Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/12/2013

Les 100 joueurs qui ont fait 2013 (65-61)

La fin de l'année approche, et l'heure des récompenses a sonné. Un petit mois avant le Ballon d'Or, le XI FIFA de l'Année et tous les autres prix qui y sont liés, DH.be a donc décidé de vous livrer son top 100 des footballeurs qui ont marqué cette année 2013 sur la planète du ballon rond. La suite, avec les joueurs classés entre la 65e et la 61e place.


Fatalement, vous ne serez pas d'accord avec notre classement. Forcément, il est subjectif. En vrai, on a déjà eu du mal à s'accorder entre nous, certains voulant mettre dix Diables aux dix premières places et d'autres affirmant effrontément que le championnat italien est le plus beau de tous (ok, on exagère). Mais en mélangeant ces avis aussi fous que différents, on a fini par arriver à se mettre d'accord sur une hiérarchie entre les cent (enfin, "nos cent") meilleurs joueurs de la planète en 2013 qui nous semble tenir la route.

Bref, tout ça pour dire que plus que le classement, l'intérêt est de rendre hommage à 100 (ou plutôt 101) joueurs qui par leurs buts, leurs dribbles, leurs tacles ou leurs arrêts, ont marqué notre année footballistique à coups de génie ou de folie. Et comme on en a sûrement oublié, on vous invitera à débattre de tout ça dans les commentaires, évidemment. Vous avez même le droit de dire qu'on n'y connait rien, ou que Proto et Batshuayi avaient largement leur place dans le classement.

Place aux joueurs classés entre la 65e et la 61e place.

Au risque de spoiler quelque peu, annonçons tout de go qu'Arda Turan sera le seul Turc de ce top 100. Une place qu'il doit tout d'abord à son statut en sélection, bien que celle-ci ne connaisse pas ses meilleures années. Le joueur de l'Atletico est le capitaine de Fatih Terim et est devenu, à 26 ans seulement, l'un des plus grands joueurs de sa nation. Avec 64 sélections au compteur et sa belle régularité, nul doute qu'Arda Turan décrochera quelques records avec la liquette turque. Il est toutefois plus en réussite avec l'Atletico et un certain Diego Simeone qui est parvenu à le transcender depuis son arrivée. C'est au poste d'ailier gauche que le barbu excelle le plus. Si les statistiques qu'il présente ne sont pas Zlatanesques, son sens du collectif et sa capacité à peser sur les défenses font souvent la différence. Bon passeur décisif, il met à profit son excellente vision du jeu pour tirer l'Atletico vers le haut. Tellement haut que les Colchoneros prennents un malin plaisir à bousculer le duo Real-Barça depuis le début de saison.

S'il est soumis à une forte concurrence en équipe nationale espagnole, le privant notamment de la finale de la Coupe des Confédérations cet été, David Silva est l'un des pions majeurs de la ligne offensive de Manchester City. Pellegrini l'aligne systématiquement dans les top matches, ne le laissant au repos qu'à de rares occasions. Excellent buteur mais aussi très bon passeur, cet ailier de poche possède toutes les qualités d'un meneur de jeu moderne. Régulièrement aligné à droite, il rentre dans le jeu comme peu savent le faire. Son entente avec Aguero, Negredo, Navas ou encore Nasri fait des ravages. Il faut dire que notre homme était l'un des premiers gros transferts véritablement réussi par Manchester City. Et c'est avec beaucoup de succès que David Silva endosse le costume de leader offensif des Skyblues dont il est devenu une sorte de baromètre. D'ailleurs, depuis novembre, Man. City tourne à près de 4 buts par matches. Le double champion d'Europe et champion du monde n'y est pas étranger, loin de là.

Quand on pense Rodrigo Palacio, on pense à cette impensable queue de rat qui fait de lui l'Obi-Wan Kenobi version Menace Fantôme du pauvre (ou le Romans Vainsteins du ballon rond, pour les fans de la petite reine). Arrivé sur la pointe des pieds au sein d'une Inter qui faisait la moue en espérant plutôt unfuoriclasse, l'Argentin n'a mis qu'un an et demi à mettre tout le monde d'accord dans les travées du stade Giuseppe Meazza. Ses chiffres de 2013 sont pour le moins impressionnants, avec la bagatelle de 23 buts et 11 passes décisives répartis entre l'Europa League, le Calcio, la Coppa et une sélection argentine dont il s'est ouvert les portes à force de prestations majuscules pour se faire une place au milieu des Agüero, Messi et autre Lavezzi. Rodrigo Palacio a peut-être une affreuse queue de rat, mais il met tout en oeuvre pour qu'on ne voie pas que ça.

Jan Vertonghen a littéralement explosé en 2013. Le défenseur belge de Tottenham est devenu un pion indispensable dans le onze de base des Spurs. Après un excellent début d'année, l'heure de la gloire a sonné. En mars, il est élu joueur du mois du très relevé championnat d'Angleterre. Un mois plus tard, le 28 avril pour être précis, le Diables Rouges continue son ascension et est nommé dans l'équipe-type de la Premier League 2012-2013 aux côtés d'un autre joueur bien connu de notre Plat Pays, Eden Hazard. Du haut de ses cinq buts inscrits sur cette année civile, toutes compétitions confondues, on retiendra notamment ce début du mois de mars… En l'espace de trois jours seulement, il a réussi à montrer à quel point il pouvait être décisif offensivement. Le 7 mars, il inscrit son premier but sous la vareuse de Tottenham face à l'Inter de Milan en Europa League. Trois jours plus tard, il en inscrit deux autres face à Liverpool. Plus récemment, Jan Vertonghen a été repris dans le onze idéal de l'Europa League des journalistes du site de l'UEFA. Toujours très propre dans ses tacles et décisif dans ses interventions, le défenseur Belge, aussi à l'aise au centre qu'à gauche, a su se faire adopter définitivement par l'un des publics les plus fidèles d'Angleterre. Son parcours qualificatif avec les Diables fut également très bon, ne montrant quelques faiblesses qu'à Belgrade, durant le premier quart d'heure.

C'est au cours de l'Euro 2012 que Mario Mandzukic est passé du statut d'attaquant redoutable à celui de joueur de renommée européenne, avec toutes les convoitises qui s'en suivaient durant le mercato suivant. C'est finalement au Bayern Munich que le grand croate est allé planter des buts, dont un (facile) en finale de Ligue des Champions, le 25 mai dernier. Un trophée qui le booste quelque peu dans ce classement car s'il propose un jeu en pivot redoutable et qu'il enfile les buts comme des perles, Mandzukic n'est pas encore l'un des meilleurs du monde au poste de n°9. Intrinsèquement, Ibrahimovic, Van Persie, Suarez, Cavani, Ibrahimovic ou Falcao lui sont en tout cas supérieurs. Mais si le collectif du Bayern l'aide plutôt bien, ce bon Mario a tout de même le mérite d'être là où il faut pour les pousser au fond. Et sa façon de peser sur les défenses ne déplaît pas à Robben ou Ribéry, qui se délectent des espaces créés par le Croate. On ne réalise pas un triplé Coupe-Championnat-C1 sans un grand attaquant, qu'on se le dise.

G. GA., N. CH. ET A. GA.

09:44 Écrit par tackle on web dans ALLEMAGNE, ANALYSE, ANGLETERRE, Belges à l'étranger, ESPAGNE, FRANCE, LES RESTES DU MONDE, TOP 100 de 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.