Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/11/2013

Quand l'équipementier de l'Uruguay ravive la cicatrice brésilienne de 1950

ghiggia_rete-300x225.jpg

L'Uruguay est le 32e et dernier pays qualifié pour la Coupe du monde au Brésil. Après avoir balayé la Jordanie 0-5 à l'aller, la Celeste s'est contenté d'un 0-0 à l'Estadio Centenario de Montevidéo pour valider son billet.

Retrouver l'Uruguay au Brésil fait d'ailleurs grincer des dents du côtés des plus anciens supporters auriverde. En 1950, le Brésil organisait aussi la Coupe du monde. En finale, la Seleçao retrouvait l'Uruguay au Maracana et n'avait aucun doute sur l'issue de la rencontre.

A la 47e, Friaça faisait chavirer les 175 000 spectateurs du stade mythique de Rio. Le Brésil semblait bien parti pour remporter son premier titre mondial.

Mais la Celeste avait du répondant. Juan Alberto Schiaffino tempèrait les ardeurs auriverde en égalisant 20 minutes plus tard. A 10 minutes du terme, Alcides Edgardo Ghiggia, qui présente la particularité d'avoir aussi joué pour la Squadra Azzurra après sa carrière pour l'Uruguay (On était bien moins strict que maintenant), rendait muet le Maracana en plantant le deuxième but uruguayen. 

Le trophée Jules Rimet prenait la direction de Montévidéo pour la deuxième fois de l'histoire et le Brésil devait attendre 1958 pour remporter sa première Coupe du monde.

Cette défaite historique et retentissante est restée dans la mémoire collective brésilienne sous le nom "Maracanaço". Traduisez le choc du Maracana. La légende veut qu'il y aurait eu 34 suicides et 56 arrêts cardiaques après ce véritable drame national...

Cet épisode marquant de l'histoire de la Coupe du monde a inspiré Puma, l'équipementier de l'Uruguay. Dans un spot publicitaire, la firme allemande met en scène un fantôme aux couleurs de la Céleste et avec le numéro 50 dans le dos. Il commence la vidéo en prenant la pose du Christ Redempteur de Rio avant de semer la panique dans les rues de la ville et de retourner sur le lieu de son exploit.

Une façon de se moquer gentiment des Brésiliens 63 ans après. Surtout quand le commanditaire de la publicité s'avère être un concurrent de l'équipementier de la Seleçao.

12:01 Écrit par tackle on web dans C'EST DRÔLE, Culture, INSOLITE, MONDIAL 2014, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.