Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/12/2013

Le Brésil sera-t-il maître chez lui ?

52a9cf9335701baeda9e9393.jpgLes Brésiliens ont une pression folle sur les épaules: la Seleção doit gagner SON Mondial. Tout autre résultat serait accueilli comme un échec par les joueurs, le staff et les supporters.


En vue du mondial brésilien, DH.be vous présente les 32 nations qui seront du voyage. Dont 7 pourraient se dresser sur la route des Diables rouges... Place, aujourd'hui, au Brésil que les Diables pourraient retrouver sur leur route au stade des demi-finales... ou de l'apothéose, le dimanche 13 juillet ! 

Ce n'est pas un scoop. Comme à son habitude, le Brésil sera le grand favori du tournoi mondial. Encore plus cette année puisque, vous le savez, la Seleção jouera à domicile. L'équipe auriverde n'aura donc aucun droit à l'erreur. Tout autre résultat qu'une victoire finale serait accueillie comme une catastrophe par les millions de supporters brésiliens qui attendent monts et merveilles de cette nouvelle génération emmenée par le phénomène Neymar. Quand on sait que l'équipe brésilienne a loupé ses deux derniers rendez-vous avec la Coupe du Monde - éliminations en quarts en 2006 et 2010, respectivement des œuvres de la France et des Pays-Bas -, nulle place au doute: la pression sur les joueurs sera tout simplement énorme. 

L'equipe-type

Si on excepte la Coupe des Confédérations, la Seleção n'a joué que des matches amicaux depuis maintenant deux ans. Et vu le vivier très riche de joueurs dont dispose Luiz Felipe Scolari, bien malin sera celui qui pourra sortir l'équipe-type qui entamera le mondial contre la Croatie, le 12 juin. Du côté des gardiens, trois portiers se sont succédé pendant la préparation: Julio César, Diego Cavalieri et Jefferson. Logiquement, l'ancien gardien de l'Inter Milan, désormais actif du côté des Queens Park Rangers, devrait recevoir la préséance sur ses deux concurrents. Son expérience parle en effet largement pour lui.

En défense, Scolari disposera d'énormément de choix. Sur la gauche, c'est Marcelo qui devrait partir avec la faveur des pronostics. Le joueur du Real sera cependant en forte concurrence avec Luis Filipe (Atletico Madrid) et Maxwell (ancien de Barcelone). Son pendant à droite devrait être Daniel Alves. Le latéral du Barça aura Maicon (AS Roma) comme principal concurrent. Dans l'axe David Luiz (Chelsea) et Thiago Silva (PSG) semblent indéboulonnables. Leurs solutions de rechange seront l'ancien joueur du Standard Dante Bonfim (Bayern Munich), Marquinhos (PSG) et Humberto Rever (Atletico Mineiro).

Le milieu de terrain et l'attaque sont plus faciles à dessiner. Oscar (Chelsea) et Luiz Gustavo (Wolfsburg, ex-Bayern) devraient être les éléments les plus avancés d'un triangle complété par Paulinho (Tottenham). Leurs concurrents directs seront le jeune et talentueux Lucas (du PSG), Anderson Hernanes (Lazio Rome), Fernando (du Shaktar Donetsk) ou encore Kaka et Ramires. Le jeune Bernard devrait également faire partie des 23, lui qui est devenu une réelle attraction au Brésil. Il pourrait dès lors endosser le rôle desupersub .

Devant, il n'y aura pas de place pour d'éventuelles surprises. Neymar sera sur la gauche de l'attaque. Il devra apporter de la magie et de la folie à la division offensive. Il sera aidé par Hulk, dont la puissance devrait faire des dégâts et par Fred. Si ce dernier n'a pas l'aura du Catalan et du joueur du Zenit, son talent et son expérience sont indéniables. Robinho, Jô et Jonas seront dans les starting blocks pour les suppléer.

Ce 4-3-3 est plutôt bien équilibré grâce aux travailleurs de l'ombre que sont Luiz Gustavo et Paulinho. Mieux, Scolari peut facilement passer en 4-2-3-1 grâce à la polyvalence d'Oscar. Il peut évoluer en "vrai" 10 dans le dos de Fred (sa place de prédilection à Chelsea) bien qu'il soit un peu plus "travailleur" avec le Brésil. Tout cela dépendra également des adversaires du Brésil, et, surtout, de leur positionnement sur le terrain.

Le 4-4-2 est quant à lui une option possible et à ne pas négliger puisque Hulk peut passer dans l'axe si Oscar prend l'un des flancs. Robinho est toutefois le véritable "second striker " désigné de l'équipe. Quoi qu'il en soit, Scolari n'évolue pas souvent dans ce système qui pourrait avoir son utilité contre les adversaires plus faibles.

L'homme à suivre : Neymar

Si tout le monde s'accordait à reconnaître un talent fou à Neymar, beaucoup doutaient de sa capacité à s'imposer au plus haut niveau. Le jeune prodige brésilien est en train de donner tort à ceux-là. Arrivé à Barcelone, il lui a fallu un peu de temps pour retrouver la plénitude de ses moyens avant de régaler le public catalan, fin connaisseur et habitué à voir des artistes se produire sur la pelouse du Camp Nou, de ses actions et autres dribbles géniaux. C'est bien simple, Barcelone ne peut plus se passer de sa nouvelle pépite. Et l'équipe du Brésil non plus !

 En plus d'être l'homme qui devra apporter le déclic par sa vivacité, sa qualité de dribble et de son talent, Neymar pourrait tout simplement être le véritable grand bonhomme de ce mondial. Si le Brésil menait à bien sa quête de son Grââl, nul doute que Neymar en sera pour quelque chose et qu'il revendiquerait dès lors le titre de meilleur joueur du tournoi. Il fait en tous cas partie de ceux qui seront attendus au tournant, à l'instar de Ronaldo, Messi ou Ribéry.

Deux ans de matches amicaux

 Organiser une Coupe du Monde chez soi, cela signifie ne pas jouer de matches à enjeu pendant deux ans. Evidemment, cela peut se révéler être très problématique. Heureusement pour la Seleção, elle ne partira pas totalement dans l’inconnue puisqu’elle a survolé, à domicile déjà, la Coupe des Confédérations en juin. Après avoir battu le Japon, le Mexique et l’Italie en phase de poules, la bande à Scolari a continué son chemin vers le titre en battant l’Uruguay et en étrillant l’Espagne, championne du monde et double championne d’Europe en titre sur le score très sec de 3-0. Cette équipe-là semble donc être plus que prête pour relever le défi qui l’attendra en juin prochain.

La plus petite cote du Mondial



4,20 euros, c'est ce que vous pouvez gagner sur betFirst en pariant un euro sur le Brésil champion du monde. C'est la plus petite cote et ce n'est évidemment pas une surprise puisque le Brésil, à domicile, DOIT impérativement remporter SA Coupe du Monde. Comme nous l'avons déjà souligné, les attentes et la pression seront énormes sur les épaules des joueurs brésiliens. Heureusement pour eux, ils jouent pratiquement tous dans des top clubs européens et en ont déjà vu d'autres. Il leur faudra néanmoins des nerfs d'acier pour arriver au bout de leur rêve, d'autant plus que leur début de tournoi sera crucial. En effet, le Brésil pourrait être opposé à l'Espagne ou les Pays-Bas en huitièmes de finale. Si la sortie des poules devrait être une formalité pour le pays hôte, la suite s'annonce beaucoup plus compliquée !

Maxime Brouillard  

09:36 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Les équipes de la Coupe du monde, MONDIAL 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.