Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/12/2013

Les 100 joueurs qui ont fait 2013 (90-81)

La fin de l'année approche, et l'heure des récompenses a sonné. Un petit mois avant le Ballon d'Or, le XI FIFA de l'Année et tous les autres prix qui y sont liés, la rédaction web de la DH a donc décidé de vous livrer son top 100 des footballeurs qui ont marqué cette année 2013 sur la planète du ballon rond. La suite, avec les joueurs classés entre la 90e et la 81e place.


Fatalement, vous ne serez pas d'accord avec notre classement. Forcément, il est subjectif. En vrai, on a déjà eu du mal à s'accorder entre nous, certains voulant mettre dix Diables aux dix premières places et d'autres affirmant effrontément que le championnat italien est le plus beau de tous (ok, on exagère). Mais en mélangeant ces avis aussi fous que différents, on a fini par arriver à se mettre d'accord sur une hiérarchie entre les cent (enfin, "nos cent") meilleurs joueurs de la planète en 2013 qui nous semble tenir la route.

Bref, tout ça pour dire que plus que le classement, l'intérêt est de rendre hommage à 100 (ou plutôt 101) joueurs qui par leurs buts, leurs dribbles, leurs tacles ou leurs arrêts, ont marqué notre année footballistique à coups de génie ou de folie. Et comme on en a sûrement oublié, on vous invitera à débattre de tout ça dans les commentaires, évidemment. Vous avez même le droit de dire qu'on n'y connait rien, ou que Proto et Batshuayi avaient largement leur place dans le classement.

Place aux joueurs classés entre la 90e et la 81e place.

Avant son triplé sur la pelouse du stade Constant Vanden Stock, le nom de Konstantinos Mitroglou n'évoquait pas grand-chose au fan de foot en Belgique. Depuis, c'est toute l'Europe du ballon rond qui suit de très près les prouesses de Mitrogoal, déjà quatre triplés cette saison et surtout, le seul à concurrencer Cristiano Ronaldo au classement des buteurs européens jusqu'à sa blessure. Mais avant d'être éloigné des terrains, le Grec au look d'acteur de peplum a pris soin de mettre trois buts en 180 minutes contre la Roumanie pour envoyer son pays en Coupe du Monde. Sur ces douze derniers mois, Kostas a affirmé, puis confirmé que son talent était bien trop grand pour un modeste championnat grec qu'il pourrait quitter dès cet hiver. Dortmund, Arsenal, Liverpool et l'Inter suivent le phénomène de près. Les supporters anglais, allemands ou italiens auront donc bientôt le privilège d'encaisser les coups de mitraillette virtuelle que Mitroglou envoie vers les tribunes après ses buts.

De part ses prestations avec les Diables, le N°6 de Wilmots s'est installé comme l'un des meilleurs médians défensifs du monde mais également le relais du coach fédéral sur le pré. Pierre angulaire de l'entre-jeu noir-jaune-rouge, le Wits s'est érigé en réel patron de notre équipe nationale (du fait des nombreuses absences du Prince Kompany) grâce à une régularité diabolique combinée à une polyvalence et quelle polyvalence! Tout cela agrémenté d'un volume de jeu robuste, d'une lecture de jeu chirurgicale et de qualités athlétiques monstrueuses. Avec Courtois et De Bruyne, c'est définitivement le joueur clé de la qualif' de la bande à Willie et rien que pour ça, il se devait de figurer dans notre Top 100. Au Zenith, Axel est sans doute moins à la fête au sein d'un effectif qui peine à trouver son rythme. Mais que Spaletti se rassure, l'ancien-Rouche veille au grain et ça lui arrive même de marquer lorsque ses couleurs sont en difficultés comme début décembre contre le Terek Grozny. Quand on vous disait qu'il est polyvalent...

Parfois, il suffit d'un rien pour marquer une saison. Parce que oui, Fred marque des buts sous la liquettecarioca de Fluminense. Mais on a regardé assez de vidéos Youtube de Neymar pour comprendre que la rigueur défensive n'est pas vraiment le souci premier des arrières-gardes brésiliennes. Non, ce qu'on retiendra surtout de Fred, c'est qu'on a rigolé quand on a vu que c'était lui que Felipao Scolari alignait à la pointe de l'attaque de la Selecao, et qu'on a quasiment dû faire des excuses publiques après ses cinq buts en autant de rencontres lors de la Coupe des Confédérations. C'est donc un quasi trentenaire qui n'a pas vraiment réussi en Europe qui occupera la pointe de l'attaque auriverde pour le Mondial à domicile. Et au vu de son doublé en finale face à l'Espagne l'été dernier, on est bien forcé de reconnaitre l'improbable: oui, ce Fred a les épaules pour emmener les auriverde sur le toit du monde.

C'est quand James a rejoint le Rocher l'été dernier, en même temps que son équipier Joao Moutinho, qu'on a compris que les Monégasques n'étaient pas là pour rigoler. Parce que le milieu offensif colombien avec un canon dans le pied gauche et de la dynamite dans les pattes sortait d'une énorme saison avec Porto, avec onze buts et dix assists. Sans compter un rôle majeur chez des Cafeteros qui débarqueront au Brésil au mois de juin avec une solide pancarte d'outsiders dans le dos. En France, certains ont pourtant fait la fine bouche après le début de saison en mode mineur du gaucher au nom depornstar et à la gueule d'ange sous la vareuse monégasque. Et puis, Claudio Ranieri a mis James dans l'axe, en lui donnant les clés du jeu de l'équipe dans le dernier tiers du terrain. Cinq matches plus tard, le Colombien a claqué ses deux premiers buts, fait un assist et pèse de plus en plus sur le jeu. La machine est lancée.

Longtemps, la France a considéré "PEA" comme une diva prêtée par le Milan à la moitié des clubs du pays sans succès. Aubameyang faisait plus parler de lui pour ses coupes de cheveux et son amour des belles voitures que pour ses qualités sur le pré. Tout juste soulignait-on sa pointe de vitesse impressionnante, qui faisait de lui une sorte d'équivalent gabonais de Théo Walcott. Et puis, il y a eu Saint-Étienne, cette saison à 19 buts (dont 11 entre janvier et juin 2013) et un transfert à Dortmund, où le Neymar africain a déjà claqué huit buts pour ses quinze premiers matches en Bundesliga. Faut dire qu'avec un triplé dès la première journée, PEA n'a pas trainé pour prendre ses marques dans la bande à Jurgen Klopp. Le sprinter s'est mis à marquer. Et comme en plus, il a laissé de côté les coupes de cheveux avec des étoiles, même les réfractaires aux looks trop excentriques peuvent commencer à l'aimer.

Déjà le troisième joueur du championnat russe dans ce classement. Rassurez-vous, c'est le dernier. Mais impossible de ne pas évoquer les cheveux peroxydés et le regard bridé de Keisuke Honda. À 27 ans, le leader de la sélection japonaise et futur joueur du Milan AC va donc quitter cette Russie qu'il a illuminée de ses éclairs de génie du pied gauche et de ses raids balle au pied pendant quatre ans. Et pour ceux qui n'avaient pas l'occasion d'admirer son talent dans la Premier League russe, Honda ne manquait jamais l'occasion de faire parler ses qualités sur les pelouses de Ligue des Champions, ou lors des rendez-vous de son Japon avec les grandes nations du foot mondial. Excellent face à l'Italie lors de la Coupe des Confédérations, le numéro quatre des Samouraïs bleus a écoeuré l'arrière-garde des Diables rouges en novembre dernier. Il lui reste donc à conquérir le Calcio.

Comme évoqué plus haut, le Portugais a débarqué du côté de Monte-Cristo en compagnie de son comparse James Rodriguez. Un luxueux double-voyage qui aurait coûté au club principautaire la bagatelle de 70 millions d'euros. Si depuis son débarquement, le 8 de poche (1,70 m) n'éclabousse pas toujours la Ligue 1 de son potentiel, le Lusitanien n'en reste pas un pion essentiel dans l'effectif monégasque (14 matchs et un but en championnat cette saison). Et pour étayer son rôle précieux, il vient de battre un record en L1 (depuis 2006-2007) dont même le maestro Xavi pourrait être jaloux: lors de la rencontre face à Ajaccio le 9 décembre dernier, l'international portugais a caressé le cuir pas moins de... 152 fois.

Derrière un Fernando Torres qui enchaine les frappes à côté avec Chelsea et un David Villa qui n'était plus vraiment en odeur de sainteté au Barça avant l'été dernier, Alvaro Negredo était perpétuellement en concurrence avec Soldado pour ce poste de neuf de la Roja (sauf quand Del Bosque décide de la laisser à Fabregas). Si Diego Costa devrait mettre tout le monde d'accord d'ici l'été prochain, il serait étonnait que le numéro 9 des Citizens ne soit pas du voyage au Brésil. Parce qu'avec 14 buts depuis son arrivée dans la brume mancunienne, le Madrilène a définitivement pris le dessus sur un Soldado qui se cherche encore. Un transfert réussi donc, après un quadruplé contre Valence en guise d'adieu à ses anciens supporters du FC Séville. Un mec qui sait dire au revoir.

Après avoir fait les beaux jours de Villareal (et un petit passage à Malaga) , le petit milieu offensif originaire des Asturies a déposé ses valises à l'Emirates Stadium depuis 2012. Après une première saison plus que satisfaisante avec les Gunners (38 matchs, 12 buts en PL), Santi continue sa progression outre-manche en compagnie d'Ozil, Wilshere ou Ramsey et peut envisager un titre de champion en Premier League. Une ligne en plus sur son CV, qui pourrait peut-être (qui sait?) lui donner plus d'importance au sein de la Roja en vue du Mondial brésilien...

2013 a pourtant bien mal commencé pour l'international ghanéen. En effet, les images du joueur quittant le terrain le 3 janvier suite à des cris racistes en match amical face à l'équipe de Pro Patria (Serie C2) a fait le tour de la planète de foot. Depuis, l'imitateur de Michael Jackson s'est bien repris et a grandement contribué à la troisième place du Milan en championnat, après un début de saison compliqué. C'est avec ce sentiment de travail accompli qu'il quitte l'Italie pour retrouver son Allemagne natale du côté de Gelsenkirchen, à Schalke 04. Le joueur s'éclate maintenant en Bundesliga, claquant au passage 5 buts en 11 matchs de championnat. On le verra d'ailleurs au Brésil avec les Blacks Stars qui fêtent son retour en sélection après 2 ans d'absence. Un comeback qu'il a marqué de son empreinte en scorant face aux Pharaons égyptiens au barrage retour des qualifications pour la Coupe du Monde.

G.Ga. et Rédaction en ligne

09:33 Écrit par tackle on web dans ALLEMAGNE, ANALYSE, ANGLETERRE, Belges à l'étranger, ESPAGNE, ITALIE, LES RESTES DU MONDE, TOP 100 de 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.