Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

31/12/2013

L'Australie ne veut pas courir à sa Perth

52c2c90b35701baedaadbc78.jpgCap sur le groupe B pour la suite de nos présentations des équipes participant au Mondial 204. Au pays des kangourous, point besoin de gourou pour les Socceroos. Huitième de finaliste en 2006, éliminée au premier tour en 2010, l'Australie n'a pas l'intention de revenir au pays tel un boomerang. Qui vivra Canberra...


En vue du mondial brésilien, DH.be vous présente les 32 nations qui seront du voyage. 32 nations parmi lesquelles 7 d'entre elles pourraient se dresser sur la route des Diables Rouges. Aujourd'hui, c'est l'Australie qui est mise à l'honneur. 

Espagne, Pays-Bas et Chili. A première vue, un groupe qui sent bien le pâté de koala pour l'Australie.

Pourtant, depuis la mise à pied du désormais ex-sélectionneur allemand Holger Osieck, principal artisan de la qualification des siens pour la phase finale, un vent nouveau souffle sur les sujets de la reine Elisabeth II.

Sur la sellette depuis la rencontre amicale du 7 septembre dernier face au Brésil (défaite 6-0), Osieck a perdu tout crédit auprès de la Fédé australienne (FFA) suite à la gifle administrée par la France en amical sur un score identique.

Pour le remplacer, la FFA a tapé dans du local, à savoir Angelos Postecoglou. D'originie grecque, Postecoglou est reconnu au pays pour son jeu tourné vers l'offensive et son amour inconditionnel du maillot jaune et vert.

Deux vertus qui ont cruellement fait défaut aux Socceroos sous l'ère Osieck.

"S'efforcer à être grand, jouer avec courage et avoir une fois inébranlable dans notre mission", tel est le crédo d'Angelos Postecoglou.

L'équipe-type: il est minuit, Mark Schwarzer

Depuis l'intronisation d'Ante Postecoglou au poste de sélectionneur, l'Australie n'a disputé qu'une seule et unique rencontre. C'était face au Costa Rica (victoire 1-0). De plus, la natif d'Athènes a bien l'intention de rajeunir les cadres. Nous allons donc nous baser sur la phase qualificative pour nous faire une idée du 11 probable qui sera couché sur le papier en juin prochain.

Depuis la retraite de l’emblématique Mark Schwarzer début novembre, les Socceroos se cherchent un digne successeur à celui qui est, à ce jour, le joueur le plus capé de l'histoire du football australien (109 sélections au compteur). 

Une fin de carrière internationale qui pourrait faire le bonheur de Matthew Ryan (Club de Bruges). S'il n'a pris part à aucune rencontre de qualification, le dernier rempart des Blauw en Zwart a été catapulté dans le onze de base lors de la dernière rencontre face au Costa Rica (victoire 1-0).

Ryan sera en compétition avec le gardien réserve de Dortmund Mitchell Langerak et Adam Federici, le portier de Reading.

En défense, Luke Wilshire (Dinamo Moskva) et Matt McKay (Brisbane Roar) ont pour mission d'arpenter en long, en large et en travers leurs flancs respectifs. Véritables couteaux suisses, Wilshire et McKay peuvent également évoluer dans le milieu de terrain. La charnière centrale est elle composée de l'indéboulonnable mais controversé capitaine Lucas Neill (Omiya Ardija) et de Sasa Ognenovski (Umm Salal). Cependant, les deux lascars se font vieux puisqu'ils facturent 35 et 34 ans au compteur.

Devant le back four, Mark Milligan (Melbourne Victory) et l'expérimenté Mark Bresciano (Al-Gharafa) font office de pare-chocs. Toutefois, Bresciano pourrait voir ses espoirs de Coupe du Monde s'envoler en raison d'un imbroglio autour de son transfert d'Al Nasr à Al-Gharafa. Un transfert douteux et jugé illégal par la FIFA qui a condamné le milieu de terrain créatif à une suspension de 4 mois. Le joueur a décidé d'aller en appel.

Dans le couloir droit, on retrouve le très prometteur Robbie Kruse (Leverkusen). De l'autre côté, Tommy Oar (FC Utrecht).

Enfin en attaque, Brett Holman (AZ Alkmaar) devra alimenter en bons ballons Tim Cahill (New York Red Bulls). Ce dernier peut également évoluer dans un registre plus reculé et ainsi laisser le poste d'attaquant de pointe à Joshua Kennedy (Nagoya Grampus). Kruse peut également faire l'affaire en front de bandière, tout comme Archie Thompson (Melbourne Victory, ex-Lierse) et aussi Nikita Rukavytsya (FSV Francfort, ex-Roulers). Et Félicie ? Aussie ...

L'homme à suivre: Tim Cahill

Les outrages du temps n'ont aucune emprise sur Tim Cahill.

Celui qui vient de souffler ses 34 printemps le 6 décembre dernier en a encore sous la pédale. Pour preuve, l'ancien Toffee d'Everton vient de boucler l'année avec 11 buts et 4 assists en 26 joutes pour le compte des New York Red Bulls. Un bilan respectable qui fait de lui le meilleur artilleur de son équipe, juste devant Thierry Henry (10 buts).

"Tim incarne à lui seul notre équipe , précise Luis Robles le gardien des Red Bulls. Caractère, abnégation et travail acharné sont ses principales qualités. Sans lui, nous n'aurions jamais vécu une aussi belle saison. Nous lui sommes très, très, très (sic) reconnaissant ."

Une saison pleine récompensée par une apparition au sein du meilleur 11 de base de la saison en Major League Soccer

Considéré comme la figure de proue de cette équipe australienne, Cahill a bien l'intention de faire parler la poudre en juin prochain pour ce qui sera pour le dernier tournoi majeur de sa carrière.

Seulement 3 victoires en phase de qualif'

La phase de qualification n'a pas été une sinécure pour les Socceroos , loin s'en faut.

Après des débuts cahin-caha face à Oman (0-0) et au Japon (1-1), l'Australie s'incline contre toute attente en Jordanie (2-1) avant de s'imposer en Irak 2 buts à 1.

Un rayon de soleil dans la grisaille puisque les troupes d'Holger Osieck vont ensuite signer deux nuls de rang à domicile face à Oman (2-2) et au Japon, le favori du groupe (1-1).

La correction administrée à la Jordanie (4-0) viendra quelque peu réveiller les ardeurs des Socceroos qui clôtureront la compétition par une victoire sur un score arsenal face à l'Irak et ainsi valider leur ticket pour la phase finale.

Pronostic

L'Australie est assurément le petit poucet du groupe B. Avec une cote de 501/1 sur betFirst, les Socceroos ont peu de chances d'entrevoir les huitièmes de finale en juin prochain.

"Tout le monde nous élimine d'entrée de jeu, ce qui est logique admet volontiers Angelos Postecoglou à nos confrères d'Eurospot. De notre point de vue, c'est une incroyable opportunité de montrer au monde que nous pouvons jouer un bon football contre les meilleures nations. Nous savons quel est le niveau de l'Espagne, les Néerlandais ont toujours joué un bon football et le Chili a été exceptionnel pendant les qualifications. Ce sera donc un véritable challenge footballistique pour nous. Nous voulons continuer à grandir et à progresser. 

Où il y a des aborigènes, il y a fatalement du plaisir... 

Pierre-Alexis Matton (avec l'appui précieux de François Vantomme, le plus Australien de nos compatriotes après Gotye...)

 

16:05 Écrit par tackle on web dans Les équipes de la Coupe du monde, MONDIAL 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.