Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

13/01/2014

Mondial 2014: le Ghana en véritable (black) star ?

52d3f2d335701baedab799ca.jpgAprès une excellente campagne et un très beau quart de finale à la dernière Coupe du monde qui a eu lieu en Afrique du Sud en 2010, les Ghanéens ont envie de démontrer au monde entier qu'il ne s'agissait pas d'un coup de chance. Dans un groupe très relevé, ils devront créer l'exploit lors de leur premier match. Spectacle garanti!


En vue du mondial brésilien, DH.be vous présente les 32 nations qui seront du voyage. Dont 7 pourraient se dresser sur la route des Diables rouges... Place, aujourd'hui, au Ghana que les Diables rouges n'ont pas encore rencontré dans l'Histoire du ballon rond. Se dirige-t-on vers une première l'été prochain, de l'autre côté de l'Atlantique ? Le Ghana pourrait en effet croiser la route des protégés de Marc Wilmots dès les huitièmes de finale au Brésil.

Le Ghana ne compte certes pas beaucoup de Coupes du monde à son actif, il n’en a disputé que deux, les deux dernières, mais peu de nations peuvent se vanter de sortir des poules lors de toutes leurs participations ! En 2006, les "Blacks Stars" ont sorti le grand jeu pour s'offrir un huitième de finale de prestige, contre la redoutable équipe du Brésil. En 2010, les Ghanéens remettaient cela et franchissaient même un tour de plus dans la compétition. Sorti d’une poule piégeuse composée de la Serbie, de l’Australie et de … tiens tiens, l’Allemagne, le Ghana s’était fait sortir en quarts par l’Uruguay au terme d’un match qui restera dans les annales. Rappelez-vous, à la 120e minute de jeu, alors que le marquoir indiquait l’égalité parfaite (1-1), Luis Suarez avait arrêté volontairement des mains une tête d’Adiyiah qui allait dans le but. Les Ghanéens avaient manqué le penalty qui avait suivi et s’étaient inclinés aux tirs au but.

 

Cette année, la plus spectaculaire des équipes africaines aura faim de vengeance et aura surtout envie de continuer sa progression. Une chose est certaine, le Ghana est l’équipe africaine qui a été le plus loin lors des deux derniers mondiaux, et aura une nouvelle fois à cœur de défendre ce statut-là.

L'équipe-type 

Le Ghana a pour particularité de changer régulièrement son onze de base. Dans un 4-4-2 plutôt classique, l'équipe pourra compter sur Abdul Fatawu Dauda pour tenter de maintenir le zéro. Âgé de 28 ans et international depuis 2007. Il n'a certes pas l'expérience des grands comme Iker Casillas mais il a démontré lors de la Coupe d'Afrique des nations 2013 qu'il pouvait jouer un rôle important au sein de l'équipe et avait plus que jamais sa place dans un onze de base pour un match de Coupe du monde. Son envie et son goût du travail sont eux aussi non négligeables. 

En défense, on devrait retrouver sur la droite Samuel Inkoom. Malgré ses 25 ans, il compte déjà 43 sélections et a quelques belles lignes à son actif en sélection. Il était dans l'équipe championne du monde des moins de 20 ans en 2009 et faisait également déjà partie de cette belle équipe finaliste de la Coupe d'Afrique des nations en 2010. A sa gauche, John Boye, un joueur bien connu par tout les amateurs de Ligue 1. C'est l'un des piliers de la défense de l'équipe bretonne du Stade rennais. La défense centrale ghanéenne pourra également s'appuyer sur Akaminko qui a réussi à gagner sa place en profitant de l'absence durant la phase qualificative de Jonathan Mensah, blessé. Enfin, sur la gauche,Lee Addy, le cousin de Marcel Desailly. Le tout jeune arrière gauche n'a pas été élu meilleur défenseur du championnat du Ghana en 2009 pour rien. A noter que sur le banc figurera un remplaçant bien connu de chez nous: Daniel Opare. Le joueur du Standard pourra se montrer disponible en cas d'absence d'un des deux titulaires aux backs. Il pourrait même entrer dans le onze de base en fonction de la fameuse "forme du moment" puisqu'il est tout proche du niveau de ses deux équipiers.

Le milieu de terrain est fort bien garni. Sur le flanc droit, le talentueux joueur de la Juventus, Kwadwo Asamoah. A lui seul, il est capable d'amener le danger vers l'avant. Une explosivité qui n'est plus à démontrer, une endurance incroyable, un sens du jeu développé, il est aussi à l'aise dans les dribbles balle aux pieds que lorsqu'il tente sa chance de loin avec une frappe dont seul lui a le secret. Au centre,Michael Essien, l'homme fort de cette équipe (voir ci-dessous) et Muntari, le capitaine, font de ce milieu de terrain un véritable bloc. Le joueur de l'AC Milan possède quelques clés pour faire trembler certaines défenses. Outre son physique imposant, il est jusqu’au-boutiste et possède, lui aussi, une frappe intéressante. Enfin, André Ayew qui évolue à l'OM complète cette ligne médiane sur le flanc gauche. Blessé au genou gauche fin novembre lors du match face à l'Egypte, André Ayew devrait regagner le chemin de l'entraînement très prochainement avec comme principal objectif en vue: le rendez-vous de juin! A noter qu'il ne faut pas le confondre avec son frère Jordan qui joue aussi pour l'Olympique de Marseille mais au poste d'attaquant. Il vient d'ailleurs d'être prêté à Sochaux afin de glaner du temps de jeu et s'assurer une place dans les 23 qui feront le déplacement brésilien.   

En pointe, le duo Gyan-Waris est le plus probable. C'est déjà cette même paire qui avait été choisie par Appiah lors du festival de buts du match aller des barrages contre l'Egypte (6-1). Gyan avait signé un doublé et Waris avait enfoncé le clou en y ajoutant une concrétisation. Avec encore quelques matches amicaux d'ici juin, ce duo complétera une équipe qui, certes, n'est pas favorite dans son groupe mais qui n'en est pas moins fort alléchante sur papier.

L'homme à suivre: Michaël Essien 

 

 

L’un des Ghanéens les plus célèbres de cette équipe des "Etoiles noires" est sans nul doute Kevin-Prince Boateng. Mais à la surprise générale, le réel homme fort de cette équipe-type pourrait bien être Michaël Kojo Essien. Ne pas choisir Boateng peut paraître bizarre, mais cette décision a pourtant son lot d’explications. Si les qualités de jeu et la véritable "starmania" autour de "Boa" ne cessent de grandir dans son club (Schalke04, ndlr), ce n’est pas du tout le cas dans son pays d’origine. Il a en effet souvent répondu absent face aux différents appels du coach fédéral. Après deux ans de retraite internationale, Prince avait signé son grand retour dans l’équipe en juin dernier. Il évoquait toujours des blessures physiques liées à une surcharge en club et en sélection. Les supporters ghanéens n’ont jamais réellement cru à toutes ces excuses et ont souvent mal digéré ses absences. Lors des tous récents matches de qualifications pour le Mondial 2014, Boateng s’était une nouvelle fois fait remarquer en refusant de fouler la pelouse lors du match face à la Zambie, à cause d’un "manque de qualité de la pelouse, trop dure et dangereuse pour son genou". Même si la petite flamme entre les fans des "Black Stars" et "Boa" semble pour le moment définitivement éteinte, James Kwesi Appiah ne pourra se passer de son expérience et de sa connaissance du football allemand en vue du match décisif et au sommet face à la Mannschaft en phase de poule. 

 

 

 

 

 

 

 

Parlons maintenant de l’homme fort sur ce onze de base : Michaël Essien. Un joueur aux talents multiples et doté d'une polyvalence incroyable. Il peut évoluer à différentes places sur le terrain : aussi bon dans un rôle de milieu défensif, il est également un excellent relayeur. A l’aise sur les flancs aussi bien à droite qu’à gauche, il constitue un apport offensif non négligeable et, pour couronner le tout, il pourrait même venir renforcer la défense en cas de pépin au poste de défenseur central ou latéral, même s'il sera bien plus utile au milieu de terrain pour apporter le danger et faire valoir sa qualité de frappe à distance.

 

Essien peut également compter sur son expérience. Du haut de ses 31 ans, il a déjà un joli CV. Après un passage à Bastia où il a débuté sa carrière professionnelle, il a ensuite participé aux années de gloire de l’Olympique lyonnais avant de signer en 2005 à Chelsea . En août 2012, il est prêté une année au Real Madrid. Aujourd’hui de retour à Stamford Bridge, plusieurs clubs européens lui font les yeux doux. 

 

Une qualification autoritaire

Le Ghana n'a pas connu la moindre embûche lors des qualifications pour ce Mondial brésilien. Cette troisième participation, les hommes de James Kwesi Appiah la voulaient plus que tout et ils l'ont eue! Leader incontestable de son groupe composé de la Zambie, du Lesotho et du Soudan, le Ghana n'a connu qu'un seul revers (c'était face à la Zambie: 0-1) contre cinq victoires en six rencontres. Une fois qualifiés, les "Blacks Stars" n'ont fait qu'une bouchée de l'Egypte durant les barrages. Le match aller aura suffi à lui seul pour mettre les points sur les "i". Victoire incontestable 6-1 face à des Egyptiens tout simplement impuissants… Même si, pour la petite anecdote, les hommes de James Kwesi Appiah se sont inclinés 2-1 lors du match retour et ont ainsi terminé leur phase qualificative par une défaite, ils ont d'ores et déjà prouvé qu'ils ne seraient pas au Brésil pour profiter du sable fin des plages de Punta Cana ou des airs de samba endiablés. Leur objectif: faire aussi bien qu'en 2010. Ils avaient atteint les quarts de finale…

 

 

Une cote à la hauteur de l'exploit

 

 

 

Parier sur une victoire finale du Ghana, le 13 juillet prochain dans le stade du Maracana de Rio de Janeiro, peut rapporter une belle petite somme puisque pour un euro misé vous pouvez en empocher 151… Une cote de milieu de tableau qui correspond bien aux chances du Ghana dans ce Mondial. On est loin de la cote de l'Iran ou de l'Algérie (1001), qui referment ce classement des bookmakers, et en même temps assez loin aussi de la cote de 4.20 du favori, le Brésil. Les "Blacks Stars" ont un groupe fort relevé avec deux équipes du top mondial, à savoir l'Allemagne et le Portugal.

Une qualification pour le second tour sera donc déjà un bel exploit pour les Ghanéens. S'ils y parviennent, tous les espoirs seront permis pour faire un remake de leur excellent parcours lors de la Coupe du monde de 2010, où ils avaient atteint les quarts. Autre information qui a tout son intérêt pour les supporters des Diables rouges, en cas de qualification pour le second tour, le Ghana risquerait de croiser la route des hommes de Marc Wilmots, et là encore, un match difficile les y attendrait…

Retrouvez la présentation des 32 équipes par l'équipe de DH.be sur notre page spéciale: Mondial 2014

A.Gabriel

19:48 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Les équipes de la Coupe du monde, MONDIAL 2014, Rédaction | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.