Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

10/01/2014

Mondial 2014: pas des proies faciles, ces Super Eagles

52cfdee035701baedab53407.jpgVersé dans le groupe de l'Argentine, de l'Iran et de la Bosnie, le Nigéria aura une belle carte à jouer en vue de la 2e place du groupe. Un peu comme en 2010, lorsque les Super Eagles avaient échoué à la quatrième place du groupe B, non sans y avoir cru jusqu'au bout.


En vue du mondial brésilien, DH.be vous présente les 32 nations qui seront du voyage. Dont 7 pourraient se dresser sur la route des Diables rouges... Place, aujourd'hui, au Nigéria. La nation africaine la plus redoutable sur papier, et donc, forcément, la mieux placée pour tenter de devenir la première à atteindre le dernier carré d'une coupe du monde. Une mission pas totalement impossible, au vu du tirage au sort...

a République fédérale du Nigéria, située dans le golfe de Guinée, compte environ 170 millions d'habitants. Soit le 7e pays le plus peuplé du monde. Pas suffisant pour y trouver des ténors du ballon rond mais la superficie de 923.000km² est quant à elle suffisante pour contenir quelques puits de pétrole. Pas de quoi enrichir suffisamment ce pays, qui reste l'un des plus pauves du monde. Il faut dire que la corruption gangrène véritablement ce peuple dont la devise, quand elle n'est pas le Naira (monnaie locale), est "unité et foi, paix et progrès". Pour en finir avec ce volet culture générale, signalons que les Super Eagles apprécieront sans doute les "bonne chance" qui leur seront attribués à l'approche du mondial puisque les vœux de­ réussite ont particulièrement réussi à leur président, un dénommé Goodluck Jonathan.

Côté foot, rappelons que les Nigérians sont champions d'Afrique en titre puisqu'ils ont remporté la CAN 2013 au nez et à la barbe du Burkina Faso. Au niveau intercontinental, ils se sont offert trois participations à la coupe du monde avant l'édition 2014 et n'ont franchi que deux fois la phase de poules, pour être systématiquement éliminés en 1/8e de finale. C'était en 1994 et 1998.

 

L'équipe-type : un 4-2-3-1 avec Moses en meneur

Le Nigéria, c'est Jay-Jay Okocha (ex-PSG), Obafemi Martins (ex-Inter et Newcastle) ou encore Nwankwo Kanu (passé par Arsenal notamment). Mais c'est aussi et plus que jamais Stephen Keshi, son actuel sélectionneur. Passé par Anderlecht, où il écœurait les attaquants adverses, celui qui était affectueusement surnommé "grand zwête" par l'inimitable Raymond Goethals fut le sélectionneur du Togo qu'il qualifia à la surprise générale pour le mondial 2006. Aujourd'hui à la tête du Nigéria, il a réalisé un grand nettoyage à son arrivée pour ne garder que les jeunes pousses, se débarrassant notamment des "stars" Odemwingie ou Martins, pour remporter la dernière CAN. 

Sa jeune équipe s'articule ainsi autour de quelques rescapés parmi les cadres. Vincent Enyeama en fait partie. Il est l'indiscutable titulaire entre les perches. Le gardien lillois pourrait d'ailleurs devenir le Nigérian le plus capé de l'histoire durant le Mondial. Sa défense, orpheline du jeune retraité et ex-capitaine Joseph Yobo, avance la moyenne d'âge de 24 ans et est considérée comme le point faible des Super Eagles. Kenneth Omeruo (Chelsea, prêté à Middlesbrough) est peut-être le plus talentueux mais n'est pas suffisamment expérimenté, à 20 ans seulement, pour faire figure de titulaire incontournable. Keshi s'appuie surtout sur Azubuike Egwuekwe (Warri Wolvers, un club nigérian) et Godfrey Oboabona(Rizespor, Turquie) en défense centrale. Les meilleurs défenseurs nigérians évoluent sur les flancs puisque Efe Ambrose est en train de s'imposer comme back droit au Celtic Glasgow tandis queElderson devient un incontournable à Braga.

 

Parmi les deux récupérateurs du 4-2-3-1, on retrouve Ogenyi Onazi , 21 ans à peine. Utilisé avec intermittence par la Lazio, où il est un bon complément de Lucas Biglia qu'il affrontera le 25 juin, le garçon se veut discret sur le terrain mais est un véritable travailleur de l'ombre. Révélation de la dernière CAN, il est l'un des premiers relanceurs de cette équipe et le partenaire idéal du robuste John Obi Mikel(Chelsea) dans l'entrejeu. Un cran plus haut, on retrouve un trio de médians offensifs ayant du talent à revendre. L'incontournable Victor Moses s'y érige en véritable meneur de jeu. A 23 ans, le joueur de Liverpool (prêté par Chelsea) est sans doute le joueur le plus talentueux de cette équipe. Il évolue entreAhmed Musa , le flanc gauche de 21 ans du CSKA Moscou, et Brown Ideye , le talentueux ailier du Dynamo Kiev. Ce dernier avait d'ailleurs régalé les siens en fin de CAN pour battre la Côte d'Ivoire puis le Burkina Faso. Citons également Nnamdi Oduamadi (Brescia, prêté par le Milan AC, 23 ans), qui compte déjà quatre buts en sélection après seulement six apparitions.

 

 

En pointe de l'attaque, c'est à Emmanuel Emenike que revient le loisir de finir les actions des siens. L'avant-centre de Fenerbahçe n'est pourtant pas plus indiscutable en club qu'en sélection, mais il a rarement déçu les Super Eagles et s'était notamment montré décisif durant la CAN, avec quatre buts dont un joli coup franc qui avait trompé Copa en demi-finale.

 

L'homme à suivre : Vincent Enyeama

12 juin 2010, Johannesburg. L'Argentine débute fort son mondial sud-africain en ouvrant le score rapidement contre le Nigéria, grâce à une superbe tête de Gabriel Heinze à la 6e minute. Pourtant, la bande à Messi ne parviendra jamais à se mettre à l'abri et le score restera "arsenal" jusqu'au bout. La faute à Vincent Eneyama, littéralement transcendé ce jour-là. En véritable chat, le portier nigérian se multipliait sur sa ligne de but pour détourner les tentatives de l'Albiceleste. D'ailleurs, si Messi voit son compteur bloqué à un seul but en Coupe du Monde durant sa carrière, c'est en partie à cause de celui qui fait aujourd'hui le bonheur de Lille. Véritable attraction du championnat de France, le gardien du Losc avait écœuré la Pulga qui redoutera sans doute les retrouvailles, le 25 juin prochain.

 

 

Il faut dire qu'entre temps, Enyeama n'est plus du genre à sortir un match monstrueux de temps en temps. Non, le "Vince the prince" nigérian est devenu bien plus régulier. Capitaine des Super Eagles depuis la retraite internationale de Yobo, celui qui a découvert le foot européen en Israël n'est qu'à 5 sélections de devenir le joueur le plus capé de l'histoire du Nigéria. C'est dire son importance dans cette équipe, où il doit désormais suppléer une défense rajeunie par Stephen Keshi. Tout bonnement monstrueux sur sa ligne (horizontales et réflexes en tout genre), Enyeama est également très vif et réduit l'angle comme peu de portiers savent le faire. C'est ainsi qu'il a gardé les cages lilloises inviolées pendant 1062 minutes d'affilée en ce début de saison, échouant à 114 minutes du record historique de Gaetan Huard (ex-Bordeaux). Et c'est justement contre Bordeaux que le gaillard a craqué, sur un but contre son camp de son défenseur Simon Kjaer. Qu'à cela ne tienne, Enyeama allait rechercher le cuir au fond de ses filets, sourire aux lèvres, avant de taper amicalement les poings de son défenseur danois. Une image qui reflète bien la personnalité du joueur : un éternel enthousiaste à la mentalité exemplaire.

Une qualif sans trembler

On le sait, le foot africain réserve souvent des surprises. Chaque campagne qualificative est un piège pour les "grandes nations" et les dernières CAN ont souvent révélé des outsiders. On pense notamment à la victoire finale de la Zambie en 2012. Le Nigéria, champion d'Afrique début 2013, a pour sa part évité tous les pièges dressés sur sa route du Brésil. Pour cause, la bande à Keshi s'est extirpée sans souci de son groupe F (déjà) lors du deuxième tour, après avoir été dispensée du premier tour. Il faut dire que le Malawi, le Kenya et la Namibie ont opposé une faible résistance. Après avoir assuré le service minimum (1-0) contre la Namibie à domicile, le Nigéria concédait deux nuls au Malawi et contre le Kenya avant de remettre les pendules à l'heure contre ce même Kenya (0-1).

La fin de campagne était plutôt tranquille puisque les trois autres nations se neutralisaient régulièrement, laissant le Nigéria se qualifier avec 12 points, contre 7 pour le Malawi. En barrages, les Super Eagles, protégés par un statut de tête de série, héritaient du meilleur tirage possible : l'Ethiopie. La victoire 1-2 à Addis Abeba tuait déjà tout suspense, faisant du retour à Calabar une formalité (2-0). Plus expérimentés dans les matches couperet, les Super Eagles n'ont jamais tremblé.

Un tirage au sort clément jusque dans le calendrier...

Le Nigéria champion du monde ? C'est du 201 contre 1, chez nos confrères betFirst . Autrement dit, c'est peu probable. Par contre, lorsqu'il s'agit de trouver le nom des deux qualifiés dans le groupe F, les Super Eagles représentent la cote de 2,25 contre 1, soit un rien moins que la Bosnie (1,80). Preuve qu'il y a un coup à jouer pour la deuxième place. Celle-ci pourrait d'ailleurs être synonyme de huitième de finale contre la Suisse, la France ou l'Equateur. Pas facile, mais le tirage au sort aurait pu être plus sévère…

 

 

Du côté de la sélection nigériane, on s'est bien gardé d'afficher de quelconques ambitions pour le mondial depuis que le tirage au sort a eu lieu. Stephen Keshi s'est simplement contenté de coter le tirage au sort, avec un bref commentaire : "pour moi, ce tirage vaut un 6 sur 10. Nous jouons tout de même trois équipes avec des styles totalement différents. Nous ne connaissons guère l'Iran et la Bosnie mais par contre on tombe sur l'Argentine à chaque mondial, et c'est systématiquement difficile. Cela dit, je respecte les trois équipes mais aucune ne nous fait peur. Le plus important, ce sera d'être prêt dès le premier match afin de lancer au mieux notre tournoi" . Une première joute qui se tiendra contre l'Iran avant d'affronter la Bosnie. Une difficulté allant crescendo qui pourrait permettre aux Nigérians de se qualifier avant la dernière journée. Et si ce n'est pas le cas, un petit "laisser aller" d'une Argentine déjà qualifiée pourrait être envisageable lors du troisième match…

Nicolas Christiaens

17:47 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Les équipes de la Coupe du monde, MONDIAL 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.