Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

12/01/2014

Mondial 2014: les Américains préparés... au pire

52cc357f3570105ef7e70f6c.jpgLe Brésil risque d'être un fameux "cap carnaval" pour les USA. Versés dans le groupe G avec l'Allemagne, le Portugal et le Ghana, les Ricains font moins les malins ...


En vue du mondial brésilien, DH.be vous présente les 32 nations qui seront du voyage. Dont 7 pourraient se dresser sur la route des Diables.

Au pays du baseball et du football américain, le soccer n'a pas toujours facile à se faire une place. Pourtant, les Etats-Unis participeront à leur 10e mondial lors du rendez-vous brésilien. C'est-à-dire une de moins, à peine, que la Belgique. L'objectif des huitièmes de finale, comme en 2010, semblait déjà ambitieux avant le tirage au sort. Il est devenu utopique depuis que les States ont été versés dans l'un des groupes de la mort, le 6 décembre dernier.

 

Equipe-Type: difficile à bouger mais avec des faiblesses

Les Etats-Unis possèdent une équipe solide, expérimentée et difficile à manœuvrer. Disons-le sans détour, le problème de l'Amérique, c'est la défense. Dans les buts, Tim Howard (35 ans) jouera logiquement sa dernière coupe du monde ! Il est aussi indéboulonnable que la statue de la liberté... Après avoir joué la carte de la jeunesse en début de campagne qualificative et enregistré une défaite au Honduras suite à de jolies boulettes défensives, Klinsmann a remanié son arrière-garde. C'est surtout Omar Gonzalez qui a dégusté. Mais, depuis, il est devenu un titulaire incontournable.

Pas évident, ceci dit, de définir une ossature fixe tant le coach allemand a modifié ses cartes durant les amicaux et les rencontres officielles. Le onze de base n'est quasiment jamais le même. Il a ainsi repositionné un cran plus bas le revenant DaMarcus Beasley (Puebla, Mexique) au poste d'arrière-gauche, sans oublier de lui assigner le brassard de capitaine. Une présence qui rassure et solidifie la paire centrale Gonzales/ Johnson . A charge de Cameron de défendre le couloir droit, bien qu'il préfère l'axe de la défense où il rend de nombreux services à Stoke City.

La solidité de l'entrejeu repose sur Michael Bradley et Jermaine Jones . La toute nouvelle recrue de l'équipe de Toronto FC ayant pour mission supplémentaire d'apporter plus de verticalité et de tempérament offensif à l'équipe tandis que Jones, ex-défenseur central reconverti en milieu défensif à Schalke04, assure la couverture. Zusi (Kansa City) et l'increvable, mais toujours efficace, Dempseycomplètent ce milieu de terrain à la moyenne d'âge élevée (27 ans). Sacha Kljestan est régulièrement utilisé et peut revendiquer une place de titulaire au coup d'envoi du mondial. Cela se jouera certainement sur la forme du moment pour le médian anderlechtois. Enfin, devant, on retrouve l'homme à suivre de cette sélection, Jozy Altidore , pensionnaire de Sunderland, tout comme Eddie Johnson (DC United, club basé à Washington).

Jozy Altidore: le bison du New Jersey

Jozy Altidore est, pour reprendre le vocable souvent utilisé par Marc Wilmots, ce qu'on appelle un "beau bébé" ! Au niveau de la puissance pure et de la masse corporelle, il n'a probablement rien à envier à notre Lukaku national. A 24 ans à peine, il a déjà une coupe du monde derrière lui et une trentaine de sélections chez les Yanks . Sa première apparition officielle sous le maillot américain, il l'a faite à 18 ans. Dans un groupe globalement vieillissant, il est la tête de proue de la génération qui va s'imposer aujourd'hui et demain.

Il a su montrer du caractère lorsque, faute de régularité devant le but adverse, son coach l'écarta durant plusieurs rencontres après un 3e tour qualificatif raté. Il a ensuite vaincu le signe indien et s'est remis à marquer des buts en bon patriote. En août 2013, lors d'une rencontre amicale, il infligea ainsi un hat-trick parfait au portier bosnien Begovic.

Avis aux défenseurs ghanéens, allemands et portugais, la paire Dempsey-Altidore pèse et marque pas mal. 12 buts sur 26 (50%) lors de l'ultime tour de qualification... Actuellement bon dernier de la Premier League avec Sunderland, et si aucun départ ne se déroule en janvier 2014, c'est avec une solide soif de revanche qu'il foulera les pelouses brésiliennes. Car il s'agira de décrocher un transfert au sein de l'élite pour éviter la bascule avec les Black Cats. Et là où un bison passe, plus rien ne repousse...

Des Américains impériaux en qualifs

En deux tours et trois mouvements, les USA se sont propulsés vers un nouveau mondial... Chiffre rond pour les joueurs de Klinsmann qui fêteront au Brésil leur dixième participation à une coupe du monde, leur septième d'affilée. Le quatrième tour de la zone Concacaf, qui s'est tenu du 6 février au 15 octobre 2013, n'avait pourtant pas très bien débuté pour les USA. Battus à San Pedro Sula au Honduras (2-1) sous une écrasante chaleur, ils ont ensuite enchaîné sept victoires en neuf sorties dont un quatre sur sur six face au Mexique, concurrent historique dans la région.

Jürgen Klinsmann a opéré une série de changements, de repositionnements et d'intégrations d'éléments prometteurs à l'image de Jozy Altidore (Sunderland) auteur de quatre buts en éliminatoires. Une campagne les mains dans les poches pour les neveux de l'Oncle Sam tout en notant que le Mexique n'était pas en toute grande forme lors de ces éliminatoires...

Pronostic: un hot-dog pour les autres ?

Difficile d'imaginer les USA passer un tour dans ce mondial tropical... Difficile même de les imaginer engranger le moindre petit point dans un groupe G composé également de l'Allemagne, du Portugal et du Ghana. Les Américains possèdent une équipe équilibrée et expérimentée. Mais la route des 1/8e semble presque inaccessible...

Leur seule chance ? Tabler sur un Allemagne-Portugal tout en neutralisation et forcer immédiatement quelque chose contre le Ghana le même soir afin de débuter au mieux la phase de poules. Sinon, ce sera "go home" le 26 juin avec le Star-Spangled Banner en berne... Evidemment, on imagine bien Klinsmann, ancien voleur de goal de la Manschaft, vouloir jouer un sale tour à son pays. Mais entre le rêve américain et la réalité... Il y a au moins un Golden Gate bridge !

En tout cas, betFirst donne la cote de 201 aux USA comme éventuel vainqueur de la coupe du monde 2014.

Laurent Depré

 

08:52 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Les équipes de la Coupe du monde, MONDIAL 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.