveau logo mercredi. Ce n’est peut-être qu’un stade, mais celui-ci donnera certainement une toute nouvelle dimension à La Gantoise.

Benoît Delhauteur

 

11:07 Écrit par tackle on web dans INSOLITE, JUPILER PRO LEAGUE, PHOTOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Logan Bailly, victime d'une "bonne" blague de Björn Ruytinx

A deux semaines de la reprise de la Pro League, l'ambiance semble au beau fixe du côté du stade Den Dreef où les joueurs d'OHL s'amusent comme des petits fous.

Björn Ruytinx, le dernier fleuron de la poésie dans notre championnat depuis la retraite de Bernt Evens, a montré qu'il était aussi un sacré déconneur. Celui qu'on surnomme El Toro, sans doute en raison pour son penchant pour l'une des boissons de la marque sponsorisant notre compétition (nous, mauvaises langues ? Jamais), a décidé de faire une bonne blague à un autre Gai-Luron, Logan Bailly.

L'ancien gardien des Diables Rouges a vu sa Hyundai être barricadée par des barrières nadar. Très fier de sa blague, ce farceur de Björn Ruytinx a directement posté le cliché sur son compte Twitter.

Si cette ambiance de déconne ne donne pas envie à Franck Ribéry, autre fin blagueur, de casser son contrat pour rejoindre OHL, on n'y comprend plus rien.

a0dc2516-ea37-11e2-9f26-22840344f4d7_original.jpg.h380[1].jpg

10:05 Écrit par tackle on web dans Belgique, C'EST DRÔLE, INSOLITE, JUPILER PRO LEAGUE, PHOTOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

11/07/2013

Igor De Camargo au Standard : un numéro 10 avec pour objectif le Brésil

51deb9a135707f483cacc070.jpg

Igor De Camargo a suivi ce jeudi sa première séance d'entraînement avec ses nouveaux équipiers du Standard. L'attaquant, âgé de 30 ans, endossera le numéro 10 chez les Rouches, le même qu'il portait lors de son premier passage au Standard entre 2006 et 2010.

En revenant à Sclessin après trois saisons en Bundesliga avec le Borussia Mönchengladbach, l'attaquant d'origine brésilienne ambitionne à présent de convaincre Marc Wilmots et de retrouver sa place chez les Diables Rouges.

"Tout le monde le sait, mon grand objectif c'est de jouer une Coupe du monde. Maintenant que j'ai l'opportunité de pouvoir faire partie de l'équipe nationale, je vais tout faire pour y arriver. Marc Wilmots sait très bien ce que je peux apporter à l'équipe. J'espère faire mon maximum avec le Standard pour retrouver ma place", a déclaré De Camargo dans une vidéo publiée sur le site du Standard.

L'ancien attaquant du FC Brussels, de Genk et d'Heusden compte 15 sélections chez les Diables, dont la dernière le 14 novembre 2012 (défaite 2-1 en Roumanie), mais n'avait pas joué. La dernière de ses 9 capes date d'un partage 2-2 en amical face au Monténégro, le 25 mai 2012, lorsqu'il avait foulé la pelouse du stade Roi Baudouin durant 66 minutes pour le premier match de Marc Wilmots en tant qu'entraîneur principal.

Belga

17:08 Écrit par tackle on web dans Belgique, JUPILER PRO LEAGUE, MERCATO, STANDARD LIÈGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

28/06/2013

Les nouveaux maillots du Standard

2 (1).jpg

8.jpg

11.jpg

10:05 Écrit par tackle on web dans Belgique, JUPILER PRO LEAGUE, PHOTOS, STANDARD LIÈGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

26/06/2013

Vanden Borre, Proto et Deschacht évoquent la nouvelle saison d'Anderlecht

Ce lundi, Anderlecht a repris le chemin des entrainements. John Van den Brom n'avait cependant pas tous ses hommes à disposition puisque certains comme Guillaume Gillet ou Sasha Kljestan notamment ont eu droit à des vacances prolongées en raison de leurs obligations internationales.

Anthony Vanden Borre, qui a signé un contrat de deux ans avec le club qui l'a formé, Silvio Proto et Olivier Deschacht évoque cette nouvelle saison qualifiée de "transition". Mais comme vous pourrez le remarquer dans leurs propos, une année de transition à Anderlecht ça n'existe pas. L'ambition est toujours de mise à l'ombre de Saint-Guidon.

Anthony Vanden Borre : "Avec Guillaume, c'est une concurrence saine"

Proto : "Un bon groupe va se former cette année"

Deschacht : "On doit rester très ambitieux, on est Anderlecht"

10:41 Écrit par tackle on web dans Belgique, JUPILER PRO LEAGUE, RSC ANDERLECHT, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

21/06/2013

Les nouveaux maillots du RC Genk

Le Racing Genk, vainqueur de la Coupe de Belgique cette saison, a présenté ses nouveaux maillots pour 2013-2014. Dans le cadre d'un shooting photo organisé dans les installations d'une ancienne mine de Waterschei, trois jeunes et jolies demoiselles ont revêtu les nouvelles liquettes.

Les yeux les plus observateurs auront sans doute remarqué que le maillot "away" ressemble étrangement à celui du Barça lors de la saison écoulée. Il se murmure que les deux clubs ont le même équipementier à la virgule.

12:45 Écrit par tackle on web dans Belgique, INSOLITE, JUPILER PRO LEAGUE, RC GENK, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

13/06/2013

Mais qui es-tu Federico Vico ?

Federico Vico devrait donc être le premier renfort d'Anderlecht cet été. Le jeune international espagnol passe ses tests médicaux ce jeudi et si ceux-ci se passent bien, il paraphera un contrat de 5 ans avec les champions de Belgique. Mais qui est donc Fede Vico ? 

Le joueur est né le 4 juillet 1994 à Cordoba et fêtera donc d'ici peu ses 19 printemps. Il évolue au poste de milieu offensif et peut évoluer sur les flancs (de préférence le gauche). Vico a fait toutes ses classes dans le club de ssa ville natal eet évolue au sein de l'équipe première depuis la saison 2011-2012.

Depuis, le jeune homme a porté le maillot de Cordoba qui évolue en Liga Adelante (Division 2) à 59 reprises. Il a trouvé le chemin des filets à 9 reprises dont sept lors de la saison écoulée. Fede a aussi participé à 9 rencontres de Copa del Rey et s'est notamment illustré lors de la venue du Barça en décembre dernier (voir deuxième vidéo). Mais Vico n'est pas qu'un buteur puisqu'il a aussi délivré 5 assists en championnat et 2 en Coupe. 

S'il n'évolue qu'en deuxième division, il est quand même considéré comme l'un des plus grands espoirs espagnols. Federico Vico a fait partie des sélections U17, U18 de la Rojita et évolue maintenant pour les U19 ou U20. Il a porté une quinzaine de fois la liquette de ces équipes nationales "espoirs" et a inscrit 4 goals.

Gaucher élégant et percutant, ses qualités premières sont le sens du dribble et une bonne qualité de centre. Il est aussi réputé pour avoir une bonne endurance et avoir de bonnes aptitudes dans le jeu de tête. Sa principale faiblesse serait son mental. Comme beaucoup de joueurs créatifs, il n'est pas celui qui va le plus au duel.

Vico met trois joueurs du Barça dans le vent

11:51 Écrit par tackle on web dans Belgique, JUPILER PRO LEAGUE, MERCATO, PORTRAITS, RSC ANDERLECHT, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

31/05/2013

Le Top 50 de la Pro League (5-1)

Cette fois, c'est le top du top ! Sont réunis ci-dessous les 5 meilleurs joueurs de la saison aux yeux de la rédaction de DH.be. Il est donc logique d'y retrouver du très lourd, que ce soit en mauve, en rouche, en Blauw en Zwart ou en rouge-bordeaux. Le soulier d'or et le soulier d'ébène sont évidemment de la partie, tout comme le meilleur gardien du championnat, le meilleur milieu défensif et le meilleur buteur. 

5. William VAINQUEUR (Standard)

 

"Il me fait penser à Van Moer. Un joueur élégant et efficace", confiait Georges Heylens en évoquant l'ancien Nantais. On peut difficilement donner tort au latéral droit emblématique du Parc Astrid. Franc, direct dans les paroles et (parfois trop) rugueux dans les gestes, le médian du Standard aura également marqué la Pro League de sa classe, de sa fougue et d'un missile surpuissant flashé à plus de 110 km/h face à Zulte Waregem dans un match complètement fou des PO1. De quoi faire rougir Jonathan Legear. Repéré par Elie Baup, le natif de la Seine-Saint-Denis s'est imposé comme le meilleur milieu récupérateur de notre championnat et comme leRouche le plus régulier, emblématique et important de la team dessinée par Rednic cette saison. 

4. Mbaye LEYE (Zulte Waregem)

 

On aurait pu le mettre deuxième, mais la place de dauphin, le Soulier d'Ébène ne peut même plus la voir en peinture. Déjà condamné au premier accessit avec Gand et le Standard, le grand Sénégalais s'offre la passe de trois avec Zulte Waregem. Pourtant, Mbaye a sorti le grand jeu en Playoffs: huit buts en dix rencontres dans le money-time, avec notamment un triplé magistral contre Bruges. Non seulement Leye a beaucoup marqué (17 buts en 35 rencontres), mais son jeu dos au but a également fait des merveilles pour les infiltreurs venus de la deuxième ligne du Essevee. Excepté Mbokani, personne ne peut se targuer de protéger le ballon comme le Sénégalais. Avec Hazard et Berrier, il est le grand monsieur du secteur offensif de la bande à Dury. Une seconde jeunesse à trente ans, mais toujours une deuxième place au bout du chemin. Le loser magnifique.

3. Carlos BACCA (FC Bruges)

 

Meilleur buteur avec 25 réalisations et auteur de 9 passes décisives, Peluca comme on le surnomme au pays de Pablo Escobar affiche des stats qui légitiment totalement son sacre de "footballeur pro de l'année". Mathématiquement, l'artificier des Blauw en Zwart est le meilleur attaquant de la Jupiler League. Arrivé en janvier 2012, Carlos aura vécu une entrée en matière galère en Venise du Nord. Mais le Colombien de 26 ans a appris vite et bien notamment grâce à... Georges Leekens. Le Falcao du KV a étincelé notre compétition de sa technique naturelle et de son instinct redoutable face au but. 

2. Silvio PROTO (Anderlecht)

 

Objectivement, Silvio Proto aurait mérité de prendre place tout en haut de notre classement. Mais voilà, le football, c'est littéralement un sport qui se joue avec un ballon et des pieds. Difficile, donc, de faire d'un gardien le numéro un. Difficile également de reprocher quoi que ce soit à Silvio, qui enchaine les prestations de haut vol avec une régularité ahurissante. Maitre dans le jeu aérien, capable de jouer très haut et de s'aventurer loin de son but dans des sorties toujours souveraines, Silvio est également monstrueux sur sa ligne. Pour être champion, il faut un grand gardien, dit l'adage. Pas étonnant, dès lors, qu'Anderlecht enchaine les titres avec Proto entre les perches. Herman Van Holsbeeck disait récemment que le portier mauve valait Mignolet. On n'est pas loin de penser qu'il est même meilleur.

1. Dieumerci MBOKANI (Anderlecht)

 

Et Dieu créa Mbokani. Surdoué, doté d'un protectionnisme inégalable (balle au pied, non pas en politique économique), le félin de Kinshasa nous a fait saliver avec ses dribbles déroutants, son timing inimitable et ses frappes cristallines. Mbokani, c'est le talent brut, l'élégance pure. Sans doute pas le plus méritant si l'on scrute les chiffres à la loupe (19 buts, à peine 2 assists), mais il représente l'élément fondamental du dispositif offensif anderlechtois. Pour preuve, le Soulier d'Or 2012 a offert un second titre consécutif aux Mauves après avoir passé une année noire à Monaco en transitant par Wolfsburg. Trop fort pour la Jupiler League et incapable de s'adapter sous d'autres cieux ? Il reste désormais à Dieu à faire taire ses détracteurs...

L'équipe foot de DH.be

13:25 Écrit par tackle on web dans Belgique, ÉQUIPE-TYPE, FC BRUGES, JUPILER PRO LEAGUE, RC GENK, RSC ANDERLECHT, STANDARD LIÈGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

30/05/2013

Le Top 50 de la Pro League (10-6)

Les choses sérieuses commencent. Vous en avez découvert 40, il en reste 10. Et, évidemment, c'est la crème de la crème. Il y a un ex-taulard, un Hazard, un gars qui lançait des boules de neige alors que son club était en faillite, un migraineux et un syndicaliste de Ford Genk.

DH.be vous propose de découvrir les places 10 à 6 de son top 50. Ce vendredi, les derniers noms seront dévoilés. 

10. Jelle VOSSEN (Genk)

 

On l'annonçait en partance l'été dernier, il est finalement resté fidèle à son Limbourg natal. Et heureusement pour le Racing ! Championnat, Coupe de Belgique et Europa League, Jelle a planté pas moins de 25 roses en 49 apparitions. Aujourd'hui, il a tout gagné avec Genk et doit certainement aller voir ailleurs. C'est le prix à payer pour tenter de franchir un nouveau pallier. Les places pour le Brésil seront chères et parmi les 23 sélectionnés peu porteront une vareuse d'une équipe de Pro League. Le subtop européen lui fait les yeux doux. Il doit y succomber. Même si cela fera de la peine aux travailleurs de Ford Genk. 

9. Ilombe "Pelé" MBOYO (La Gantoise)

 

Il est le seul pensionnaire de notre top 10 à ne pas avoir pris part aux playoffs 1. Il est aussi le seul à avoir fait de la taule et à s'en être sorti. C'est dire s'il revient de loin. Mboyo fut l'éclaircie dans la grisaille gantoise cette saison. Les Buffalos ont déçu, frisé parfois le ridicule, mais "petit Pelé" a toujours fait le boulot devant le but adverse (21 buts en 37 matchs). Les Gantois ont souffert de Mboyo-dépendance puisqu'il a été impliqué dans 48% des buts de son équipe. A 26 ans, l'avant-centre a même signé sa première sélection chez les Diables cette saison. Pour lui aussi, le mercato devrait être agité et il est peu probable qu'il foule la pelouse du nouveau stade gantois, si ce n'est en déplacement. 

8. Thorgan HAZARD (Zulte-Waregem)

 

"Mais pourquoi vient-il s’enterrer là ?" Beaucoup ont eu cette réflexion en début de saison. Peu l'admettront à l'heure actuelle. Si Zulte-Waregem a étonné, Thorgan a détonné. Sur son flanc, il a donné le tournis à bon nombre d'arrières-droit du pays. Durant les playoffs, il a démontré que son grand-frère n'avait pas monopolisé tout le talent familial. Le Essevee est déjà trop petit pour lui et sa route semble toute tracée vers le Parc Astrid. Avant un retour en Premier League pour tenir compagnie au frangin ? Rien ne semble impossible dans cette famille. Dommage qu'ils ne courent pas le 400m, on aurait eu une double paire de choix avec les frères Borlée.

7. Maxime LESTIENNE (FC Bruges)

 

Le petit Max a bien grandi depuis ses débuts à l'âge de 16 ans sous la vareuse de feu l'Excel. Il avait alors déjà laissé entrevoir des dispositions supérieures à la moyenne. Cette saison, il a confirmé en devenant l'un des ailiers les plus redoutés de Pro League. Sans Lestienne et son pied gauche, le Club n'aurait peut-être pas eu l'occasion de jouer les playoffs 1. Cerise sur le gâteau, Max a tapé dans l'oeil de Marc Wilmots, et ce malgré une concurrence féroce à son poste chez les Diables. Maxime semble avoir gardé l'insouciance de l'époque où il balançait des boules de neige sur ses coéquipiers alors que Mouscron mettait le clé sous la porte. Une insouciance qui promet encore quelques surprises. 

6. Lucas BIGLIA (Anderlecht)

 

Une vraie (mi)graine de champion, ce Lucas. Il a tout fait pour se barrer lors du mercato hivernal mais il n'a pas pu s'empêcher d'offrir un 32ème titre aux Mauves. Et même s'il annonçait à nouveau ses désirs de déménagements à peine le trophée soulevé, il doit bien avouer que sans le club de Saint-Guidon, il ne serait pas régulièrement repris avec la bande à Messi lors des qualifs zone AmSud. La Coupe du Monde, il veut en être. Là où beaucoup cherchent la stabilité, lui veut partir. Un pari gagnant? Réponse dans un an... D'ici là, ses détracteurs parmi les supporters mauves auront sans doute remarqué son importance. Parce qu'il est déjà certain qu'Anderlecht ne tournera pas aussi bien en l'absence de son désormais ex-capitaine.

L'équipe foot de DH.be

 

16:48 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Belgique, ÉQUIPE-TYPE, FC BRUGES, JUPILER PRO LEAGUE, RC GENK, RSC ANDERLECHT | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

29/05/2013

Le Top 50 de la Pro League (15-11)

Après Paul-José Mpoku, Karel D'Haene, Guillaume Gillet, Ryan Donk et... Mandakis, découvrez les cinq autres noms qui intègrent le top 20 des meilleurs joueurs du championnat selon DH.be. 

Ce jeudi, nous entrerons dans le top 10. Il y aura bien sûr du mauve et du rouche mais pas seulement...

15. Milan JOVANOVIC (Anderlecht)

 

Étrange saison que celle de Milan Jovanovic. Entre coups de sang à des moments critiques (remember Limassol et Standard) et matches traversés dans la transparence la plus totale, le Serpent semble n'être devenu qu'un vulgaire lombric inoffensif. Et puis on passe par les stats. Et là, on se rend compte que Jova, c'est 12 buts et 14 assists toutes compétitions confondues. Des chiffres dont peu de joueurs peuvent se targuer. Surtout à 32 ans. Il ne faut pas oublier que le Serbe a terminé largement en tête du classement des passeurs. En gros, cette saison, Anderlecht avait Bruno pour faire le show, et Jova pour la froide efficacité. Aux antipodes de ce à quoi nous avait habitué l'ancien Rouche. Le jeu de Jovanovic a changé. Pas son caractère.

14. Michy BATSHUAYI (Standard)

 

Privé de terrain par Ron Jans, Michy Batshuayi a dû attendre l'arrivée de Mircea Rednic pour retrouver une place dans le onze, et le chemin des filets par la même occasion. Douze buts, c'est plutôt costaud pour une saison entamée mi-octobre. Michy passe en puissance, manie bien le cuir et a le but facile: la panoplie de l'attaquant moderne à vingt ans à peine. La manière dont il a enrhumé Nuytinck sur la pelouse du Parc Astrid en février dernier résume à elle seule le talent du bonhomme. S'il n'a pas toujours eu la confiance du coach roumain, il a toujours su réagir quand Rednic le piquait au vif. Orgueil et sens du but, deux qualités qui devraient faire de Michy le fer de lance du nouveau Standard. À moins qu'un club étranger ne passe par là...

13. Davy DE FAUW (Zulte Waregem)

 

Davy De fauw n'a pas beaucoup de style. Le Flandrien n'est pas l'arrière droit le plus élégant de la Pro League, mais indubitablement le plus efficace. Sobre, mais très difficile à prendre en défaut, le capitaine du Essevee a ensuite connu son heure de gloire en Playoffs en se découvrant un sens du but qu'on ne lui connaissait pas. Quatre buts pour le latéral droit du Gaverbeek, entre une reprise superbe contre Genk, un coup de tête rageur puis un coup franc ravageur face à Lokeren et une dernière frappe lors de la démonstration de Zulte Waregem face à Bruges. Le tout pour un mec qui finit la saison avec 100% de temps de jeu. Franchement, un arrière droit solide, dur sur l'homme, jamais blessé ni suspendu, sobre et qui marque des buts, on a ça en équipe nationale?

12. Imoh EZEKIEL (Standard)

 

En début de saison, le Standard comptait sur Ogunjimi et Biton pour alimenter le marquoir. Rapidement, Ron Jans s'est aperçu que ça n'allait pas le faire. Alors, il a sorti Imoh Ezekiel de sa manche. Comme sur le terrain, le Nigérian est allé très vite: un petit match d'adaptation, puis déjà un doublé face à Charleroi. Fin 2012, Imoh passe à la vitesse supérieure, avec sept buts en six matches. Il manque encore au sprinter/buteur des Rouches de l'impact dans les grands matches, mais avec seize buts au compteur, sa première saison transpire la réussite. Imoh est l'arme fatale de ce Standard si redoutable quand il ne doit pas faire le jeu. Sans son petit coup de moins bien en Playoffs, sa place dans le top 10 aurait été assurée. Ce n'est sans doute que partie remise. Parce qu'à 19 ans, Ezekiel a encore du temps devant lui. Et sur le terrain comme dans sa carrière, il aime quand ça va vite.

11. Sacha KLJESTAN (Anderlecht)

 

Le peu de charisme de Sacha Kljestan a disparu avec sa moustache et la fin de la longue série d'invincibilité des Mauves à l'automne. Homme de l'ombre par excellence, l'Américain est pourtant l'élément indispensable de l'entrejeu mauve. Monstrueux à la récupération, complément idéal de Lucas Biglia au coeur du jeu, Sacha a réussi à s'imposer comme une évidence aux yeux d'un van den Brom qui ne voulait pas de lui. Avec trois buts et autant de passes dé' en championnat, on ne peut pas dire que le médian US affiche des stats de rêve. Par contre, il était à la base de deux buts mauves en C1, dont celui de la victoire face au Zenit. Sacha Kljestan est un joueur invisible. Le genre de mec qu'on ne voit que quand il n'est pas sur le terrain. Parce que sans lui, Anderlecht n'est pas pareil. Invisible, mais indispensable.

L'équipe foot de DH.be

 

13:49 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Belgique, ÉQUIPE-TYPE, JUPILER PRO LEAGUE, RSC ANDERLECHT, STANDARD LIÈGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

28/05/2013

Le Top 50 de la Pro League (20-16)

Voici notre top 20 de la Jupiler League ! Nous y sommes, les meilleurs joueurs du championnat aux yeux de DH.be sont réunis ici. On ouvre ce top 20 avec une petite surprise et quatre incontournables...

Ce mercredi, retrouvez les cinq joueurs placés entre la 15e et la 11e place !

20. Paul-José MPOKU (Standard)

"Le jeune Mpoku, quand il entrera dans le noyau, il n'en sortira plus". Voilà ce que nous avions entendu au détour d'un couloir de Sclessin il y a plusieurs mois, de la bouche d'un membre du club. S'il n'a pas cartonné dès son tout premier match, le Diable rouge espoir n'a guère mis de temps à se démarquer de manière positive. Une technique au dessus de la moyenne, une bonne finition pour son jeune âge et pas mal d'audace, voilà qui peut résumer le gaillard de 21 ans. Capable d'entrouvrir une porte à Anderlecht dans l'émission "100% Stef" dimanche dernier quatre semaines seulement après avoir déclaré à notre micro que les mauves devaient être "plus humbles", le garçon donne tant de travail aux journalistes qu'aux défenseurs adverses (et à son coiffeur). Espérons qu'il confirmera son statut "d'homme des playoffs" du côté de Sclessin la saison prochaine. Bon, par contre, il faudra tôt ou tard trouver un autre geste fétiche sur le terrain, parce que la "feinte de frappe suivie de deux râteaux" va finir par être connue et contrée par toutes les défenses adverses.

19. Karel D'HAENE (Zulte Waregem)

Moins flamboyant que Thorgan Hazard, moins décisif que M'baye Leye, moins costaud que Junior Malanda, tel apparaît Karel D'Haene. Sous ses airs d'éternel ado, le Flandrien n'en affiche pas moins une solide expérience. A 32 ans, le défenseur de Zulte-Waregem livre sans doute sa saison la plus aboutie. L'anti-starlette par excellence, c'est bien lui. Mais s'il ne paye pas de mine, le joueur a pourtant été infranchissable pour les attaquants adverses. Loin du cliché de l'armoire à glace juste bonne a balancer des ballons vers l'avant, D'Haene s'impose grâce à son intelligence de jeu et son sens du placement. Increvable malgré un physique de gringalet, il n'a en outre raté aucune minute du défunt championnat. Plutôt utile quand votre jeu est basé sur un esprit d'équipe sans faille. Bref, une saison pleine dans tous les sens du terme pour le Belge. Mais chut, ne le dites pas trop fort, le garçon n'aime pas trop qu'on parle de lui...

18. Guillaume GILLET (Anderlecht)

Bien que Gillet ait inscrit le but le plus important de la saison : cette fabuleuse égalisation contre la Croatie avec les Diables, ce sont bien ses prestations en Pro League qui lui valent ce top 20. Ce gros moteur, polyvalent et toujours serein dans son jeu, n'est pourtant pas ce qui se fait de plus moderne au poste d'arrière latéral. Moins offensif que les modèles du genre, l'Anderlechtois se concentre avant tout sur son premier devoir : défendre. Longtemps aligné au milieu de terrain, il ne se refuse jamais l'une ou l'autre montée mais se veut prudent. Car Guillaume est avant tout un joueur intelligent et il sait que son point faible se situe dans son dos. Pour le reste, notre homme est du genre à prendre ses responsabilités, comme en témoignent ses penalties tirés dans les playoffs, et à se rendre décisif, notamment dans les moments-clés. C'est ainsi qu'il a remis Anderlecht sur les rails du titre dans le Clasico face au Standard, à trois journées du terme. Et puis, un Liégeois qui remporte un titre en mauve, cela mérite toujours d'être souligné.

17. Ryan DONK (FC Bruges)

Un mètre 92, 89 kilos. Allez vous frottez à ce genre de colosse ! Avec de telles mensurations, inutile de dire que ça déménage côté brugeois. Mais cette saison, ce n'est pas au coeur de la défense que le Néerlandais a tout ratiboisé. Replacé au poste de n°6 par Juan Carlos Garrido, Donk s'est trouvé un nouveau terrain de jeu. Plus présent dans la construction mais toujours aussi costaud, il a pris une nouvelle dimension dans l'entrejeu. Certes, il ne fait toujours pas dans la dentelle, mais il râtisse, arrache les ballons, relance. Et plutôt bien. Cette nouvelle position permet également de libérer Odjidja de son unique rôle de chien de garde. Et donc de gagner en percussion. Bref, un repositionnement bénéfique pour le Club et Ryan. Bien vu, Juan Carlos !

16. MANDAKIS (Charleroi)

Sans mauvais jeu de mot, tout était parfait pour Mandanda durant la première moitié de saison. Titulaire indiscutable dans la cage des Zèbres malgré la rude concurrence de l'international grec Michalis Sifakis, le Congolais réussissait régulièrement des exploits, assurant le spectacle à de nombreuses reprises. Jusqu'au jour où Yannick Ferrera a logiquement donné sa chance à Sifakis, plus expérimenté et bien meilleur sur papier que son concurrent direct. Le Grec a saisi sa chance et montré l'étendue de son talent. Résultat : Mandanda a joué deux fois plus que son ainé et a grandement contribué au maintien précoce des Carolos. Régulier dans l'ensemble de ses prestations, il n'est toutefois pas aussi rassurant que Sifakis. Celui-ci a beaucoup moins joué mais s'est surtout montré en février, mars et avril. Plus talentueux que la plupart des portiers du pays, il propose un style différent de celui de son rival. Alors on s'est dit qu'une petite fantaisie n'a jamais tué personne et nous avons mélangé les deux. Parce que Mickey (Michalis-Parfait) Mandakis (Mandanda-Sifakis) serait l'un des meilleurs gardiens du monde s'il existait. 

L'équipe foot de DH.be

Le Top 50 de la Pro League (25-21)

Le Top 50 de la Pro League (30-26)

Le Top 50 de la Pro League (35-31)

Le Top 50 de la Pro League (40-36)

Le Top 50 de la Pro League (41-45)

Le Top 50 de la Pro League (50-46)

Le Top 50 de la Pro League

13:00 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Belgique, ÉQUIPE-TYPE, FC BRUGES, JUPILER PRO LEAGUE, RSC ANDERLECHT, RSC CHARLEROI | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

27/05/2013

Le Top 50 de la Pro League (25-21)

Cela sent bon le top 20 ! Nous voilà dans la première moitié de tableau de ce top 50 et vous connaitrez ce vendredi les meilleurs joueurs de la Jupiler Pro League selon la rédaction de DH.be. 

En attendant, voici les cinq positions précédant le top 20, dans lequel nous entrerons ce mardi midi...

25. Derrick TSHIMANGA (RC Genk)

 

Le garçon est désormais plus qu'une valeur sûre de notre championnat : il fait partie des meilleurs arrières gauches du pays, et ce malgré la concurrence d'Hamalainen, pas né de la dernière pluie. Le Belge de 24 ans se veut solide malgré un gabarit peu impressionnant sur papier (1m76 pour 68kg). Véloce et puissant, il est aussi efficace défensivement qu'offensivement, comme en témoignent ses quatre assists et son but cette saison. Très (trop ?) correct sur l'ensemble de la saison régulière, il a écopé de trois cartes jaunes en avril, au milieu des PO1, pour porter son total à 6 sur la saison. Un bilan raisonnable pour un joueur qui sait faire preuve d'engagement. Reste à espérer que le garçon pourra franchir un cap supplémentaire durant les prochains mois... D'autant plus qu'il n'est pas très loin d'intégrer le groupe élargi des Diables, et donc pourquoi pas celui des 23 chanceux qui fileront peut-être au Brésil dans un an ? D'ici là, le prénom "Derrick" sera bien plus facile à porter.

24. Cheikhou KOUYATE (Anderlecht)

 

Le spectateur neutre fut déchiré quand le Sénégalais s'est fait exclure par Serge Gumienny en "finale" du championnat. Cette carte rouge promettait un dernier quart d'heure fou entre Anderlecht et Zulte-Waregem mais elle frappait malheureusement l'un des gars les plus sympas du championnat. Simple, humble et toujours le mot pour rire, Kouyaté est aussi l'un des défenseurs les plus redoutés du championnat. A 23 ans, le garçon sort de deux saisons pleines passées dans la charnière centrale mauve, où il a définitivement trouvé sa place après avoir alterné le bon et le moins bon en n°6. Dur mais correct sur l'homme (une seule rouge cette saison, au plus mauvais moment, et 7 jaunes), il met à profit son excellent jeu de tête pour soulager Silvio Proto sur phases arrêtées. Peu décisif offensivement et encore approximatif dans certaines de ses relances, il manque le top 20 de peu. Pourtant, Dieu (le tout puissant) sait qu'il manquera à la Jupiler League. L'autre Dieu, son meilleur ami, risque de n'avoir guère de kilomètres à faire la saison prochaine pour lui rendre visite. Le tout sera d'apprivoiser la conduite à gauche.

23. Stefan MITROVIC (Courtrai)

 

Arrivé à Courtrai sur la pointe des pieds en provenance du Metalac Gornji Milanovac (à vos souhaits), Stefan Mitrovic s'est rapidement érigé comme un taulier indéboulonnable de cette défense flandrienne. Rapide sur l'homme et capable de jouer des deux pieds, le Serbe n'aura pas tardé à taper dans l'œil des recruteurs belges et étrangers. La Gantoise, le Club Bruges mais aussi Valence en pinçaient pour le natif de Belgrade, mais c'est finalement le Benfica Lisbonne qui a été le plus convaincant. Prix de la transaction: 1,1 million euros et un contrat de 5 piges sur les bords du Tage. Une offre alléchante que ni le joueur, ni le club si cher à Hein Van Haezebrouck ne pouvait se permettre de décliner. Du stade des Éperons d'Or au pont d'or, il n'y a qu'un pas...

22. Hamdi HARBAOUI (Lokeren)

 

Il est peut-être l'attaquant le plus sous-estimé de cette Pro League et pourtant, Hamdi Harbaoui a inscrit 13 cagettes cette saison, toutes compétitions confondues. Irréprochable dos au goal, le Tunisien allie puissance et sens du but. L'ancien artilleur d'Oud Heverlee Louvain peut également se targuer de posséder l'un des meilleurs coup de casque du Royaume. Mais l'image marquante de cette saison, c'est ce triple bras d'honneur lors de la victoire 4-1 face au Standard le 20 avril dernier. Rencontre durant laquelle il inscrira les deux derniers pions de ses couleurs. Un geste d'énervement et surtout de frustration adressé à la presse flamande, et surtout aux détracteurs du club waeslandien, pour qui Lokeren ne méritait pas sa place au sein de ces Play-Offs 1, que toute la planète nous envie. A bientôt 29 ans et sous contrat au Daknam jusqu'en 2016, Harbaoui n'a plus le temps de lambiner s'il veut convaincre une écurie plus huppée de l'enrôler.

21. Tom DE SUTTER (Anderlecht)

 

Les stats du costaud attaquant du Parc Astrid affichent 31 rencontres disputées cette saison en Jupiler League, dont 21 seulement entamées dès la première minute de jeu. Une nouvelle campagne s’est donc achevée sous un statut de joker de luxe pour celui qui s'était révélé au Cercle Bruges. Et pour Tom, cela n’a rien de drôle… Malgré ses douze buts en championnat régulier, il n’entrera visiblement jamais vraiment dans les plans mauves. Et comme la direction anderlechtoise a l’intention de se séparer de 37 joueurs sous contrat à l’aube de la saison 2013-2014, reverra-t-on le "lange" ? Voilà en tout cas un garçon de 27 ans tout ce qu’il y a de professionnel et qui a souvent répondu à l’attente quand le club Bruxellois avait besoin de lui. Si son aventure anderlechtoise devait prendre fin, il n’aurait sans doute pas à en rougir au moment de dresser le bilan. Sa présence physique et son jeu de tête ravageur peuvent encore faire des heureux... du côté de Bruges ? 

L'équipe foot de DH.be

15:53 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Belgique, ÉQUIPE-TYPE, FC BRUGES, JUPILER PRO LEAGUE, RC GENK, RSC ANDERLECHT, STANDARD LIÈGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook