Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

19/12/2013

Les 100 joueurs qui ont fait 2013 (50-46)

La fin de l'année approche, et l'heure des récompenses a sonné. Un petit mois avant le Ballon d'Or, le XI FIFA de l'Année et tous les autres prix qui y sont liés, DH.be a donc décidé de vous livrer son top 100 des footballeurs qui ont marqué cette année 2013 sur la planète du ballon rond.La suite, avec les joueurs classés entre la 50e et la 46e place.


Fatalement, vous ne serez pas d'accord avec notre classement. Forcément, il est subjectif. En vrai, on a déjà eu du mal à s'accorder entre nous, certains voulant mettre dix Diables aux dix premières places et d'autres affirmant effrontément que le championnat italien est le plus beau de tous (ok, on exagère). Mais en mélangeant ces avis aussi fous que différents, on a fini par arriver à se mettre d'accord sur une hiérarchie entre les cent (enfin, "nos cent") meilleurs joueurs de la planète en 2013 qui nous semble tenir la route.

Bref, tout ça pour dire que plus que le classement, l'intérêt est de rendre hommage à 100 (ou plutôt 101) joueurs qui par leurs buts, leurs dribbles, leurs tacles ou leurs arrêts, ont marqué notre année footballistique à coups de génie ou de folie. Et comme on en a sûrement oublié, on vous invitera à débattre de tout ça dans les commentaires, évidemment. Vous avez même le droit de dire qu'on n'y connait rien, ou que Proto et Batshuayi avaient largement leur place dans le classement.

Place au top 50, que l'on débute sans Diable rouge. Mais si vous êtes sages, on vous en balance un avant la fin de journée. Et même qu'il sera 45e.

Monstrueux avec l'AS Saint-Etienne, Blaise Matuidi était l'un de ces Français convoités par le PSG version qatarie à ses débuts. Antoine Kombouaré a obtenu sa signature malgré quelques désaccords internes. C'est aujourd'hui le meilleur souvenir du coach du RC Lens, qui avait été viré quelques mois seulement après son arrivée malgré une première place au classement. Si le nom de Kombouaré n'était pas assez sexy pour faire autorité sur les stars du PSG, celui de Matuidi l'est devenu au fil des mois. Avec Sirigu, c'est même le seul rescapé de ce mercato 2011 dans le onze de base parisien. En 2013, l'international français a continué à prendre du galon. A tel point qu'il était nommé aux côtés d'Ibrahimovic, Thiago Silva et Aubameyang en fin de saison 2012-2013 pour le prix de meilleur joueur de Ligue 1. Une prouesse quand on évolue au poste peu sexy de médian défensif. Ce poste, Blaise Matuidi l'a légèrement délaissé sous Laurent Blanc pour monter d'un tout petit cran sur l'échiquier parisien, laissant le rôle de pare-choc devant la défense à Thiago Motta ou Marco Verratti. Car en plus d'un volume de jeu monstrueux, Matuidi peut s'infiltrer et surgir de la deuxième ligne. Bon, avec deux buts et deux assists cette saison, on peut écrire sans se tromper qu'il n'est pas encore le plus décisif des médians parisiens. Mais Dieu sait (et Laurent Blanc aussi) que ses courses entre les lignes et son travail en perte de balle permettent aux artistes du PSG de se sublimer. Un travailleur de l'ombre, ce Blaise. Un vrai.

 

 

Arrivé en Europe par l'intermédiaire de l'ex-recruteur lillois Jean-Luc Buisine, c'est à Charleroi et surtout au Standard que le défenseur brésilien découvrit le football du vieux Continent. Preud'homme et Bölöni en avaient fait un redoutable back gauche, la Bundesliga l'a vu devenir un défenseur central de renommée mondiale. Après trois ans passés à Monchengladbach, il rejoint le Bayern Munich en 2012 pour y exploser définitivement. 2013 l'a vu débarquer en équipe nationale brésilienne et s'y imposer. Il est en concurrence avec David Luiz pour le poste de suppléant de Thiago Silva. Moins technique et moins bon frappeur que le joueur de Chelsea, il est toutefois plus complet et surtout plus régulier dans ses performances. Sans oublier qu'il est gaucher et donc le complément parfait du capitaine de la Seleçao. Bonne nouvelle pour lui, le chevelu des Blues est logé à la même enseigne que De Bruyne par Mourinho. Il y a donc un sérieux coup à jouer pour Dante qui, si les choses restent en l'état, débutera probablement le mondial brésilien en tant que titulaire. Une motivation supplémentaire pour celui qui s'est plutôt bien rassasié cette année grâce au triplé décroché avec le Bayern Munich. Cette place dans notre top 50, Dante la doit surtout au fait qu'il revendique un titre mondial en ayant joué en Jupiler League. Ce n'est pas donné à tout le monde…

Le Basque a connu une année 2013 contrastée. Lors du premier semestre, il fut indéboulonnable dans l’entrejeu du Real Madrid. Il y a encore dicté le tempo, orienté le jeu à coup de passes courtes et de transversales précises , sans oublier d’effectuer les petites fautes dites “intelligentes”. En juin, il a été privé de Coupe des Confédérations à cause d’une pubalgie avant d’être écarté trois mois des terrains en août pour une blessure au pied. Ces soucis de santé auront contrarié sa première partie de la présente saison. Mais dès qu’il fut opérationnel, Carlo Ancelotti le relanca dans le grand bain. Avec la blessure de Khedira, l’entraineur italien ne peut se priver d’un patron dans l’entrejeu. Le Real, lui, est pourtant prêt à se séparer de Barberousse dont le contrat arrive à échéance en juin 2014. Du coup, le Basque pourrait disputer ses derniers mois à l’ombre de Santiago Bernabeu avant de filer sous d’autres cieux. Avec une Coupe du monde en vue, les potentiels acquéreurs devraient être quelques uns à frapper à la porte du métronome espagnol.

La défaite "pour du beurre" du PSG lors de la sixième rencontre de la phase de poules de la C1 était un petit événement pour Thiago Motta. C'était son premier revers de la saison, le deuxième seulement en une quarantaine de rencontres depuis son arrivée à Paname. Motta, c'est l'homme qui ne perd (presque) jamais. Une haine de la défaite et un amour du vice qu'il a appris de ses expériences passées, entre huit années de formation à la Masia, où il apprenait à faire du Busquets avant Busquets, et deux saisons et demi en Italie où son sens du jeu et du vice se sont encore développés au contact, notamment, d'un certain José Mourinho qui en avait fait un pion majeur de l'entrejeu de la Pazza Inter, celle du triplé. Une consécration au goût d'inachevé pour l'Italo-brésilien, qui n'avait pas disputé la finale de la C1, la faute à une carte rouge provoquée par sa version améliorée, Sergio Busquets, lors de cette fameuse demi-finale retour où l'Inter avait emmuré son but face à onze catalans enragés. Depuis, Thiago rêve de C1, et le PSG version 13/14 semble taillé pour exaucer son rêve.

 

 

 

Son irrégularité et ses stats somme toute moyennes pour un gars qui se délecte des caviars de CR7, Bale, Isco, Modric, etc., sans parler de l'affaire Zahia qui a quelque peu galvaudé sa réputation, font de lui un joueur autant décrié qu'adulé. Pourtant, le talent est là, la Benz faisant partie de ceux qui peuvent gagner des matches à eux seul. Auteur de treize buts depuis le début de saison, Karim n'est pas le dernier au moment d'adresser son petit assist. Il en comptabilise 7 depuis septembre. Mais les statistiques ne sont pas le point fort du n°9 du Real. Sa capacité à déséquilibrer les défenses, sa technique balle au pied et sa vision du jeu sont plus utiles à ce Real qui fait de Bale et surtout Ronaldo ses véritables finisseurs. Karim, lui, délocalise pour apporter le surnombre sur les flancs et proposer des solutions à ses médians. Il peut également travailler en pivot pour permettre au bloc équipe de gratter quelques mètres et, surtout, il est le premier défenseur de Galactiques qui l'étaient moins à l'époque où les stars se refusaient à travailler pour le collectif. En bref, Benzema est l'attaquant complet par excellence, le côté véritable tueur faisant place à une polyvalence appréciable. Et qui serait encore plus appréciée par Ancelotti et Deschamps s'il était plus régulier…

G.Ga., N.Ch. et F.Chl.

13:56 Écrit par tackle on web dans ALLEMAGNE, ANALYSE, ANGLETERRE, Belges à l'étranger, ESPAGNE, FRANCE, ITALIE, LES RESTES DU MONDE, TOP 100 de 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.