Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/07/2013

Ce sera Reykjavik pour le Standard

Glens+v+KR+794jpg.jpgLe Standard affrontera KR Reykjavik au second tour préliminaire de l'Europa League 2013-2014. Le club islandais s'est imposé 0-3 à Belfast contre Glentoran, en Irlande du Nord, jeudi dans le match retour du 1er tour qualificatif. Le match aller s'était soldé par un score vierge (0-0).

KR Reykjavik a pris les commandes à la 24e grâce à un but de son médian anglais Martin. Après une belle possibilité manquée à l'heure de jeu, Saevarsson mettait d'abord KR Reykjavik à l'abri (65e) et fixait ensuite le score à 0-3 (90e+2).

Champion national à 25 reprises, KR Reykjavik est actuellement en tête du championnat islandais avec 25 points en neuf rencontres. Le club compte dans ses rangs Bjarni Gudjonsson, qui a évolué à Genk entre 1998 et 2000. Titulaire en équipe nationale, le gardien Hannes Halldorsson s'est également illustré en dehors des terrains en... réalisant le clip de 'Never forget', la chanson qui a représenté l'Islande au concours Eurovision de la chanson 2012.

Le Standard se rendra en Islande le 18 juillet et recevra KR Reykjavik une semaine plus tard.

Les gagnants de ce 2e tour joueront le 3e tour (1er et 8 août) dont le tirage au sort sera effectué le 19 juillet. Le FC Bruges entre en lice dans ce 3e tour de qualification. Le RC Genk, vainqueur de la Coupe de Belgique, est d'ores et déjà qualifié pour le tour suivant, les barrages (22-29 août) dernier tour avant la phase de groupe qui débutera le 19 septembre.

Belga

Relisez notre présentation du KR Reykjavik

10:35 Écrit par tackle on web dans EUROPA LEAGUE, PORTRAITS, STANDARD LIÈGE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

24/06/2013

Mais enfin, c'est qui ce KR de Reykjavik ?

1685156_w2.jpgLe verdict est tombé un peu avant 15 heures. Pour son entrée en lice sur la scène européenne, le Standard se déplacera vers le nord. Irlande ou Islande, la destination n'est pas encore connue. S'ils passent l'écueil du Glentoran FC, le KR pourrait donc être le premier adversaire européen des Rouches. Plongée au cœur du froid islandais, à la découverte du club historique de Reykjavik

Lire la suite

21:22 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, EUROPA LEAGUE, LES RESTES DU MONDE, PORTRAITS, STANDARD LIÈGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Mais qui es-tu donc Glentoran FC ?

8481672544_e6bc6e7ef0.jpgPremier club belge de football à entrer sur la scène européenne de la nouvelle saison 2013-2014, le Standard sera opposé au 2e tour de qualification de l'Europa League au vainqueur du duel du 1er de qualification entre les Islandais de KR Reykjavik et les Nord-Irlandais du Glentoran FC. Mais qui sont donc ces derniers ?

Lire la suite

18:25 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, EUROPA LEAGUE, INSOLITE, LES RESTES DU MONDE, PORTRAITS | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

18/05/2013

Le gamin de 11 ans qui s'est invité à la cérémonie de remise de prix de Chelsea


Screen Shot 2013-05-17 at 9.44.00 AM.png

Certains spectateurs attentifs l'auront sans doute remarqué ce mercredi soir en regardant la cérémonie de remise des prix après la finale de l'Europa League remportée 2-1 par Chelsea devant Benfica. 

Parmi les joueurs Blues, il y avait un intrus haut comme trois pommes qui a salué Michel Platini, le président de l'UEFA, entre Fernando Torres et David Luiz. Ce garçon de 11 ans n'est pas le fils d'un joueur londonien, mais un fan originaire de Liverpool et répondant au nom de Louis Kearns.

Le jeune Louis qui s'était déjà incrusté au sein de la haie d'honneur des joueurs de Chelsea pour leurs homologues de Benfica avait été repéré par l'un des responsables de la sécurité, mais il est quand même parvenu à monter dans la tribune d'honneur.

Louis Kearns était venu à l'Amsterdam ArenA en compagnie de son père afin d'approcher au plus près ses deux idoles espagnoles, Fernando Torres et Rafa Benitez.

Il a même réussi à poser en compagnie de Michel Platini, Eden Hazard, Demba Ba et John Terry, Siem de Jong (joueur de l'Ajax), Guus Hiddink, Andriy Shevchenko, Pierluigi Collina et Patrick Kluivert.

Le culot a payé.

_67639995_chelseaboy.jpg

louis-kearns-platini-3861766.jpg

louis-kearns-terry-ba-3861765.jpg

10:54 Écrit par tackle on web dans ANGLETERRE, C'EST DRÔLE, EUROPA LEAGUE, INSOLITE, PHOTOS, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

16/05/2013

Eden Hazard et l'Europa League

Il a manqué hier sur la pelouse de l'Amsterdam ArenA. Malgré les bons soins prodigués par la sexy doctor de Chelsea, Eva Carneiro, Eden Hazard n'a pas pu disputer sa première finale européenne. 

Mais peu importe finalement puisque ses petits camarades ont assuré et lui ont permis de toucher son premier trophée continental. Eden Hazard était venu à Londres pour remporter des titres, en voilà un premier prestigieux qui sera mis en évidence sur son CV. 

Heureux comme un gosse au moment de brandir la Coupe dans la tribune d'honneur, notre compatriote a posé avec elle dans l'intimité du vestiaire. Septième belge de l'histoire à remporter un titre européen, Hazard succède au palmarès à Thibaut Courtois qui avait brandi le même trophée voici douze mois à Bucarest.

En attendant Big Dan qui pourrait en faire de même avec la Coupe aux grandes oreilles le 25 mai prochain à Wembley. 

264543_470059529741399_869594726_n.jpg

10:18 Écrit par tackle on web dans ANGLETERRE, Belges à l'étranger, EUROPA LEAGUE, INSOLITE, PHOTOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Benfica-Chelsea 1-2: Le bulletin de notes des Blues

int_130515_UEL_BENFICA_V_CHELSEA_UK_Ireland.jpgCECH 7,5 Certains ont dit qu’il était fini. Hier, sur une frappe monstrueuse de Cardozo, le Tchèque a rappelé qu’il ne fallait pas oublier son nom quand on comptait sur les doigts d’une seule main les meilleurs gardiens au monde. Ajoutez à cela un jeu au pied meilleur que celui de sa charnière centrale et son demi-assist sur le but de Torres. Et voilà : vous avez un mec qui braque deux Coupes d’Europe avec un casque de rugbyman sur la tronche.

AZPILICUETA 4 C’est vrai qu’Azpi dédouble pas mal son couloir. C’est vrai que ses débordements sont assez tranchants, et ses centres assez souvent bien donnés. Mais bordel, qu’est-ce qu’il défend mal ! Avec sa tête de victime qui n’est pas sans rappeler celle de Jordi Alba, il a donné des sueurs froides aux supporters des Blues en relançant Benfica d’une main débile dans le rectangle. Du coup, à la 93e, il était le premier à se ruer dans les bras d’Ivanovic. Pas étonnant…

IVANOVIC 7 Le braqueur en chef. Replacé dans l’axe à cause du forfait de Terry, il n’avait plus rien à voir avec le Panzer qui démonte son flanc à coups de remontées en puissance. Brani est devenu ce mec qu’on connait tous, ce défenseur de provinciale qui gagne tous ses duels mais incapable de faire une relance propre à dix mètres. Bref, il méritait un petit 6 bien neutre jusqu’à la 93e minute, où sa note a grimpé en flèche…avant de redescendre un petit peu sur l’action suivante, où il troue un contrôle de préminime qui aurait pu coûter une prolongation.

CAHILL 6,5 Gary aura toujours une place dans son cœur pour John Terry, l’homme qui lui a permis de jouer deux finales européennes. Avec son style de footballeur du dimanche, le genre de mec qui préfère mettre une passe en retrait à son gardien pour éviter de faire une couille et assurer la relance, il a quand même tenu le choc face à ce monstre de Cardozo. Jusqu’à la dernière seconde, où il était là pour pousser le ballon du bout du pied, dans un tacle désespéré, pour éviter l’égalisation après l’erreur d’Ivanovic. Zéro en style, mais dix en efficacité.

COLE 5 Avec Gaitan dans les pattes, Ashley n’avait certainement pas le rôle le plus facile de la soirée. Souvent en retard, rarement inspiré sur ses montées, il n’a franchement pas convaincu. Finalement, c’est surtout sa coupe de cheveux qui nous a interpellés. La même coupe qui a empêché Karim Benzema de marquer pendant trois mois. Ce style doit être maudit, et devrait donc bientôt disparaitre. Tant mieux. Les attentats à la pudeur capillaire, ça commence à bien faire.

LUIZ 6,5 Comme Mats Hummels, David Luiz a un putain de style quand il remonte le terrain balle au pied. Mais comme Mats Hummels, le Brésilien a son petit moment d’absence syndical par match. Alors, Benitez l’a placé au milieu. Là, David sort les compas, gratte du ballon, enchaine les semelles et les taquets. Et il peut faire le clown sans trop de danger pour son gardien. Au milieu, David est heureux. L’affreux Tahiti Bob a mené à bien son entreprise de destruction massive. Avec le sourire, en plus.

Chelsea-Benfica-Torres-celeb_2945018.jpgLAMPARD 7 Quitte à ce que Chelsea gagne, on aurait préféré que cela se décide quelques minutes plus tôt. 88e minute, Lampard arme le bazooka qui lui sert de jambe droite et propulse un obus qui fait vibrer la barre, les spectateurs, et les amoureux du football. Après, c’est vrai que Frank a pas mal galéré pour faire le lien entre la défense et le quatuor offensif. Mais on lui pardonne tout. Parce qu’on peut critiquer un joueur de foot, mais pas une légende du football.

RAMIRES 5 À un moment, on a franchement espéré qu’un responsable de l’UEFA allait monter sur le terrain pour lui expliquer la règle du hors-jeu. Souvent esseulé sur son flanc, le Brésilien avait sans doute pour consigne de faire des appels dans le dos de la défense, ce qu’il a appliqué un peu trop à la lettre. Le reste du temps, il a couru. Beaucoup et partout. Mais il lui a manqué cet éclair de génie qui nous rappelle parfois qu’il est un joueur de football, et pas seulement un ersatz de coureur de fond kenyan.

MATA 6 Sur l’échiquier de l’Amsterdam ArenA, on a assisté à un magnifique cours de Mata-Matic. L’Espagnol a été suivi comme son ombre par le grand médian défensif des Aigles, et n’a donc pas pu bénéficier de la même liberté que face à de vulgaires défenseurs de Premier League. Son impact sur le jeu des Blues n’a donc pas été à la hauteur de l’événement. Puis, finalement, il a quand même déposé un ballon sur le crâne d’Ivanovic, juste histoire de s’offrir une passe dé’, et un quatrième trophée majeur en moins d’un an. Pas encore 25 piges et un palmarès de retraité, venez le chercher.

OSCAR 4 Pendant toute la rencontre, les journalistes en mal de titre original ont espéré qu’il fasse la diff’. Un gros match d’Oscar en plein Festival de Cannes, y’avait moyen que ça soit une bonne source d’inspiration. Peine perdue, le troisième Brésilien des Blues a été transparent. Il a quand même réussi à sortir de nulle part pour faire prendre une jaune à Garay. Du coup, l’Argentin n’a plus osé choper Torres en seconde période. On n’a rien trouvé de mieux pour impliquer Oscar dans un but de Chelsea hier soir…

TORRES 7 L’homme des finales. Pour la troisième fois, El Niño a planté son pion dans un match décisif (Euro 2008 et 2012). Un vrai but d’attaquant, entre puissance à la Drogba pour mettre Luisao au tapis et finesse pour renvoyer Artur chez les Minimoys. Un jour, il faudra qu’on arrête de se foutre de sa gueule. Parce que même s’il rate des buts à la con, il est toujours là pour marquer ceux qui comptent. Et si vous n’êtes pas convaincus, allez visiter sa salle des trophées. Et bookez votre journée, parce que ça risque de prendre du temps pour en faire le tour…

BENITEZ 8 On ne pouvait pas passer à côté de Rafa. Insulté tout au long de la saison à Stamford Bridge, l’Espagnol ramène quand même une Europa League à Londres. Petite réflexion pour Roman Abramovich : Avram Grant en 2008, Roberto Di Matteo en 2012, Rafael Benitez en 2013. Les trois coachs qui ont amené son Chelsea en finale de Coupe d’Europe étaient des intérimaires. Il ne faudrait pas attendre octobre ou novembre pour prendre Mourinho ?

 

G.Ga.

10:09 Écrit par tackle on web dans Bulletin de notes, EUROPA LEAGUE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Benfica - Chelsea 1-2 : le bulletin de notes des Aigles

1bfb0200-2006-46f9-aaa9-a19dd4ac9ded-460x276.jpegArtur 6: Pas beaucoup de travail à effectuer, mais il se prend deux goals. Il sort un magnifique réflexe sur une frappe bourrée d'effet de Lampard en première mi-temps et est sauvé par sa barre sur un obus du même joueur en deuxième. Sur le premier but, sa sortie n'est pas mauvaise, mais Torres réussit le dribble parfait. Sur le second, il est quand même vachement statique même si la tête d'Ivanovic est superbement placée. Mais de toute façon Artur, ce n'est plus ça depuis la fin des "Enfants de la télé".

Almeida 5: Bon, Oscar est sûrement un brin surcoté, mais ça n'enlève rien à la belle prestation défensive de l'arrière droit lisboète en première mi-temps. Il n'a jamais été inquiété même quand Mata venait épauler le Brésilien épais comme un câble de frein. Offensivement, il s'est permis pas mal de montées et de dédoublements lors des 45 premières minutes avant d'être moins actif sur ce point lors des 45 suivantes. Mais son absence de marquage sur Ivanovic sur le pion décisif gâche tout son match. Cruel.

Luisao 4,5: Le genre de défenseur excellent pour un club comme Benfica mais qui n'évoluerait qu'à QPR si il trouvait de l'embauche en Premier League. S'il a semblé gérer son sujet lors de la première période, sa lourdeur lui a joué des tours en seconde. Il est complètement à la ramasse sur le but de Torres et a voulu se venger par la suite en donnant quelques vilains taquets à El Nino. Une vraie tête de taulard.

Garay 7: Peut-être que sa sortie à un quart d'heure du terme change tout. Jusque là le roc argentin avait été le maître de sa défense en muselant bien les quelques vélléités offensives Blues et en prenant toujours le soin de bien relancer le cuir. Sans doute qu'il n'aurait pas laissé Ivanovic s'élever aussi facilement sur le goal de la victoire. 

Melgarejo 6,5: Enorme première heure de sa part. Si Ramires n'a pas existé, c'est à cause de lui. Offensivement, il était intenable, toujours aidé par cette superbe conduite de balle pour un latéral. Même sur ses replacements défensifs, il a été irréprochable pendant cette période. Mais bon, le miracle ne pouvait pas durer plus longtemps car il était en surrégime et a du quitter la pelouse au profit d'Ola John.

Matic 7,5: Si Ramires a une dégaine de coureur kenyan de demi-fond, le Serbe en a lui les capacités physiques. Sur tous les fronts, il a parfaitement bloqué David Luiz et Lampard même si deux infiltrations suivies de deux mines de ce dernier auraient pu avoir un autre sort. Offensivement, il n'a pas hésité à pointer le bout du nez, ses accélérations faisant à chaque fois mal. Finalement, les Blues ont eu le nez creux en claquant 1,5 M pour lui quand il n'avait que 19 ans et ne jouait qu'à Kosice. Par contre, quelle erreur de l'avoir vendu à Benfica pour 25 millions et risquer de devoir payer le double pour le récupérer. Et dire que le président de Valenciennes estimait que Matic ne valait même pas un million lors de son époque à Vitesse Arnhem. Connaisseur...

benficawoevchelsea_576x324.jpgPerez 6,5: Grâce au pressing haut de Salvio et de Gaitan, il a pu récupérer énormément de ballons. L' Argentin de poche s'est aussi battu pendant 90 minutes et était dans tous les bons coups. Sa technique, sa vivacité ont fait souffrir les reins Blues, mais sa dernière passe ou sa finition ont été désastreuses. Sûrement pour ça qu'il risque de ne pas évoluer plus haut qu'à l'Estadio da Luz.

Rodrigo 4: Présent dans la compo, on l'a cherché en vain sur la pelouse. Une alerte enlèvement a bien été lancée, mais comme le joueur a été retrouvé lors de son remplacement, elle a pu être levée. Comme  aurait pu le dire Laurence Boccolini : "Vous êtes le maillon faible ! Au revoir !"

Gaitan 6,5: Nouvelle grosse prestation de la petite merveille argentine qui devrait être le prochain à renflouer les caisses benfiquista. Sa technique en mouvement et sa vista ont été de véritables poisons dans les veines des défenseurs londoniens en première mi-temps. Mais comme la plupart de ses petits camarades, il n'a pas pu tenir la distance en seconde. Il rate aussi trois belles possibilités en voulant un peu trop en faire. Pas parce qu'il a joué pour gagner son transfert, mais parce que Nico Gaitan n'a pas de pied droit. Le syndrome Di Maria, un ancien de la maison à Benfica.

Salvio 6: Il a effectué un pressing monstrueux et s'est battu comme un chiffonier. Dès que la balle était dans ses pieds, il a passé la surmultipliée avec ses crochets incessants et ses centres. Mais tout comme Perez, le dernier geste n'était pas à la hauteur.

Cardozo 7,5: On avait déjà vu Cuauhtemoc Blanco être essouflé lors de la course d'élan de son pénalty contre la France lors de la Coupe du monde 2010. Cardozo a fait mieux. Après avoir balancé une prune plein centre sur son onze mètres, il s'est retrouvé avec une crampe. Image rare, image insolite qu'on oubliera rapidement vu que les Aigles ont échoué dans leur quête du Graal. Un Graal qu'aurait pourtant mérité le déménageur paraguayen qui pèse comme personne sur une défense même quand celle-ci est composé deux deux belles armoires à glace comme Ivanovic et Cahill. Et sans Petr Cech, auteur d'une superbe claquette, il aurait pu inscrire ce doublé qui l'aurait définitivement fait rentrer dans la légende de l'Estadio da Luz.

Lima 7: Une très bonne montée au jeu de la part du Brésilien. A peine avait-il foulé la pelouse qu'il combine avec Cardozo et amène le pénalty. Il a ensuite continué dans la lignée de Salvio avec plus de prises de risques puisqu'il a tenté sa chance au but. 

John 6: Il a suppléé Melgajero efficacement mais sans être génial. Quelques bonnes courses, quelques bons centres. 

Jardel n.c: Aucun lien de parenté avec l'attaquant qui fit le bonheur de Porto à la fin des années 90. Une rentrée au jeu catastrophique où il a peiné à trouver sa place dans une arrière-garde orpheline de Garay. Difficile de lui en vouloir.

Jorge Jesus 6: Sixième finale perdue pour Benfica. La malédiction "Guttman" du nom du dernier entraineur à avoir conquis un trophée avec les Aigles plane toujours à l'ombre de l'Estadio da Luz. Jorge Jésus n'est donc pas parvenu à la briser malgré ses gesticulations incessantes sur le bord de touche. Après la déception de Porto, c'est une deuxième claque en quelques jours pour le technicien échevelé qui était en lice pour un triplé historique. Prends garde, Jorge Jésus, si ton club se plante en finale de la Coupe du Portugal contre Guimaraes, tu feras comme Leverkusen en 2002 qui était aussi passé juste à côté de trois trophées. Quand on sait que l'entraineur du club allemand à l'époque, Klaus Topmöller, a fini en Géorgie par après, on peut craindre le pire pour Jorge Jésus. 

F.Chl.

09:49 Écrit par tackle on web dans ANGLETERRE, Bulletin de notes, EUROPA LEAGUE, LES RESTES DU MONDE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

15/05/2013

Chelsea reprend une coupe

Chelsea a remporté l'Europa League de football, un an après avoir remporté la Ligue des champions. Les Blues se sont imposés 2-1 face à Benfica grâce à un but dans les arrêts de jeu d'Ivanovic, mercredi à Amsterdam.

Cette finale se disputait sans Eden Hazard, blessé aux ischios de la jambe gauche.

Malgré plusieurs situations chaudes devant le but de Chelsea en première période et une très belle occasion pour Lampard (38e), c'est en deuxième mi-temps que les buts sont tombés dans cette finale.

Un premier, inscrit par Cardozo à la 51e, a été annulé pour une position hors-jeu du Paraguayen. C'est ensuite Chelsea qui trouvait le chemin des filets, un but validé par l'arbitre M. Kuipers. Torres se jouait de l'axe central de Benfica Garay-Luisao avant de dribbler Artur (60e).

Benfica revenait dans le match grâce à un penalty converti par Cardozo à la 67e suite à une faute de main de Azpilicueta.

A la 88e, Lampard donnait des sueurs froides aux supporters de Benfica puisqu'il décrochait une frappe lourde sur le cadre du but défendu par Artur. Mais le cadre du but ne faisait que repousser l'échéance: après 3 minutes d'arrêts de jeu, Ivanovic surgissait sur coup de coin pour placer une tête décroisée hors de portée d'Artur.

Chelsea devient ainsi le premier club anglais à remporter toutes les Coupes d'Europe. Avec Eden Hazard, un Belge succède à un autre au palmarès puisque Thibaut Courtois, qui appartient à Chelsea, avait remporté l'épreuve la saison dernière avec l'Atlético Madrid.

Eden Hazard, 7e joueur belge vainqueur d'une Coupe d'Europe avec un club étranger

Même s'il n'a pas joué avec Chelsea en raison d'une blessure, Eden Hazard fait partie intégrante de Chelsea, vainqueur de l'Europa League mercredi à Amsterdam face à Benfica (2-1). Il est ainsi le 7e Belge, vainqueur d'une Coupe d'Europe avec un club étranger.

Thibaut Courtois, le gardien de but belge de l'Atletico Madrid, était en effet devenu lui, l'an dernier, le quatrième joueur belge vainqueur d'une Coupe d'Europe sous le maillot d'un club étranger, après Eric Gerets (Ligue des champions/PSV/1988), Georges Grun (Coupe des Coupes/Parme/1993) et Marc Wilmots (Coupe de l'UEFA/Schalke 04/1997).

Alors que Pieter Collen (Coupe de l'UEFA/Feyenoord/2002) et Nicolas Lombaerts (Coupe de l'UEFA/Zenit Saint-Petersbourg/2008) n'avaient pas joué la finale avec leur club, tout comme Eden Hazard mercredi.

23:12 Écrit par tackle on web dans ANGLETERRE, EUROPA LEAGUE, LES RESTES DU MONDE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

La bataille des supporters de Chelsea et Benfica

La finale de l'Europa League, c'est ce soir à 21h05 à Amsterdam ArenA. Pour préfacer cette finale, UEFA a eu la sympathique idée de lancer toute une série de défis à des supporters freestylers des deux camps. Ce qui a mis une ambiance certaines dans les rues d'Amsterdam.

Quel groupe de fans se sera montré le plus adroits dans toutes ses épreuves ? Regardez "The Race" pour voir le nom du vainqueur.

16:21 Écrit par tackle on web dans C'EST DRÔLE, EUROPA LEAGUE, INSOLITE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

03/05/2013

Gönül en prend plein la tronche

Le défenseur du Fenerbahçe Gokhan Gönül a donné son corps à la science face au Benfica Lisbonne. 

Le joueur de 28 ans a, en effet, percuté de plein fouet Nicolas Gaitan.

Gisant dans une marre de sang et groggy durant de longues minutes sur la pelouse de l'Estadio da Luz,
Gönül a ensuite été transporté à l'hôpital le plus proche.

Dans la bagarre, il a perdu quelques dents. Il souffre également d'une fracture du nez.

 

13:09 Écrit par tackle on web dans EUROPA LEAGUE, TAQUETS ET TAMPONS, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : europa league, benfica, fenerbahçe, gönül, blessure |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

26/04/2013

Le beau tifo des fans de Fenerbahçe

Tout le monde a encore en mémoire le magnifique tifo confectionné par les supporters du Borussia Dortmund lors de la réception de Malaga à l'occasion de la manche retour de la Champion's League.

Les fans du Fenerbahçe ont voulu montrer ce jeudi lors de la venue de Benfica pour le match aller de 1/2 finale de l'Europa League qu'ils étaient aussi capables de réaliser de beaux prouesses en la matière.

Dans l'une des tribunes situées derrière les deux goalsl du stade Şükrü Saracoğlu, on a pu voir une fresque représentant un soleil avec un avion volant "vers la gloire" qui apparaissait lors de la montée des acteurs sur la pelouse.

Une "Fly high to Glory" qui pourrait devenir réalité après la victoire 1-0 des Stambouliotes. Reste à bien négocier le retour, histoire de valider son billet pour Amsterdam où se déroulera la finale.

18:27 Écrit par tackle on web dans EUROPA LEAGUE, INSOLITE, SUPPORTERS, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

FC Bâle - Chelsea 1-2 : le bulletin de notes des Blues

2013-04-25T212013Z_1_CBRE93O1N9S00_RTROPTP_2_SOCCER-EUROPA.JPGCech 6 :  Sur le match de ce soir, les supporters de Thibaut Courtois ont du se dire que leur poulain pouvait déjà prendre la succession du gardien tchèque entre les perches londoniennes. Il est vrai que Cech n'a pas été toujours rassurant comme sur cette sortie manquée sur un corner et sur ses quelques dégagements ratés. Il a aussi beaucoup de chance que le poteau vienne à sa rescousse sur la tentative de Stocker en début de deuxième mi-temps parce qu'il est pris à contre-pied. Par contre, le portier de Chelsea ne peut rien faire sur le pénalty et effectue l'intervention qu'il faut sur le coup-franc de Schär légèrement dévié par le mur. Il est aussi bien attentif sur cette tête en retrait lobée de Cole qui aurait pu le surprendre. Le genre de but vidéo-gag qui aurait pu faire croire à ses détracteurs qu'il était sur le déclin. Mais voilà, le double mètre casqué tchèque qui fêtera ses 31 ans dans un mois montre qu'il faut encore compter sur lui.

Azpilicueta 6,5 : L'ancien de l'OM et d'Osasuna n'a certainement pas le niveau pour briller sur le long terme à Chelsea. Mais ce jeudi, il a fait ce qu'il devait. Il n'a pas trop mal tenu la boutique face au duo Stocker-Park, même si certaines occasions de Bâle viennent de son côté. Offensivement, il s'est moins aventuré dans le camp adversaire que d'habitude, mais les deux fois où il l'a fait, ses centres ont apporté du danger. Malheureusement, sa prestation est ternie par le pénalty qu'il commet sur Stocker. Une décision sévère de l'arbitre du match parce qu'en renvoyant les ralentis, on ne voit pas la faute.

Ivanovic 6,5: Luis Suarez suspendu pour 10 matchs, le Serbe avait retrouvé tout son mordant. Face au grand Streller, il a livré un match solide et efficace sans fioritures. On ne lui en demandait pas plus.

Terry 7: L'emblématique capitaine a, comme son compère serbe, fait le boulot tout simplement. En vrai taulier, il a mis en poche Streller pendant la première mi-temps. Il a quasiment gagné tous ses duels même quand Zoua est monté au jeu. Un peu comme à la grande époque.

Cole 5,5 : Pour son retour dans le onze, l'ex- de Cheryl Tweedy n'aura pas été transcendant. Heureusement pour lui que le flanc droit de Bâle n'était pas dans un grand jour. Sinon, il s'est privé de match retour en prenant un carton jaune pour perte de temps. De quoi lui assurer d'être là pour une éventuelle finale et de faire plaisir à Ryan Bertrand qui pourra jouer la semaine prochaine. Altruiste.

David Luiz 4: Oui, le Brésilien a mis le but de la victoire et il ne reçoit qu'un 4/10. Rien à faire, ce type est tellement détestable sur un terrain qu'il est difficile de lui octroyer la moyenne. Ce jeudi, Benitez l'avait positionné un cran plus haut sur l'échiquier histoire que l'une de ses éventuelles absences ne coûte pas de goal(s) évitable(s). Il s'est parfaitement acquitté de sa tâche puisque le milieu de terrain suisse n'a jamais pu vraiment s'exprimer. Malgré quelques sorties de défense où il veut parfois trop en faire, on était prêt à lui pardonner son affreuse coupe de Tahiti Bob et son regard bovin pour lui décerner une bonne note. Et puis est arrivé cette semelle crapuleuse sur le tibia de Philipp Degen. Le genre de geste qui rappelle pourquoi on ne peut pas aimer David Luiz. Surtout qu'au lieu d'être exclu, le bougre n'a écopé que d'un jaune et a planté le pion de la victoire. Une vraie crasse.

Lampard 6,5: Si on déteste David Luiz, on ne peut qu'aimer Frank Lampard. S'il n'a plus le volume de jeu d'il y a quelques années quand il avait terminé deuxième du Ballon d'or, le meilleur buteur de l'histoire de Chelsea reste précieux dans le dispositif londonien. Pour son intelligence de jeu d'abord et puis pour cet engagement de tous les instants. Mais surtout, la patte du numéro 8 de Chelsea reste d'une précision diabolique sur phases arrêtées comme en atteste le corner qu'il délivre sur l'ouverture du score de Moses. 

Ramires 7: Un Brésilien dans un corps de kenyan. Il court partout que ce soit sur le flanc droit ou dans une position plus axial. Mais en plus, il sait jouer au football. Il se procure d'ailleurs une belle occasion de doubler la mise à la 35e minute. Certainement un des joueurs les plus sous-estimés de la Premier League.

Hazard 7 : Le natif de La Louvière mérite-t-il de faire partie des six nominés pour le titre de "meilleur joueur de Premier League" ? Selon une partie de la presse anglaise et Gary Lineker, pas spécialement. Alors, Eden a voulu montrer sur la pelouse du St. Jakob Park que ces personnes se trompaient. Comme d'habitude en Europa League, il était aligné sans Mata à ses cotés. Replacé dans l'axe, il a donc joué comme il aime dans un rôle d'électron libre derrière l'attaquant de pointe. Il a multiplié les dribbles et les accélérations afin de dynamiter l'organisation suisse. A la 54e minute, il nous a même offert un superbe déboulé sur le côté gauche avant de servir Torres qui ne trouvera que le poteau. En première mi-temps, il avait cependant raté une possibilité de faire 0-2 en ne contrôlant pas bien son ballon à l'entrée du rectangle. Il a finalement cédé sa place à Mata à la 70e avec le sentiment du devoir accompli.

Moses 7,5 : Le Nigérian a été impressionnant ce jeudi. Il a beaucoup de chance sur son but, mais il était malgré tout à la bonne place. Ses accélérations et ses appels dans la profondeur ont fait beaucoup de mal à Philipp Degen. Mais bon, il n'a jamais 22 ans par contre.

Torres 6,5: On a d'abord cru qu'il connaîtrait une soirée pourrie quand après 5 minutes il s'est fait bouffer dans ses duels avec Dragovic. Mais par la suite, El Nino a sorti quelques accélérations comme à la bonne époque. Il s'est créé, tout seul comme un grand, une belle occasion où il met Dragovic dans le vent avant de buter sur Schär. Il a vu ensuite le poteau le priver de son 5e goal dans la compétition sur l'action individuelle amorcée par Hazard. L'air de l'Europa League semble en tout cas mieux lui convenir que celui de la Premier League.

Mata 7 : Seulement 20 minutes de jeu, mais l'Espagnol a négocié avec justesse tous ses ballons. De bonnes ouvertures, de bons coups-francs. Finalement le seul qu'il ne tire pas rapporte un goal. C'est paradoxal.

Oscar n.c : Le Brésilien a remplacé Lampard dans les 10 dernières minutes. Juste le temps de s'offir un gros raté.

F.Chl.

01:34 Écrit par tackle on web dans ANGLETERRE, Bulletin de notes, EUROPA LEAGUE | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

FC Bâle - Chelsea 1-2 : le bulletin de notes du Bebbi

1944793_w2.jpgSommer 5,5: Le prometteur dernier rempart helvète est courtisé par le Bayern Munich et le Borussia Dortmund. Le garçon a montré, en partie, pourquoi il intéressait les deux grosses cylindrés allemandes. Il a montré qu'il possèdait de jolis réflexes comme sur cette reprise de Lampard juste avant le but de Moses. Ensuite, il a évité le 0-2 sur une tentative de Ramires et a effectué un arrêt miraculeux sur une tête de Terry dans les arrêts de jeu. Mais voilà, une minute après, sur un coup-franc anodin de David Luiz, le gardien du Bebbi tarde à se détendre et voit les minces espoirs de son équipe de jouer la finale terminer leur course dans son petit filet. 

P. Degen 4,5 : Victor Moses lui a fait perdre un rein. Il a beau être l'un des plus expérimentés du noyau, il n'a jamais trouvé la parade face au véloce Nigérian. Il peut en revanche s'estimer heureux d'avoir pu garder sa jambe droite en un morceau après David Luiz lui ait écrabouillé les crampons dessus. Bref, une soirée pourrie.

Schär 6,5 : Malgré ses 20 ans, le défenseur central n'a pas peur de prendre ses responsabilités. Quand M. Kralovec désigne le point de pénalty, c'est lui qui se présente aux 11 mètres pour défier Petr Cech. Par contre, inutile de lui demander de jouer dans la finesse. Une frappe lourde, centrale, un peu comme son coup-franc en première mi-temps que le gardien de Chelsea dévie du bout des phalanges. Défensivement, il s'est montré efficace mais sa relance n'était pas exceptionnel. Mais en tout cas, la Nati possède une très, très belle promesse avec ce garçon.

Dragovic 5,5 : Le défenseur autrichien d'origine serbe est dans le viseur de Dortmund en cas de départ de Mats Hummels. S'il n'a pas commis de grosse erreur, il a parfois eu du mal à contenir un Fernando Torres inspiré comme sur cette occasion où El Nino l'efface d'un joli crochet. Malheureusement, Dragovic ne pourra pas prendre sa revanche à Stamford Bridge pour un tackle façon Vincent Kompany sur Nani. En Angleterre, ça a valu un rouge à notre compatriote, mais M. Kralovec s'est montré plus indulgent en ne lui décernant qu'un simple bristol jaune. Mais peu importe, puisque son parcours en Europa League s'est arrêté ce soir.

Park Joo-Ho 6 : Le même patronyme que l'ancien joueur de Manchester United, la même tête mais tous les Coréens se ressemblent et des poumons de marathonien. Avec ses petites jambes Park Joo-Hoo a multiplié les montées sur son flanc gauche, mais a manqué de précision dans ses centres. 

Frei 5,5: On a un moment espéré que ce bon vieux Alexander se soit dit que finalement il postposait sa retraite de 15 jours pour s'offrir une jolie porte de sortie. Mais non, le Frei sur la pelouse s'appellait Fabian, n'avait aucun lien de parenté avec l'ancien puncheur de Dortmund et de Rennes. Le seul point commun qu'on pouvait éventuellement leur trouver était cette puissance dans la frappe de balle. Sinon pour en revenir à sa prestation proprement dite, Fabian Frei a énormément travaillé au milieu pour tenter de contenir un Eden Hazard souvent déchaîné quand le cuir arrivait en sa possession. Il devrait bien dormir cette nuit.

Salah 5: Sans la tragédie de Port Saïd, cette pépite du football égyptien ne serait pas en Suisse, mais à Al Ahly ou Zamalek. Une bonne chose finalement car les grands talents qui se retrouvent dans ces clubs du top dans le championnat des pharaons peinent à s'exiler (Meteb, Shikabala, ça vous évoque des souvenirs ?). Ce qui aurait été un gâchis au vu du talent du successeur de Xherdan Shaqiri. Un talent qu'on a pas pu apprécié à sa juste valeur parce que Rafa Benitez s'était arrangé pour qu'il soit privé de ballons. En plus, il loupe une belle possibilité d'égaliser sur une de ses rares bonnes inspirations. Le tout avant un remplacement dans l'anonymat le plus total. 

Elneny 5: L'autre égyptien de Bâle n'a pas non plus été bon. Sans doute timoré par l'enjeu, il a semblé se contenter d'assurer le coup plutôt que d'oser prendre certains risques. Une option qui n'a pas vraiment payé vu qu'il y avait beaucoup de déchets dans son jeu. En plus, il n'est pas irréprochable sur le but d'ouverture de Chelsea. Il se trouve bien placé au deuxième poteau pour éventuellement repousser la tentative de Moses. Sauf que s'il n'avait pas été là, le résultat eut été le même. Un flop.

Serey Die 5: Le sosie capillaire de Djibril Cissé et de Mario Balotelli est lui aussi passé à côté de son sujet. Imprécis, en manque d'inspiration à l'image de cette crête blonde infâme qui décorait le haut de son crâne, il a été logiquement remplacé à l'heure de jeu par Diaz.

Stocker 6,5 : L'ailier gauche suisse a alterné le bon et le moins bon. Il est très bien rentré dans le match en tentant de multiplier les combinaisons sur son côté. En deuxième période, il est à créditer d'un excellent premier quart d'heure avec notamment cet envoi qui heurte le poteau de Cech après un magnifique une-deux avec Streller. Il s'est ensuite quelque peu éteint avant qu'on le retrouve dans une  fin de match où il sera décisif. Tout d'abord, en obtenant le pénalty pour ses couleurs, puis en étant responsable du dernier coup-franc victorieux de David Luiz. 

Streller 6: Quand on se retrouve face à Ivanovic et Terry, difficile de se dire qu'on va passer une bonne soirée. En première mi-temps, le capitaine a tenté de peser tant et plus sur les deux solides défenseurs centraux Blues, mais sans succès. Lors des 45 dernières minutes, on l'a plus souvent vu aller se poster du côté gauche et apporter plus de danger. La montée au jeu de Zoua lui a aussi fait beaucoup de bien. 

Diaz 6 : Plus offensif que Serry Die, le trappu chilien a apporté un peu plus de vitesse dans le jeu et a tenté de monopoliser le ballon. Par contre, il doit cadrer cette frappe aux abords du grand rectangle. Il avait tout le temps de faire.

Zoua 6,5: Le Camerounais a aussi un beau physique d'armoire normande. Il a aidé Streller en venant apporter sa taille et sa vitesse dans les duels avec Terry et Ivanovic. Il a réalisé deux, trois déviations intéressantes. Un montée intéressante dans l'ensemble.

D. Degen n.c : Si Fabian et Alexander Frei n'ont aucun lien de parenté, Philipp et David Degen sont jumeaux. Ce qui veut dire qu'ils sont nés en même temps. Mais ce n'est pas pour ça qu'ils ont pu monter en même temps sur la pelouse. 

F.Chl.

00:38 Écrit par tackle on web dans Bulletin de notes, EUROPA LEAGUE, LES RESTES DU MONDE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook