Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/05/2013

Le Top 50 de la Pro League (20-16)

Voici notre top 20 de la Jupiler League ! Nous y sommes, les meilleurs joueurs du championnat aux yeux de DH.be sont réunis ici. On ouvre ce top 20 avec une petite surprise et quatre incontournables...

Ce mercredi, retrouvez les cinq joueurs placés entre la 15e et la 11e place !

20. Paul-José MPOKU (Standard)

"Le jeune Mpoku, quand il entrera dans le noyau, il n'en sortira plus". Voilà ce que nous avions entendu au détour d'un couloir de Sclessin il y a plusieurs mois, de la bouche d'un membre du club. S'il n'a pas cartonné dès son tout premier match, le Diable rouge espoir n'a guère mis de temps à se démarquer de manière positive. Une technique au dessus de la moyenne, une bonne finition pour son jeune âge et pas mal d'audace, voilà qui peut résumer le gaillard de 21 ans. Capable d'entrouvrir une porte à Anderlecht dans l'émission "100% Stef" dimanche dernier quatre semaines seulement après avoir déclaré à notre micro que les mauves devaient être "plus humbles", le garçon donne tant de travail aux journalistes qu'aux défenseurs adverses (et à son coiffeur). Espérons qu'il confirmera son statut "d'homme des playoffs" du côté de Sclessin la saison prochaine. Bon, par contre, il faudra tôt ou tard trouver un autre geste fétiche sur le terrain, parce que la "feinte de frappe suivie de deux râteaux" va finir par être connue et contrée par toutes les défenses adverses.

19. Karel D'HAENE (Zulte Waregem)

Moins flamboyant que Thorgan Hazard, moins décisif que M'baye Leye, moins costaud que Junior Malanda, tel apparaît Karel D'Haene. Sous ses airs d'éternel ado, le Flandrien n'en affiche pas moins une solide expérience. A 32 ans, le défenseur de Zulte-Waregem livre sans doute sa saison la plus aboutie. L'anti-starlette par excellence, c'est bien lui. Mais s'il ne paye pas de mine, le joueur a pourtant été infranchissable pour les attaquants adverses. Loin du cliché de l'armoire à glace juste bonne a balancer des ballons vers l'avant, D'Haene s'impose grâce à son intelligence de jeu et son sens du placement. Increvable malgré un physique de gringalet, il n'a en outre raté aucune minute du défunt championnat. Plutôt utile quand votre jeu est basé sur un esprit d'équipe sans faille. Bref, une saison pleine dans tous les sens du terme pour le Belge. Mais chut, ne le dites pas trop fort, le garçon n'aime pas trop qu'on parle de lui...

18. Guillaume GILLET (Anderlecht)

Bien que Gillet ait inscrit le but le plus important de la saison : cette fabuleuse égalisation contre la Croatie avec les Diables, ce sont bien ses prestations en Pro League qui lui valent ce top 20. Ce gros moteur, polyvalent et toujours serein dans son jeu, n'est pourtant pas ce qui se fait de plus moderne au poste d'arrière latéral. Moins offensif que les modèles du genre, l'Anderlechtois se concentre avant tout sur son premier devoir : défendre. Longtemps aligné au milieu de terrain, il ne se refuse jamais l'une ou l'autre montée mais se veut prudent. Car Guillaume est avant tout un joueur intelligent et il sait que son point faible se situe dans son dos. Pour le reste, notre homme est du genre à prendre ses responsabilités, comme en témoignent ses penalties tirés dans les playoffs, et à se rendre décisif, notamment dans les moments-clés. C'est ainsi qu'il a remis Anderlecht sur les rails du titre dans le Clasico face au Standard, à trois journées du terme. Et puis, un Liégeois qui remporte un titre en mauve, cela mérite toujours d'être souligné.

17. Ryan DONK (FC Bruges)

Un mètre 92, 89 kilos. Allez vous frottez à ce genre de colosse ! Avec de telles mensurations, inutile de dire que ça déménage côté brugeois. Mais cette saison, ce n'est pas au coeur de la défense que le Néerlandais a tout ratiboisé. Replacé au poste de n°6 par Juan Carlos Garrido, Donk s'est trouvé un nouveau terrain de jeu. Plus présent dans la construction mais toujours aussi costaud, il a pris une nouvelle dimension dans l'entrejeu. Certes, il ne fait toujours pas dans la dentelle, mais il râtisse, arrache les ballons, relance. Et plutôt bien. Cette nouvelle position permet également de libérer Odjidja de son unique rôle de chien de garde. Et donc de gagner en percussion. Bref, un repositionnement bénéfique pour le Club et Ryan. Bien vu, Juan Carlos !

16. MANDAKIS (Charleroi)

Sans mauvais jeu de mot, tout était parfait pour Mandanda durant la première moitié de saison. Titulaire indiscutable dans la cage des Zèbres malgré la rude concurrence de l'international grec Michalis Sifakis, le Congolais réussissait régulièrement des exploits, assurant le spectacle à de nombreuses reprises. Jusqu'au jour où Yannick Ferrera a logiquement donné sa chance à Sifakis, plus expérimenté et bien meilleur sur papier que son concurrent direct. Le Grec a saisi sa chance et montré l'étendue de son talent. Résultat : Mandanda a joué deux fois plus que son ainé et a grandement contribué au maintien précoce des Carolos. Régulier dans l'ensemble de ses prestations, il n'est toutefois pas aussi rassurant que Sifakis. Celui-ci a beaucoup moins joué mais s'est surtout montré en février, mars et avril. Plus talentueux que la plupart des portiers du pays, il propose un style différent de celui de son rival. Alors on s'est dit qu'une petite fantaisie n'a jamais tué personne et nous avons mélangé les deux. Parce que Mickey (Michalis-Parfait) Mandakis (Mandanda-Sifakis) serait l'un des meilleurs gardiens du monde s'il existait. 

L'équipe foot de DH.be

Le Top 50 de la Pro League (25-21)

Le Top 50 de la Pro League (30-26)

Le Top 50 de la Pro League (35-31)

Le Top 50 de la Pro League (40-36)

Le Top 50 de la Pro League (41-45)

Le Top 50 de la Pro League (50-46)

Le Top 50 de la Pro League

13:00 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Belgique, ÉQUIPE-TYPE, FC BRUGES, JUPILER PRO LEAGUE, RSC ANDERLECHT, RSC CHARLEROI | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.