Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/11/2013

André-Pierre Gignac, un superbe but et une claque à Elie Baup

L'Olympique Marseille s'est rassuré ce vendredi soir en remportant sur la pelouse d'Ajaccio sa deuxième victoire consécutive. Les Phocéens ont passé trois pions aux Corses, chose qui ne leur était plus arrivée depuis le match inaugural de la saison. Ce succès permet à l'OM de reprendre la 4e place de la Ligue 1  à à deux points de Monaco, qui occupe la dernière marche du podium.

Si Mathieu Valbuena n'a pas été aussi fringant que mardi soir avec l'équipe de France, il a pu compter sur ses deux trois autres partenaires du secteur offensif, Dimitri Payet, Florian Thauvin et André-Pierre Gignac, tous buteurs.

Le dernier cité s'est même offert une merveille de but à la 39e après avoir d'abord trouvé deux fois le cadre de Guillermo Ochoa.

Dos au but, Gignac a contrôlé le cuir à l'entrée de la surface après un centre avant de se retourner et d'expédier une volée juste sous la barre.

Le buteur olympien a ensuite été célébrer son goal avec son entraineur Elie Baup qui l'avait choisi pour les besoins de ce match au détriment de Jordan Ayew. Sauf que la tape amicale de Dédé s'est malencontreusement transformée en baffe assez virile. Mais pas de quoi faire perdre le sourire de l'homme à la casquette.

"Il failli me décaper ! C’est pour ça que je vais réfléchir pour savoir ce que je vais faire avec lui au prochain match (rires). Ça m’a enrhumé un peu ! Comme quoi les choses entre gens de terrain sont toujours assez simples.", a déclaré Elie Baup après la rencontre.

Cet épisode rappelle quelque peu celui entre Milan Jovanovic et Ariel Jacobs lors d'un match d'Europa League en 2011 contre Bursaspor. L'excentrique ailier serbe avait célébré son but en donnant une claque à l'actuel entraineur de Valenciennes. 

"La baffe"

09:48 Écrit par tackle on web dans Buts d'anthologie, INSOLITE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

22/11/2013

Un ancien mauve bloqué en Iran sans passeport

853264-16.jpg

Les supporters Mauves se rappellent peut-être de Goran Lovre. Ce milieu défensif serbe avait posé ses valises à Bruxelles en 1998 avec le statut grand espoir du football serbe. Il attendra ses 20 ans pour signer son premier contrat pro avec les Mauves

Lors de la saison 2002-2003, Hugo Broos donne sa chance au Serbe en le titularisant sur le flanc droit. L'équipe rajeunie du Sporting termine le championnat en boulet de canon et Lovre se fait remarquer en ouvrant le score d'une belle reprise de volée lors de la victoire 5-1 contre le FC Bruges.

Du temps où Lovre faisait vibrer le Parc Astrid

Il confirme lors du début de la saison suivante avant de s'effacer petit à petit au profit de Christian Wilhelmsson. Cela ne l'empêche pas de remporter une médaille d'argent aux championnats d'Europe U21 (Il ne jouera pas lors de la finale) et participer aux JO d'Athènes avec la sélection serbe.

5993.jpg

Jugé trop lent et contrarié par une série de blessures, Lovre ne joue plus des masses par la suite au point de ne disputer que deux rencontres lors de la saison 2005-2006. Il est alors cédé à Groningen dans le championnat néerlandais. 

Là-bas, le Serbe devient indiscutable, dispute 128 rencontres en quatre saisons et marque 23 goals. Barnsley, pensionnaire de League One, frappe à la porte et Lovre traverse donc la Manche.

Après une première saison satisfaisante, il ne joue plus beaucoup lorsque les Tykes changent de manager à l'intersaison. Il rompt alors son contrat en décembre 2011 et se retrouve sans club.

Six mois plus tard, 14 ans après avoir quitté sa Serbie natale, Lovre retourne au Partizan, le club dans lequel il évoluait avant de rejoindre Anderlecht. Mais l'air du pays ne réussit pas au milieu défensif qui ne dispute que quatre petits matchs.

A 31 ans, il décide de s'envoler pour l'Iran attiré par le contrat juteux que lui propose Esthegal (qui signifie... indépendance en persan). Mais Goran ne verra pas l'ombre d'un des nombreux rials que lui faisait miroiter le club de Téhéran. Bien décidé à faire valoir ses droits, le joueur refuse de rompre le contrat qui le lie à son club. Ce dernier décide alors de lui confisquer son passeport.

Bloqué en Iran, Goran Lovre est maintenant contraint d'envoyer une demande à son ambassade pour bénéficier d’un passeport temporaire qui lui permettrait de rentrer chez lui afin de passer les fêtes de Noël en famille. 

Autant dire que ça sent le sapin.

F.Chl.

15:44 Écrit par tackle on web dans INSOLITE, LES RESTES DU MONDE, RSC ANDERLECHT | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Quand l'équipementier de l'Uruguay ravive la cicatrice brésilienne de 1950

ghiggia_rete-300x225.jpg

L'Uruguay est le 32e et dernier pays qualifié pour la Coupe du monde au Brésil. Après avoir balayé la Jordanie 0-5 à l'aller, la Celeste s'est contenté d'un 0-0 à l'Estadio Centenario de Montevidéo pour valider son billet.

Retrouver l'Uruguay au Brésil fait d'ailleurs grincer des dents du côtés des plus anciens supporters auriverde. En 1950, le Brésil organisait aussi la Coupe du monde. En finale, la Seleçao retrouvait l'Uruguay au Maracana et n'avait aucun doute sur l'issue de la rencontre.

A la 47e, Friaça faisait chavirer les 175 000 spectateurs du stade mythique de Rio. Le Brésil semblait bien parti pour remporter son premier titre mondial.

Mais la Celeste avait du répondant. Juan Alberto Schiaffino tempèrait les ardeurs auriverde en égalisant 20 minutes plus tard. A 10 minutes du terme, Alcides Edgardo Ghiggia, qui présente la particularité d'avoir aussi joué pour la Squadra Azzurra après sa carrière pour l'Uruguay (On était bien moins strict que maintenant), rendait muet le Maracana en plantant le deuxième but uruguayen. 

Le trophée Jules Rimet prenait la direction de Montévidéo pour la deuxième fois de l'histoire et le Brésil devait attendre 1958 pour remporter sa première Coupe du monde.

Cette défaite historique et retentissante est restée dans la mémoire collective brésilienne sous le nom "Maracanaço". Traduisez le choc du Maracana. La légende veut qu'il y aurait eu 34 suicides et 56 arrêts cardiaques après ce véritable drame national...

Cet épisode marquant de l'histoire de la Coupe du monde a inspiré Puma, l'équipementier de l'Uruguay. Dans un spot publicitaire, la firme allemande met en scène un fantôme aux couleurs de la Céleste et avec le numéro 50 dans le dos. Il commence la vidéo en prenant la pose du Christ Redempteur de Rio avant de semer la panique dans les rues de la ville et de retourner sur le lieu de son exploit.

Une façon de se moquer gentiment des Brésiliens 63 ans après. Surtout quand le commanditaire de la publicité s'avère être un concurrent de l'équipementier de la Seleçao.

12:01 Écrit par tackle on web dans C'EST DRÔLE, Culture, INSOLITE, MONDIAL 2014, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les buts de Ronaldo vus par Ibrahimovic et vice versa

1136530-17887870-640-480.jpg

Attendu comme LE match des barrages de zone Europe, la double confrontation entre le Portugal et la Suède se sera bien résumée à un duel entre deux des meilleurs joueurs du monde, Cristiano Ronaldo et Zlatan Ibrahimovic

Lors de la manche aller à Lisbonne, CR7 a donné la victoire aux Lusitaniens. On attendait donc la réaction d'Ibra ce mardi. Le colosse suédois a répondu présent en claquant un doublé, mais Ronaldo a fait encore mieux en y allant de son triplé.

Ce choc au sommet entre les deux hommes a donc tenu toutes ses promesses et lors du match, les caméras étaient fixées sur eux, histoire de scruter leur réaction en cas de but de leur part ou de leur adversaire. La vidéo a été diffusée sur le site Fotbollskanlen.se

Sur ceux-ci, on peut y voir un Cristiano Ronaldo beaucoup plus expressif, tant dans la joie que le dépit, que Zlatan Ibrahimovic. Une différence de style logique quand on connait le caractère des deux hommes, mais aussi le scénario du match. 

En effet, lorsque Zlatan plante son doublé, la Suède n'était pas encore en mesure de se qualifier (il lui fallait encore un goal à ce moment là) alors que les pions de CR7 rapprochaient à chaque fois la Selecção das Quinas du Brésil.

Autre constat, on ne voit en tout cas pas Ibra applaudir l'un des buts de son rival comme on l'a montré dans une vidéo diffusée sur certains sites. De toute façon, le geste du Suédois visait surtout à encourager ses partenaires.

Mais cela n'enlève rien au fair-play dont il a fait preuve à l'égard du Lusitanien. Lors de la conférence d'après-match, Ibrahimovic a loué les mérites de Ronaldo, même si fidèle à lui-même, il n'a pu s'empêcher de dire qu'il ne regarderait pas une Coupe du monde à laquelle il ne participera pas.

Zlatan restera Zlatan en toute circonstance. Il nous manquera quand même en juin prochain.

Quant à Ronaldo, il mérite largement son Ballon d'or cette année. N'en déplaise à Sepp Blatter et ses goûts capillaires.

09:11 Écrit par tackle on web dans INSOLITE, MONDIAL 2014, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

21/11/2013

Luis Suarez se fout d'un joueur jordanien

Shareef Adnan était un peu trop collant. L'attaquant de l'Uruguay lui a fait comprendre.

Après l'humiliation (5-0) subie lors du match aller, la Jordanie a accroché l'Uruguay sur sa pelouse lors de la manche retour (0-0). Si ce résultat ne permet pas aux Jordaniens de rejoindre le Mondial brésilien, il leur permet d'être éliminés sur une note moins négative. 

Lors de ce match, la Jordanie a fait déjouer la Celeste. Luis Suarez faisait l'objet d'un marquage individuel. Sur un corner, l'attaquant de Liverpool s'est d'ailleurs moqué de Shareef Adnan, le joueur qui avait pour mission de suivre chaque mouvement de l'Uruguayen. 
 
 

14:32 Écrit par tackle on web dans INSOLITE, MONDIAL 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Le match fantôme qui qualifiait le Chili pour la Coupe du monde il y a 40 ans

 

Chile-vs-URSS-1973.jpg

Depuis 1934 et son instauration, la phase éliminatoire de la Coupe du Monde de football a subi de nombreuses adaptations, évoluant parfois subtilement d’édition en édition. Les qualifications pour la 10e Allemagne à l’époque «de l’Ouest» furent le théâtre d’une grosse polémique, engendrèrent de nombreux et vains débats, puis débouchèrent sur un moment aussi surréaliste que stupide.

Barrage Amsud/Europe. La procédure prévoyait une place à départager entre les confédérations européennes et sud-américaines. Sur le vieux continent, l’URSS, victorieuse d’un groupe de trois devant l’Irlande et la France, fut désignée car «moins bon vainqueur d’une des trois poules de trois».

En Amérique latine, le Venezuela déclara forfait après le tirage au sort, ramenant le nombre de candidats à 8. L’Argentine et l’Uruguay obtinrent leur billet pour accompagner le Brésil, tenant du titre. Victorieux du Pérou, après un test match, joué à Montévideo, le 5 août, le Chili gagna le droit d’affronter les Soviétiques. Mais, le 11 septembre (un autre 11 du 9), les rédactions du monde entier relatèrent qu’un coup d’Etat militaire se déroulait au Chili. Aidé par les services secrets américains et soutenus pas la bourgeoisie locale, le Général Augusto Pinochet renversa Salvadore Allende, président de gauche démocratiquement élu, lequel mourut dans le palais présidentiel de la Moneda.

Une dictature sévère plaçait le pays sous une coupe réglée avec nombre d’arrestations et d’exécutions arbitraires. L’Estadio Nacional, qui avait hébergé la finale du Mundial 1962, servit de «camp de rassemblement et de concentration» des personnes indésirables aux yeux du nouveau régime. Il était fait mention d’actes de torture…

 

Chile-_el_pueblo_vencera_cropped.jpg


Le 26 septembre, la rencontre aller du barrage se solda par un nul vierge, au stade Luzhniki, alors appelé Lénine. Dans les jours suivant commença une saga imbuvable. L’URSS, qui n’avait pas dénoncé le coup d’Etat, d’autant que la match aller avait eu lieu, réclama le retour sur terrain neutre, en annonçant son refus de jouer à Santiago dans un stade ayant servi de prison et de salle de torture. Le gouvernement chilien cria au scandale. La FIFA tergiversa et refusa de prendre la décision honorable de faire jouer la rencontre ailleurs.

Une délégation fut envoyée au Chili sous la direction du Brésilien Abilio d'Almeida. Après son tour d’inspection, le Vice-président de la FIFA déclara dans son rapport que la vie était normale et que l’Estadio Nacional, appelé "stade de la mort" par la presse du monde entier, était assimilé à «un simple camp d’orientation.» P

Une suite de missions diplomatiques et autres tentatives de négociations ne firent pas infléchir les différentes parties. Ce fut ainsi que le 21 novembre 1973, 40.000 chiliens virent leur équipe monter seule sur la pelouse et entamer un match… sans adversaires! Au bout d’un moment, Francisco Chamaco Valdes poussa la balle dans le but…vide. La FIFA avalisa le score de 1-0 et la qualification du Chili.

Le recul du temps permet de juger les faits. En refusant la délocalisation et en laissant la partie débuter, la FIFA a clairement manqué à ses obligations d’éthique. Plus tard, la fédération mondiale affiche sur ses archives un hypocrite et pudique: «2-0 forfait». L’URSS, bien que vice championne d’Europe, n’était pas très fringante sportivement, le pénible 0-0 de Moscou en attestant. Elle a voulu éviter l’affront d’une élimination «à la régulière». Elle ne retrouva le mondial qu’en 1982.

Mike Shanon

07:47 Écrit par tackle on web dans Culture, INSOLITE, LES RESTES DU MONDE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

20/11/2013

Débrief tactique: le 4-3-3 sinon rien

528cb7143570386f7f300875.jpgLes Diables rouges restent sur deux défaites et les tests effectués par Wilmots n'ont pas aidé ses hommes face au Japon. Quelles conclusions tirer de ce match ? Peut-on retirer quelques éléments positifs de ces deux amicaux ? Quels enseignements pour l'avenir ? Tentative de réponse dans notre débrief tactique.

Lire la suite

17:38 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Diables Rouges | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Coach Vahid se lâche après la qualif de l'Algérie

Les spectateurs assidus des guignols se rappellent sans doute de Vahid Halilhodzic. Le Bosnien avait eu droit à sa marionnette du temps où il entrainait le PSG entre 2003 et 2005. 

En 2008, il reprend en main la sélection ivoirienne et la qualifie en phase finale de la CAN et de la Coupe du monde. Pourtant, il ne verra jamais le Mondial Sudafricain puisqu'il est démis de ses fonctions après une défaite surprise en quarts de finale de la CAN contre... l'Algérie. 

Engager un entraineur qui perd n'a pourtant pas rebuté la Fédération algérienne en 2011. Halilhodzic, qui reste sur une expérience au Dinamo Zagreb, a l'occasion d'enfin s'offrir une Coupe du monde.

Mais avant cela, il faut que les Fennecs se débarrassent d'un dernier obstacle, le Burkina Faso. Le match aller se termine par une défaite et Coach Vahid se met en rote contre l'arbitre qui a accordé un pénalty imaginaire aux joueurs locaux.

Au retour, l'homme en noir oublie d'exclure Madjid Bougherra juste avant la pause et ce dernier plantera le goal de la qualification.

Halilhodzic n'en a cure, il a réussi son pari. Vu qu'il n'y a pas de CAN cette année, il pourra voir le Brésil. Celui qui n'est pas connu pour être le joyeux drille de service s'est même lâché dans les vestiaires après la qualif' de ce mardi soir.

Encerclé par ses joueurs, le Franco-bosnien s'est complètement lâché allant même jusqu'à entonner les "One, two, three, Viva l'Algérie" lancés par ses ouailles.

Des images plutôt rares dans son chef.

17:28 Écrit par tackle on web dans INSOLITE, MONDIAL 2014, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les larmes d'Eidur Gudjohnsen après l'élimination islandaise

media_xll_6274611.jpgL'islande n'a pas réussi l'exploit de devenir le pays le moins peuplé de l'histoire à se qualifier pour une Coupe du monde. Après avoir tenu la Croatie en échec lors de la manche aller (0-0), les insulaires ont mordu la poussière à Zagreb ce mardi soir.

Menés à la demi-heure après un but de Mario Mandzukic, les hommes de Lars Lagerbäck y ont sans doute cru lorsque le buteur croate se faisait logiquement renvoyer aux vestiaires pour une agression sur Johann Gudmundsson.

En effet, un but suffisait alors aux Islandais pour composter leur billet pour le Brésil. Mais, au retour des vestiaires, le capitaine croate Darijo Srna faisait déchanter les vikings qui voyaient leurs derniers espoirs s'envoler.

Sur le terrain, une connaissance de notre championnat, Eidur Gudjohnsen. A 35 ans, l'attaquant du FC Bruges, qui est sans doute le meilleur joueur de l'histoire de son pays avec des passages par Chelsea et Barcelone, avait la larme à l'oeil lors d'une interview d'après-match accordée à la télévision islandaise.

Voir la vidéo des larmes de Gudjohnsen

Il espérait une apothéose mondiale pour sa carrière internationale, il devra se contenter d'une fin moins prestigieuse même si cette participation aux barrages constitue la meilleure performance de l'Islande dans une campagne qualificative pour un grand tournoi. 

Eidur Gudjohnsen avait effectué ses débuts avec la liquette bleue et blanche de l'Islande lors d'un match contre l'Estonie en 1996. Il avait symboliquement remplacé son père Arnor, un joueur qui était passé par Lokeren et Anderlecht. Une image unique dans l'histoire du football.

Quand le fils remplace le père

Avec 78 rencontres disputées sous les couleurs nationales, le fils aura dépassé le père de 5 matchs. Eidur Gudjohsen a aussi inscrit 24 buts, soit 10 de plus que son paternel.

Le recordman de sélections en équipe nationale islandaise reste toujours Runar Kristinsson, l'ancien meneur de jeu de Lokeren au début des années 2000, avec 104 sélections.

F.Chl.

12:55 Écrit par tackle on web dans FC BRUGES, INSOLITE, International, MONDIAL 2014, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

La faute de main la plus stupide de l'année signée John O'Shea

L'Irlande et la Pologne n'iront pas à la Coupe du monde l'année prochaine et préparent déjà la campagne qualificative pour l'Euro 2016. Ce mardi soir, en match amical, les deux pays ont montré qu'ils avaient encore du pain sur la planche puisqu'ils ont partagé l'enjeu sur un soporifique 0-0.

Robert Lewandowski, l'artificier du Borussia Dortmund, n'aura pas réussi à tromper la vigilance de l'arrière garde des Verts, malgré toutes ses tentatives. Il faut dire que les Irlandais étaient prêts à tout pour le stopper, même à utiliser la main.

Ainsi, lors d'une action au milieu de terrain, John O'Shea a effectué une sorte de block digne du basket sur une tentative de balle lobée de Lewandowski. Ce qui lui a valu un carton jaune alors qu'une rouge n'aurait pas été spécialement volée.

Il faut dire qu'en Irlande, la main fait désormais partie de l'arsenal du footballeur depuis la qualification volée de l'équipe de France pour la Coupe du monde 2010 grâce à une main de Thierry Henry.

Sauf que manifestement, John O'Shea n'a pas encore compris comment se servir de cet "atout". Présent sur la pelouse du stade de France en 2009, le défenseur de Sunderland avait été remplacé à la 67e. 

Ceci explique sans doute cela.

12:25 Écrit par tackle on web dans INSOLITE, International, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Le Mexique sera de la fête brésilienne

Le Mexique de Miguel Herrera a décroché le 31-ème et avant-dernier billet pour le Mondial-2014 de football au Brésil en s'imposant 2-4 (mi-temps: 0-3) contre les All Whites néo-zélandais mercredi au Westpac Stadium de Wellington .

Les "Aztèques", déjà vainqueurs 5-1 à l'aller de ce barrage intercontinental, participeront donc au Brésil à leur 6-ème Coupe du monde d'affilée, leur 15-ème Mondial au total.

Les trois premiers buts mexicains ont été inscrits par Oribe Peralta. L'attaquant du Santos Laguna, club de première division mexicaine, a signé son hat-trick en moins de 20 minutes (14e, 29e, 33e).

Chris James, sur penalty à la 80e, puis le réserviste Rory Fallon, à la 83e, ont redonné un peu de couleur à des Néo-Zélandais jusque-là largement dominés, avant que la "Tri" mexicaine ne scelle définitivement le score par Carlos Peña (86e).

11:57 Écrit par tackle on web dans International, MONDIAL 2014, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Le double coup du sombrero de Neymar

Pour les besoins d'une joute amicale, Brésiliens et Chiliens s'étaient donné rendez-vous à Toronto. La Roja de Todos, forte de son succès 0-2 à Wembley, espérait bien contrarier une Seleçao, bien décidée à remporter le sacre mondial sur ses terres en juin prochain.

Mais le Jet Lag aura sans doute joué des tours aux Chiliens qui n'ont pas été en mesure de rééditer leur exploit londonien. Ceci dit, ils n'ont pas démérité en faisant douter les Auriverde jusqu'à 10 minutes de la fin.

Après le but d'ouverture d'Hulk, les hommes de Jorge Sampaoli recollaient au score à 20 minutes du terme grâce à Eduardo Vargas. L'attaquant de Grêmio était idéalement servi par Jean Beausejour, un gars qui s'était planté dans les grandes largeurs à La Gantoise et qui évolue maintenant à Wigan en League One.

Mais la Seleçao ne doutait pas très longtemps et plantait un deuxième goal 8 minutes plus tard par l'entremise de Robinho.

Et Neymar dans tout ça ?

Pour une fois absent des statistiques lors d'une victoire brésilienne, l'ailier du Barça s'est contenté de régaler le public avec des gestes techniques de haut vol. Comme ce double "coup du sombrero" effectué sur le gardien Claudio Bravo. Malheureusement, Neymar verra sa frappe contrée par un défenseur.

Dommage, c'eut été le plus beau but de la soirée.

11:20 Écrit par tackle on web dans GESTES TECHNIQUES, International, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

La faute crapuleuse de Mario Mandzukic contre l'Islande

hqdefault.jpg


D'après certains de ses coéquipiers, Mario Mandzukic est un véritable fou. Un gars ingérable et impétueux. A côté de lui, Zlatan Ibrahimovic passerait pour un enfant de coeur paraît-il.

Que ces rumeurs soient fondées ou exagérées, l'attaquant croate n'a en tout cas rien fait pour les faire taire ce mardi. Alors qu'il venait d'ouvrir le score pour l'équipe au damier contre l'Islande, Mario le Terrible a disjoncté 10 minutes plus tard. 

Il a envoyé ses crampons directement dans le genou de Johann Gudmundsson et a été logiquement exclu.

A ce moment, le score n'était que de 1-0 et cas d'égalisation islandaise, c'était les insulaires qui validaient leur billet pour le Brésil.

Heureusement pour Mandzukic, Darijo Srna, en bon capitaine, plantait la deuxième rose croate juste après le repos. La messe était dite et Mandzukic évitait le lynchage du stade Maksimir.

11:04 Écrit par tackle on web dans CARTON ROUGE, MONDIAL 2014, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook