Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/12/2013

La Russie, notre deuxième adversaire au mondial

La Russie sera le second adversaire de la Belgique lors de la Coupe du monde. Les Diables Rouges affronteront la Russie de Fabio Capello à Rio de Janeiro le 23 juin à minuit. Voici une petite présentation en vidéos du parcours qualificatif de la Russie, quelques "highlights" de son joueur-clé et quelques images de nos derniers affrontements.


La Russie, une vieille connaissance des Belges en Coupe du monde. Lors de la dernière participation des nôtres au grand bal mondial, les Diables Rouges avaient déjà affronté cet adversaire lors des matchs de poules. Un match qui évoque quelques bons souvenir au sélectionneur Marc Wilmots, buteur ce jour là. Grâce à cette victoire, la Belgique avait pu se qualifier pour les 1/8e de finale.

Les qualifications : première de son groupe devant le Portugal

Après un Euro décevant où elle avait été sortie lors des poules, la Russie a changé de guide. Exit Dick Advocaat, place à Fabio Capello. Le technicien italien a apporté sa rigueur à une équipe pas toujours réputée pour sa discipline. Une force dans un groupe de qualification où il fallait se montrer sérieux pour terminer premier de son groupe.

Elle commence sa campagne avec un succès 2-0 contre l'Irlande du Nord avant de se déplacer en Israël. Un match piège parfaitement négocié que le Russes remportent sur le score sec de 0-4. Kerzhakov deux fois, Kokorin et Faizulin sont les buteurs russes.

La Russie confirme ce succès en remportant le match au sommet contre le Portugal. Cristiano Ronaldo et les siens ne peuvent rien contre l'organisation russe et s'inclinent 1-0 sur un but de Kerzhakov.

Avec un neuf sur neuf, la bande à Capello est bien partie pour survoler son groupe.

La suite sera un peu moins glorieuse. Après une victoire à domicile contre l'Azerbaidjan, les Russes chutent de façon surprenante en Irlande du Nord avant de subir la loi des Portugais à Lisbonne.

Mais la suite de leur calendrier est favorable et ils se reprennent en remportant les 3 matchs suivants (deux fois le Luxembourg et une fois Israël).

Les hommes de Fabio Capello n'ont besoin que d'un point en Azerbaidjan pour se qualifier. Ils prennent rapidement l'avance grâce à Roman Shirokov avant de se faire surprendre par Cavadov dans les arrêts de jeu.

Pris de panique après ce but égalisateur, les Russes décident de stopper le combat et enchaine les passes en retrait jusqu'au coup de sifflet final. Un mauvais remake d'un certain Allemagne-Autriche lors de la Coupe du monde 1982.

L'homme-clé : Roman Shirokov

La Russie possède pas mal de bons joueurs au sein d'un effectif  expérimenté. Si Andrei Arshavin fut pendant longtemps la star incontestée de la sélection, ce n'est plus le cas actuellement. Le joueur du Zénit n'est même pas sûr de figurer dans la liste des 23 de maître Capello.

Celui-ci préfère les joueurs travailleurs, intelligents et doués techniquement. Des caractéristiques qui correspondent bien à Roman Shirokov. A 32 ans, il est devenu la pièce-maîtresse du dispositif de son équipe après en avoir fait de même du côté du Zénit où il évolue depuis 2008. 

Roman Shirokov compte 40 sélections en équipe nationale et y a trouvé le chemin des filets à 12 reprises. Pas mal.

La Belgique et la Russie en Coupe du monde, une vieille histoire

La Russie évoque pas mal de bons souvenirs aux supporters belges. Lors du mondial 86 au Mexique, le pays qui était encore l'URSS était notre adversaire des 1/8e de finale. Battre cette nation s'apparentait à un bel exploit, mais les nôtres ont été capables de le faire.

Au terme d'un match à rebondissements qui se finira finalement aux prolongations, les Belges émergeront sur le score de 4-3.

Belanov avait marqué deux goals aux nôtres pendant les 90 premières minutes, mais Enzo Scifo et Jan Ceulemans avait à chaque fois riposté.

Stéphane Demol et Nico Claesen donneront deux buts d'avance aux hommes de Guy Thys avant que Belanov, encore lui, ne réduise la marque.

C'était le début de ce qui reste la plus belle campagne de la Belgique lors d'une Coupe du monde.

Accrochée par le Japon et la Tunisie, la Belgique doit l'emporter contre la Russie si elle veut faire partie des seize meilleures nations de la planète en 2002.

Johan Walem donnait l'avance aux Diables sur un magnifique coup franc avant l'égalisation de Beschastnykh.

Wesley Sonck et Marc Wilmots faisaient ensuite la différence pour la Belgique et le but tardif de Sytchev ne changeait rien. Les hommes de Robert Waseige allaient défier le Brésil en 1/8e, la suite on la connait.

Le dernier duel entre nos deux pays date de novembre 2010. Un match amical épique au niveau du déplacement puisque les Diables Rouges ont pratiquement mis 24 heures pour atteindre Voronezh. On se rappelle aussi du Tupolev pris par les nôtres qui s'est écrasé quelques mois plus tard.

Toutes ces péripéties ont en tout cas décuplé les forces des Diables qui ont sorti une grosse prestation contre ces Russes, alors pensionnaires du top 10 mondial. Romelu Lukaku exploitait les largesses de la défense locale pour planter ses deux premiers pions sous la vareuse diabolique.

20:23 Écrit par tackle on web dans Diables Rouges, Les équipes de la Coupe du monde, MONDIAL 2014, PORTRAITS, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.