Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/07/2013

Le tour de D1 : présentation de Courtrai

05iu24oinqf.jpgLe coup d’envoi de la saison 2013-14 de la Jupiler Pro League sera donné au stade Jan Breydel, le vendredi 26 juillet, où le Club Bruges recevra Charleroi. D’ici là, nous vous proposons de faire le tour du propriétaire des clubs de l’élite. Courtrai, qui a fait le ménage via son coach Hein Vanhaezebrouck, s'est renforcé et se veut ambitieux à l'aube de la nouvelle saison.


“Il fallait assainir le groupe” 

Derrière son bureau, Hein Vanhaezebrouck a retrouvé le sourire. L’entraîneur au pouvoir à nouveau élargi après sa prolongation a été entendu par sa direction. Ses souhaits de renforcer son attaque et sa charnière centrale ont été exaucés. Et son grand coup de balai a produit son effet. 

À Coutrai, la saison du grand ménage n’est pas le printemps mais l’été. Principales victimes : Landry Mulemo, Ismaïla N’Diaye, Blanstel Koussalouka, Kevin Dupuis, Alassane També et, surtout, Ernest Nfor. “Si on avait continué avec le même groupe, je peux vous garantir qu’on serait parmi les deux ou trois derniers”, assure le technicien qui a accepté de justifier et d’expliquer sa démarche, tout en faisant son autocritique.

Hein, comment avez-vous pris cette décision forte de mettre à l’écart six joueurs ?

“En fait, tout a commencé avec la grève en janvier dernier. Le groupe s’est fissuré avec des clans. On a essayé d’intervenir, mais ce n’était pas possible. Il y avait tellement d’ego qui ne pensaient qu’à eux-mêmes et pas au groupe. Alors, on a pris des décisions déjà pour la saison suivante, pour éviter les problèmes.”

Quel genre de problèmes ?

“Principalement au niveau du professionnalisme. Certains ne se comportaient pas comme il le fallait, ils avaient des problèmes à se lever le matin, à s’entraîner comme il faut. Ce sont des choses sur lesquels je m’énerve énormément. Quand je vois des footballeurs qui font le plus beau métier du monde et qui ne montrent pas d’envie, pas d’engagement, j’ai un sérieux problème. Je me suis énervé plusieurs fois, on a essayé de parler, mais cela n’a rien changé. C’est de l’énergie perdue. Très tôt, j’ai indiqué à mes dirigeants qu’on devait dire adieu à ces six joueurs. Mais il ne faut pas tous les mettre dans le même sac : pour certains, c’était juste une question de temps de jeu car leur concurrent était meilleur. J’ai parlé à tous les joueurs, j’ai dit les choses comme elles étaient, qu’ils devaient se chercher une autre équipe. Il fallait assainir le groupe, en reformer un avec le professionnalisme au-dessus de tout. Je crois qu’on a réussi à le faire avec les nouveaux. On le sent, le staff le sent. Yves me disait encore: ‘quand je prends le groupe pour commencer l’entraînement avec 15 minutes de course à l’aise, tout le monde est là et pousse dans mon dos pour aller encore plus vite. La saison passée, après 500 m, je devais crier car 5 ou 6 étaient derrière à 150 m’. Là, on n’aura plus ce problème.”

De votre côté, est-ce que vous pensez avoir commis des erreurs de casting ?

“Nous n’avons pas toujours fait les meilleurs choix. On en a tiré les leçons. On est revenu sur la manière dont on fonctionnait avant où il n’y avait aucun transfert sans unanimité entre dirigeants et staff technique. Là, on a trop investi dans des joueurs qui n’étaient pas prêts pour ce niveau-là.”

Avec un peu de recul, le dossier Ernest Nfor n’est-il pas un échec pour vous ?

“Oui et non. On a été très patient avec lui déjà la saison passée. Parmi les six renvoyés dans le noyau B, il était le seul à ne pas travailler. Il a montré encore une fois qu’il ne pensait qu’à lui. À un certain moment, tu ne peux plus contrôler l’individu… C’est dommage avec tout ce qu’on a fait pour lui : on l’a cherché dans le noyau B à Zulte Waregem, je l’ai fait vice-capitaine car je savais que cela pouvait être un déclic pour lui. Mais quand on commence à oublier qu’on fait partie d’un groupe… Quand il se tenait aux règles du groupe, il a montré ses qualités. Mais si tu te comportes correctement durant 1 an, 1 an et demi, cela ne veut pas dire que tout est permis. Un gars qui fait ce qu’il faut pendant 20 ans et pète les plombs sera aussi puni.”

 

L’homme à suivre : Teddy Chevalier 

Un an après son départ à Waalwijk, Teddy Chevalier est de retour en Belgique. Hein Vanhaezebrouck sait qu’il va devoir gérer une forte personnalité. “Mais il a de telles qualités que le jeu en vaut la chandelle”, assure le technicien. “Il a conscience que c’est une saison importante pour lui et si ça marche pour lui, il sait qu’il ira plus haut. S’il peut changer cela, il y aura de l’intérêt de plus grands clubs et il pourrait relancer sa carrière.” 

 

 

 

Transferts : un effectif étoffé

 

 

 

Arrivées: Teddy Chevalier (Waalwijk); Zarko Tomasevic (Partizan); Maxime Chanot (Beerschot); Ivan Santini (Fribourg); Benito Raman (La Gantoise, prêt); Stijn De Smet (La Gantoise), Robert Klaasen (AZ).

Départs: Stefan Mitrovic (Benfica); David Wijns (OHL); David Vandenbroeck (Zulte Waregem); Ernest Nfor.

Amicaux : 22/06 : Wervik – Courtrai 0-3; 28/06 : Harelbeke – Courtrai 1-1; 29/06 : Courtrai – Lokeren 2-0; 05/07 : Courtrai – White Star 1-0; 06/07 : Courtrai – Waasland Beveren 2-0; 12/07 : Cercle – Courtrai 0-0; 13/07 : RMP – Courtrai 1-0; 17/07 : Roulers – Courtrai 1-4. 21/07 : Courtrai – FC Bruges.

Jonathan Lange

51e927553570dd39f9332e7d.gif


10:42 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Belgique, JUPILER PRO LEAGUE, MERCATO, PORTRAITS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.