Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

12/03/2014

Diego Costa: de l'ombre à la lumière

53204c963570f1ef1aaef101.jpgSuccessivement dans l'ombre de Sergio Aguero, Diego Forlan et Radamel Falcao, Diego Costa explose enfin au grand jour. Retour sur le parcours de cet attaquant si atypique.


Tout débute du côté de Lagarto, petite ville située au Nord-est du Brésil. Enfant de la rue, Diego Costa découvre le football "conventionnel" très tard. Avant de signer à 16 ans au Barcelone Esportivo Capella, club amateur, il fait ses armes sur le béton des favelas brésiliennes. C'est là qu'il se forge ce style qui le caractérise à merveille. Pendant que les futures stars des centres de formation brésiliens s'essaient aux gris-gris, roulettes ou retournés, El Cabron enchaîne les coups de coude et gestes de mauvaise humeur au milieu des rues de sa ville. Destiné à un avenir de voyou plus qu'à celui d'une star du ballon rond, Costa est sauvé par un scout de Braga. Repéré dans un match de jeunes qu'il ne devait même pas disputer (suspendu), il signe et s'envole pour le Portugal.

Des débuts difficiles

L'acclimatation est compliquée pour le Brésilien. De juillet à décembre, il ne joue pas la moindre rencontre avec l'équipe première de Braga, qui le prête du côté de Penafiel, en deuxième division portugaise. Il prouve pour la première fois ses talents de buteur sur le continent européen et est repéré par l'Atletico Madrid. Les Rojiblancos préfèrent que leur jeune protégé obtienne du temps de jeu et décident de le prêter. Jusqu'en 2010, il ne jouera pas la moindre minute avec les Colchoneros. Il est prêté successivement à Braga (9 matchs, 1 but), au Celta Vigo en Liga Adelante (30 matchs, 6 buts) et à Albacete (35 matchs, 10 buts). Il jouera ses premiers matchs en Liga lors de son prêt à Valladolid en 2009-2010 où il participera à 36 rencontres et plantera 9 roses.

À 21 ans, Diego Costa prend du galon et de l'expérience. Il n'est plus l'attaquant bourrin et pas esthète pour un sou de ses débuts. Les dirigeants madrilènes veulent lui faire confiance pour être le troisième homme derrière l'intouchable duo Forlan-Aguero. Il passe évidemment les trois quarts de la saison dans les confortables sièges du banc de l'Atletico Madrid. L'enfant de Lagarto profite de ses rares apparitions pour se faire remarquer. Huit buts inscrits toutes compétitions confondues dont un triplé sur la pelouse d'Osasuna en toute fin de saison.

L'empreinte de Diego Simeone

À l'aube de la saison 2011, Diego Costa se blesse gravement au genou et assiste à la première partie de saison depuis son fauteuil. Son retour sur les pelouses coïncide avec l'arrivée de Diego Simeone à la tête de l'équipe. Il décide de lui donner du temps de jeu... en le prêtant au Rayo Vallecano. L'attaquant brésilien explose au grand jour dans le petit club de la capitale espagnole en inscrivant 11 buts en 16 rencontres.

Diego Simeone flaire le bon coup et le réintègre dans l'effectif pour la saison 2012-2013, d'abord en tant que remplaçant du duo Falcao-Adrian. Mais son style de battant plaît forcément à l'ancien milieu défensif qu'est El Chulo et ses prestations en Copa del Rey lui permettent d'envoyer Adrian sur le banc de touche. Il inscrit seulement 10 buts en Liga mais devient le grand artisan de la victoire de l'Atletico Madrid en Copa del Rey. Il inscrit 8 goals sur l'ensemble de la compétition dont celui en finale face à l'ennemi juré, le Real Madrid. Outre son rôle de buteur, El Carbon apprend énormément aux côtés d'un stratosphérique Radamel Falcao et devient un véritable homme de collectif.

Radamel Falcao s'en va alors vers d'autres cieux et rejoint Monaco pour la somme de 60.000.000 €. L'Atletico Madrid perd son principal atout mais ne se renforce pas sur le plan offensif. Tout le monde croit Diego Simeone totalement fou mais l'ancien joueur de l'Atletico Madrid est confiant quant aux capacités de Diego Costa de remplacer El Tigre. Alors que tous les observateurs pensaient qu'il avait atteint tout son potentiel, il explose littéralement tout sur son passage depuis le début de cette saison 2013-2014. 21 buts inscrits en 27 matchs de Liga, seul Cristiano Ronaldo fait mieux sur la péninsule ibérique. Après son doublé face à l'AC Milan en huitième de finale de Ligue des Champions, Diego Costa en est déjà à 7 réalisations dans cette compétition.

Le joueur le plus détesté de la Liga

Ayant bénéficié pour seule formation celle de la rue, son adaptation au football européen a été rude, en attestent ses prêts à répétition avant de définitivement s'imposer sous le maillot des Colchoneros. Son tempérament très chaud lui a valu les critiques les plus acerbes. Costa n'hésite jamais à laisser traîner le pied ou le coude et est très friand des coups en douce. Une attitude que condamne la majorité des entraîneurs européens, mais pas Diego Simeone. Costa représente à merveille les valeurs de combativité qu'inculque le coach de l'Atletico à ses joueurs. El Cholo a fait de Diego Costa sa propre réincarnation, mais au poste d'attaquant.

Ses stats parlent pour lui : 81 cartes jaunes et 8 cartes rouges ! Un bilan qui peut faire pâlir Nigel De Jong et Joey Barton. Les supporters des autres clubs semblent l'avoir pris en grippe, les insultes envers lui sont de plus en plus présentes dans les stades espagnols. Diego Costa est le genre de joueurs que chaque supporter adorerait avoir dans son équipe mais qu'on aime détester quand il joue pour l'adversaire. Une sorte de Bjorn Ruytinx, le talent en plus. Tête contre tête avec l'arbitre, crachats sur Sergio Ramos, coup de poing sur Pepe, ses faits d'armes sont nombreux.

Devenu ennemi public numéro un au Brésil

Alors que Felipe Scolari pense tenir son attaquant vedette pour le Mondial 2014 dans son pays, Diego Costa lui fait faux bond et surprend tout le monde en refusant une sélection. "Il tourne le dos à un rêve partagé par des millions de personnes. Il tourne le dos à une sélection qui a gagné cinq fois le Mondial et qui va le disputer devant ses fans", s'insurge le sélectionneur de la Seleçao. Il est devenu ainsi le premier joueur à refuser de porter le maillot auriverde. "Il est évident que ce choix est financier. Le président de la Fédération m’a chargé d’engager une procédure pour lui retirer la nationalité brésilienne", a carrément déclaré Carlos Eugenio Lopes, le directeur juridique de la fédération brésilienne de football.

Alors qu'il avait déjà disputé deux rencontres amicales avec le Brésil, Diego Costa déclare sa flamme à son pays d'adoption : l'Espagne. "La bonne chose pour moi est de jouer ici, en Espagne. C'est ici que j'ai tout appris, ici que j'ai grandi footballistiquement, alors pourquoi tourner le dos à la Roja ?", lance-t-il sur les réseaux sociaux. Le 5 mars dernier, l'attaquant de l'Atletico Madrid a fait ses débuts sous le maillot de la Roja lors du match amical face au Chili.

Seulement, même en Espagne les supporters ne veulent pas le voir porter le maillot de la Roja. Dernièrement le noyau dur de Valence s'en est pris à lui : "Costa, bâtard, tu n'es pas espagnol."Toutefois, Diego Costa va être une corde supplémentaire à l'arc, déjà bien fourni, de Vicente Del Bosque. Il voudra conquérir le cœur des Espagnols et sera l'un des hommes à suivre lors de la prochaine Coupe du Monde... sauf si le technicien espagnol remet sur le tapis un système sans réel attaquant, qui avait fonctionné à merveille lors de l'Euro 2012.

Emeric Labie

 

15:06 Écrit par tackle on web dans ESPAGNE, PORTRAITS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.