Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/05/2013

Le Top 50 de la Pro League (30-26)

Nouvelle série de cinq joueurs pour notre top 50, et l'on s'approche toujours plus du podium. De Georgios Galitsios à Franck Berrier , il y en a pour tous les postes, excepté celui de gardien, dans les joueurs mis à l'honneur ce samedi.

La suite du classement, ce sera lundi midi sur DH.be, avec les joueurs classés de la 25e à la 21e place.


30. Georgios GALITSIOS (Lokeren)



Une belle révélation que ce Georgios Galitsios. Dans notre bonne vieille Pro League où les bons arrières droits sont aussi rares qu'en équipe nationale, le Grec aux boucles brunes a donné du fil à retordre aux ailiers gauches de tout le pays. Solide sur l'homme, très difficile à effacer et pas avare d'un bon centre vers la tête d'Harbaoui lors de ses montées en ligne toujours inspirées, Georgios n'est pas étranger à la solidité défensive du Lokeren de Peter Maes. Quand on voit les difficultés qu'ont pu connaitre - à des degrés divers - Anderlecht, le Standard ou Bruges avec leurs latéraux droits respectifs, on leur conseille vivement de jeter un petit coup d'œil du côté de Daknam.

29. Eidur GUDJOHNSEN (FC Bruges)

 

Quand il a débarqué au Cercle au beau milieu du mois d'octobre, on était un peu sceptiques. Franchement, qu'est-ce que ce mec de 34 piges, avec tout le respect qu'on avait pour sa carrière, allait bien pouvoir faire pour aider ces Brugeois à la dérive? Eidur Gudjohnsen n'a pas mis longtemps pour répondre: quatre matches, quatre buts. Sympa, l'entrée en matière. Une dizaine de rencontres et deux nouveaux buts plus tard, Eidur a troqué le vert pour le bleu, et a changé de club sans changer de stade. Malgré un temps de jeu moins important, l'Islandais claque encore trois buts et autant de passes déc'. Surtout, sa technique, sa vision du jeu et sa couverture de balle nous ont régalé une saison durant. Pourvu que c'Eidur…

28. Kanu (Standard)

 

On peut discuter sur les choix capillaires du Brésilien. Parce que sur sa solidité défensive, il n'y a franchement pas grand-chose à dire. Kanu est taillé dans le roc. Un monstre de physique intraitable au marquage, adepte de la faute intelligente. Bref, un cauchemar pour la plupart des attaquants du pays qui sentent son souffle dans leur nuque. Par contre, une fois qu'il s'agit de relancer proprement, c'est une toute autre affaire. Dans cette saison débutée en octobre, envie d'Olympiakos oblige, l'homme aux tresses rouges n'aura trouvé le chemin des filets qu'une seule fois en 27 rencontres. Et défensivement, son gabarit impressionnant conjugué à celui de Van Damme devrait faire du Standard une équipe imprenable sur phases arrêtées. Pourtant, on connait les problèmes des Rouches à ce sujet…

27. Massimo BRUNO (Anderlecht)

 

Qui, en début de saison, aurait pu prédire que Massimo Bruno ferait figure de quasi incontournable du onze mauve? Après son caviar à quinze millions pour Mbokani, le jeune Borain a découvert la Pro League et la Ligue des Champions en l'espace de quelques semaines. Un rêve éveillé qu'il a mené à toute allure, à l'image de ses débordements virevoltants et de ses centres au cordeau, qui ont coûté quelques reins aux arrières gauches du pays. Il manque encore de la régularité et des stats plus impressionnantes (7 buts, 6 assists) à Massimo, mais il n'a que 19 ans. L'efficacité, il laisse ça à Papa Jova. Bruno a fait le show et apporté une bonne dose de fraicheur, par ses actions et son éternel sourire, à cette équipe d'Anderlecht.

26. Franck BERRIER (Zulte-Waregem)

 

Si la saison s'était arrêtée en décembre, Franck Berrier aurait certainement terminé dans le top 10: le maestro du Gaverbeek n'avait certes délivré que cinq passes décisives, bien loin de son rythme habituel. Mais voilà: il avait trouvé le chemin des filets à dix reprises, tutoyant ainsi les Mbokani, Ibou et Bacca tout en haut du classement des agitateurs de filets. La suite, par contre, ressemblera à un cauchemar: Hazard prend de l'importance dans l'effectif, Leye aussi. Berrier supporte mal cette place à l'ombre, murmure-t-on dans les couloirs du Essevee. Le Français n'a plus le même impact sur le jeu, se mange une claque de Leye dans le money-time, et vit depuis le banc la résurrection des siens face à Lokeren et Bruges. Voilà comment une saison d'exception se mue en bonne saison, et coûte une bonne dizaine de places au Frenchie dans notre top 50.

L'équipe foot de DH.be

 

15:47 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Belgique, ÉQUIPE-TYPE, FC BRUGES, JUPILER PRO LEAGUE, RSC ANDERLECHT, STANDARD LIÈGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.