Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/08/2012

Chelsea 1-4 Atletico (Supercoupe d'Europe) : le bulletin des Diables

Comme nous le ferons souvent cette saison, voici une brève analyse du match de nos Diables rouges à l'étranger. Thibaut Courtois était opposé à "son" club ce vendredi soir, en Supercoupe d'Europe. Et par la même occasion à Eden Hazard. Le score final (1-4 en faveur de l'Atletico !) ne risque pas de donner envie à l'ex-Genkois de rejoindre rapidement les Blues.

Et pour cause, ceux-ci ont été inexistants. Plus séduisants dans la possession de balle que la saison dernière, avec de meilleurs enchainements, Chelsea a décidé de changer de style de jeu. Malheureusement, mettre plus de joueur devant le ballon pour le conserver plus facilement signifie être moins nombreux en reconversion défensive. Et quand on joue l'Atletico de Falcao (ce type-là est sans doute aujourd'hui le meilleur avant-centre du monde, soit dit en passant), cela se paie cash. Car le Chelsea joueur manque encore d'expérience. Et, surtout, en l'absence de Terry, il faut reconnaitre que la paire Cahill-David Luiz ne pèse pas bien lourd. Mais ce sont surtout Eden Hazard et Thibaut Courtois qui nous intéressaient ce soir. Voici leur prestation à la loupe.

Thibaut Courtois (6/10) : quel bonheur de voir à nouveau notre compatriote arborer fièrement le drapeau belge sur le podium destiné à la remise d'un trophée européen. Au niveau du match, le grand portier des Diables n'a pas eu grand chose à faire. Trois ou quatre prises de balles aériennes, tout au plus. Il l'a bien fait, mais il n'y a pas de quoi en faire un fromage tant Chelsea l'a peu inquiété. Sur le but à bout portant de Cahill, il ne pouvait rien faire.

Eden Hazard (6/10) : la meilleure note, ou presque, que l'on peut donner à joueur de Chelsea ce soir. Eden a été le seul à s'impliquer à fond en première mi-temps. Il a décroché (comme Torres et Mata mais ceux-ci avaient moins de réussite) pour tenter de trouver des solutions mais quand toute l'équipe ne tourne pas, il n'y a pas grand chose à faire. En seconde période, Oscar est bien entré et sera sans doute le troisième homme en soutien de Torres dans le 4-2-3-1 version Di Matteo. On regrettera de nouveau quelques pertes de balle dues à la nonchalance de notre compatriote mais il a aussi et surtout bonifié plusieurs mauvaises passes qui lui étaient adressées, soit en remettant tout l'équipe dans le sens du jeu, soit en obtenant un coup franc. Malgré l'énorme contre-performance de Chelsea ce soir, la place de titulaire du Diable rouge n'est certainement pas remise en cause. D'autant plus que Chelsea ne jouera son prochain match qu'après la trêve internationale, à la mi-septembre, contre QPR. Une nouvelle équipe du milieu de tableau contre laquelle la percussion d'Eden devrait faire des ravages.

Radamael Falcao (9.5/10) : on n'avait dit qu'on ne cotait que les Diables ? D'accord, mais on n'a pas tous les jours l'occasion d'adresser une telle note à un joueur. Et quel joueur. Sans doute le meilleur n°9 de la planète depuis quelques mois et, peut-être, le meilleur joueur tout court. Pourquoi diable les médians offensifs auraient le monopole ? Messi, Ronaldo et Iniesta ne sont pas les seuls à pouvoir gagner des matches à eux seuls. Ce soir, au menu, c'était double face-à-face remporté avec le gardien adverse et, surtout, l'enroulé lucarne opposée. La spécialité maison. Sans les montants de Cech, Falcao en plantait 5.

On regrettera simplement que le Colombien ne quitte pas l'Atletico cet été, parce qu'il mériterait de nous régaler en Champion's League. Mais c'est tant mieux pour Thibaut Courtois, qui se verra encore offrir l'un ou l'autre trophée grâce au talent de son équipier, à n'en pas douter. Comme quoi, on peut être Colombien, jouer dans une équipe d'Europa League, avoir un prénom douteux et être l'un des joueurs à la plus grande valeur marchande du monde.

Signalons enfin que le gaillard aurait déjà mérité un 9.5/10 en finale d'Europa League la saison dernière. Etre au rendez-vous dans les grand matches, c'est aussi ça le talent.

22:54 Écrit par tackle on web dans Belges à l'étranger, Bulletin de notes, Rédaction | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Le PSV plante 9 buts en Europa League

 
 

15:38 Écrit par tackle on web dans EUROPA LEAGUE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

William Conde libère le Red Bulls

 

09:24 Écrit par tackle on web dans Buts d'anthologie, LES RESTES DU MONDE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : william conde, major soccer league, mls, new york red bulls, dc united |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Eto'o, Boussoufa et Carcela régalent contre l'AZ

Le but de Samuel Eto'o vaut particulièrement le détour

 

30/08/2012

Messi et Ronaldo s'évitent au terme de la Supercoupe d'Espagne

Les grands champions ont tous, ou presque, énormément d'orgueil. C'est le cas de Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. Les deux hommes ne peuvent donc pas s'apprécier. Ils ont ainsi décidé de se nier poliment au terme de la Supercoupe d'Espagne remportée par le Real Madrid. On notera toutefois que Ronaldo a eu la gentillesse de ne pas narguer les Barcelonnais en fanfaronnant devant eux. Le respect est donc bien là, c'est le principal !

14:15 Écrit par tackle on web dans ESPAGNE, INSOLITE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Jacobs n'est définitivement pas une étoile

Ariel Jacobs est à nouveau passé à côté d'une belle occasion de rejoindre la Ligue des Champions

Après les cuisants échecs BATE Borisov et Partizan Belgrade, Ariel Jacobs vient donc de buter sur Lille au dernier tour préliminaire de la Ligue des Champions. Si sur le papier Copenhague n'avait pas le statut de favori qu'avait Anderlecht contre les Biélorusses et les Serbes, c'est un nouvel échec pour l'entraîneur belge.

Après avoir eu un petit coup de pouce de l'arbitrage face à Bruges pour rejoindre ce dernier tour des barrages, le scénario de cette double confrontation face au troisième de la dernière Ligue 1 peut en effet laisser des regrets au vice-champion danois.

aj.gifEt pour cause, Copenhague entamait le match aller de la meilleure des manières. En privant Lille du ballon (ce qui n'est pas une mince affaire) et en se montrant aussi fort techniquement que physiquement, la bande à Ariel avait impressionné son monde lors de la première mi-temps du match aller. Malheureusement pour eux, les Danois ouvraient la marque juste avant la mi-temps. "Malheureusement" car ce fut le tournant de cette double confrontation. Au retour des vestiaires, Jacobs s'était mis en tête de défendre le maigre avantage d'un but obtenu quelques instants plus tôt. Tiens tiens, voilà qui nous rappelle quelque chose...


Lille courageux, mais pas glorieux

Au terme du match aller, il n'y avait pourtant rien à redire tant le résultat (1-0) semblait favorable aux Danois, bien que Lille se soit procuré plusieurs occasions en deuxième mi-temps. Mais la maladresse de Dogues peu rodés en ce début de saison permettait à leurs adversaires de se déplacer dans le Nord de la France avec la possibilité de tuer la double confrontation en inscrivant un petit but à l'extérieur. Un but qui aurait contraint les ex-partenaires d'Eden Hazard à marquer par trois fois. Bref, une mission presque impossible quand on sait que Salomon Kalou et Marvin Martin, les deux recrues appelées à remplacer notre Diable rouge, sont encore loin de leur meilleur rendement en ce début de saison.

Mais voilà, après avoir annoncé haut et fort avant la rencontre que Copenhague jouerait pour marquer car son équipe "ne savait pas défendre", Jacobs est retombé dans ses travers. Malgré une énorme occasion en début de match due à un mauvais alignement de Basa et un ou l'autre cafouillage dans la surface d'un Micka Landeau à nouveau très solide, Copenhague a laissé Lille contrôler la partie en dépit d'une possession de balle équilibrée. Et si l'accession à la piste aux étoiles s'est jouée au terme de prolongations, Copenhague n'a jamais semblé en mesure d'inquiéter le Losc dans cette joute retour. Pourtant, la bande à Rudi Garcia n'est pas réputée pour être un foudre de guerre des débuts de saison, et cela semblait encore se vérifier cette année. L'occasion était donc belle, pour Ariel, surtout au vu du potentiel démontré par son équipe lors des 45 premières minutes du match aller.

Les Lillois doivent autant leur retour aux affaires à leur solidarité et à leur calme qu'à Ariel Jacobs, qui aurait pu qualifier son nouveau club avec un peu plus d'audace. Les partenaires de Rio Mavuba auront donc l'occasion de remplir leur magnifique stade de 50.000 places pour trois matches de gala qui se dérouleront, faut-il le rappeler, à dix minutes de la frontière belge. Signalons enfin que Lille et Anderlecht ne pourront pas se rencontrer dans la phase de poules puisqu'ils sont tous les deux placés dans le pot 3.

(Nicolas Christiaens)

 

sondage

12:04 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, Belges à l'étranger, CHAMPION'S LEAGUE, Rédaction | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Les débuts tonitruants de Mirallas avec Everton

 
 

10:36 Écrit par tackle on web dans Belges à l'étranger, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

29/08/2012

Quelles ambitions européennes pour Anderlecht ?

anderlecht,ambitions,c1,transfertsCa y est ! Après 6 ans, l'hymne de la Champion's Leagueva de nouveau résonner dans le Parc Astrid. Anderlecht va de nouveau se frotter aux cadors de la scène européenne, mais que pourra-t-il revendiquer ? Au vu du match de Limassol, on peut penser qu'il sera difficile pour les Bruxellois de briller. Le spectre du 0/18 de la saison 2004-2005 pointe le bout de son nez à l'ombre de Saint-Guidon, mais a-t-on raison de se montrer si alarmiste ?

Défense, ce cher souci


L'effectif actuel peut-il tenir la route ? Ca semble difficile, surtout en défense où sont apparus de nombreux signes de fébrilité. Denis Odoi n'a pas totalement convaincu au <i>back</i> droit, Marcin Wasilewski n'offre pas tous les gages de sécurité dans l'axe et les deux gauchers Behrang Safari et Olivier Deschacht soufflent tous les deux le chaud et le froid. Enfin, Roland Juhasz, pièce maîtresse de l'arrière garde bruxelloise, peine à retrouver une place de titulaire au sein du onze de base de John Van den Brom. Au final, seul Cheikhou Kouyaté et le gardien Silvio Proto semblent avoir le niveau requis pour la plus prestigieuse des <i>Ligues</i> européennes. Une misère…

C'est pour cela qu'avant le double affrontement contre Limassol, van den Brom avait exigé la venue d'un défenseur central supplémentaire. Niklas Moisander correspondait parfaitement au profil recherché, mais le transfert avorté de Matias Suarez à Moscou a tout changé. Du coup, c'est sous la liquette de l'Ajax que le Finlandais disputera les poules de la CL. Du côté de la direction mauve, on se dit satisfait de la défense actuelle, mais l'entraineur néerlandais n'est sans doute pas arrivé au même constat. Les millions engendrés par cette qualification devraient donc accélérer la venue de ce type de joueur. Maintenant qui sera l'heureux élu ? Le nom de Thimothy Derijck, qui n'est pas souvent titulaire au PSV a circulé à un moment. Mais Anderlecht n'essaiera-t-il pas d'attirer un plus gros poisson ?

Praet ou Vargas peuvent-il élever le niveau du milieu ?

Au milieu, Anderlecht n'a pas non plus donné entière satisfaction. Le duo Lucas Biglia - Sacha Kljestan n'a pas la carrure européenne. L'Américain fait son possible tandis que l'Argentin semble stagner dès qu'il évolue hors de la Belgique. Eternel remplaçant sous l'ère Jacobs, Kanu est devenu incontournable aux yeux de van den Brom. Si le Brésilien est capable de l'un ou l'autre coup d'éclat, il manque cependant de cette régularité nécessaire pour rivaliser avec les meilleurs clubs européens. Ce qui manque surtout, c'est un milieu complet capable d'apporter une dose de créativité. Dennis Praet a le potentiel pour devenir ce type de joueur, mais il a encore beaucoup apprendre à ce niveau. Ronald Vargas pourrait bien être celui-ci, mais ses blessures à répétition l'ont fragilisé et surtout, il ne faut pas s'attendre à ce qu'il retrouve directement son meilleur niveau.

Iakovenko, d'inutile à précieux ?

Sur les ailes, le champion de Belgique ne manque pas d'arguments sur papier. Milan Jovanovic et Guillaume Gillet disposent du talent et de l'expérience nécessaires pour la Champion's League, mais sur le terrain, ils ne parviennent pas à le montrer. Le Serbe n'a plus la vitesse qui lui permettait de faire souffrir les défenses adverses, il ralentit le jeu, ne fait plus aussi souvent les bons choix et est surtout susceptible de déraper à tout moment comme lors de son carton rouge à Limassol. Le Belge est lui trop dépendant de ses pics de forme. Quand tout va, Gillet est capable d'évoluer à un haut niveau, quand ça va moins bien, il redevient un joueur moyen, incapable de tirer l'équipe vers le haut. A côté de ce duo, on retrouve Sacha Iakovenko. Si l'Ukrainien a retrouvé des couleurs et s'est montré décisif sous la houlette de Van den Brom, il ne faut pas oublier qu'il était jusqu'il y a peu la cinquième roue de la charrette qu'Anderlecht essayait de prêter à Westerlo ou à Louvain. Difficile donc de l'imaginer à moyen terme comme sauveur de la maison mauve. Et puis, il y a Massimo Bruno, décisif pour sa montée contre Limassol. Sa fraîcheur et son enthousiasme pourraient être intéressants, mais c'est sans doute un peu faible pour bousculer le Barça ou Manchester United.

Mbokani, une classe à part

Enfin en ce qui concerne l'attaque, Anderlecht peut compter sur Dieumerci Mbokani. Le Congolais a encore étalé toute sa classe contre Limassol et sait se montrer décisif lors des grands rendez-vous. Avec le Congolais, le club de la capitale peut espérer forcer l'un ou l'autre exploit sur la scène continentale. Le hic, c'est que derrière lui, c'est le désert. Tom De Sutter fait ce qu'il peut, mais il est indéniablement trop court pour le niveau européen. Quant à Matias Suarez, ses problèmes d'inflammation au genou le priveront de la plus belles des compétitions de clubs. Autant dire que ca reste un peu faible.

Rien à perdre

Il ne reste donc que quelques jours aux dirigeants anderlechtois pour tenter deux, trois coups sur le marché des transferts. Le problème, c'est qu'il faudra d'abord vendre quelques éléments surnuméraires du noyau avant de transférer d'autres joueurs. La crise n'aidant pas, Anderlecht devra encore faire avec ces quelques plantureux contrats inutiles. Ce sera donc l'occasion rêvée de faire la part belle aux jeunes et de leur faire enmagasiner de l'expérience pour la(es) prochaine(s) saison(s). La marge de manœuvre semble faible et les ambitions du club le plus titré du pays dépendront de la clémence de la main innocente. Si celle-ci se montre trop lourde, les champions de Belgique pourraient se retrouver en compagnie par exemple du FC Barcelone (pot 1), de Manchester City (pot 2) et du Borussia Dortmund (pot 4). Trois affiches qui feraient saliver le trésorier, mais qui limiteraient les ambitions sportives. En revanche, si le destin devait offrir le Milan AC (pot 1), un adversaire sur le déclin après les départs d'Ibrahimovic et Thiago Silva, Braga (pot 2), une équipe devant faire face chaque année à l'exode de ses meilleurs joueurs) et Nordsjaelland ou BATE Borisov, deux formations au moyens plus limités que les bruxellois, Anderlecht pourrait espérer créer une surprise à l'instar de celle de celle de la saison 2000-2001. Contrairement aux matchs contre Ekranas et Limassol où ils avaient énormément à perdre, les mauves pourront jouer l'esprit libéré. Et dans ce cas, tous les espoirs peuvent être permis.

F.Chl.

15:40 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, CHAMPION'S LEAGUE, RSC ANDERLECHT | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anderlecht, ambitions, c1, transferts |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Bruno, déjà mieux que Romelu !

anderlecht,massimo bruno,romelu lukakuMassimo Bruno a fait une entrée remarquée ce mardi face à Limassol, en contribuant à la qualification pour la C1

Le marquoir affichait 0-0, le chronomètre était dans la 74e minute du match et, surtout, les spectateurs laissaient entrevoir une moue interrogative quand Massimo Bruno a fait son apparition sur la pelouse du Parc Astrid.

Et pour cause, là où on attendait Dennis Praet, John van den Brom a tenté le tout pour le tout en lançant son jeune attaquant de 18 ans dans un match qui valait entre 11 et 17 millions d'euros (en fonction des primes que récoltera Anderlecht durant la phase de poules de la Champion's League). Si le garçon avait déjà été titularisé en D1 avec Charleroi (contre le Cercle de Bruges, le 23 mars 2011), il n'avait encore fait qu'une apparition sous la liquette mauve. C'était contre... le Cercle de Bruges, le 12 août dernier. Il avait alors remplacé Dieumerci Mbokani pour les cinq dernières minutes de la rencontre.

Jacobs avait lancé Lukaku dans le test match

Le côté novice de Bruno met évidemment en relief une montée au jeu pour le moins efficace. Alors qu'Anderlecht était à la peine dans les 30 derniers mètres et que Limassol cassait sans cesse le rythme, Massimo Bruno, sur les trois ou quatre bons ballons qu'il a reçus, est systématiquement parvenu à adresser de bons centres, sans chercher à dribbler ou déborder. Il s'est ainsi servi à merveille de la taille de ses attaquants, et notamment Mbokani, qui n'avait jamais pu faire la différence en décrochant pour participer à la construction des attaques placées.

Si Jordan Lukaku ou encore Dennis Praet avaient beaucoup fait parler d'eux avant d'être propulsés dans les matches officiels, le dernier jeune anderlechtois à avoir été lancé dans un match à grand enjeu était un certain Romelu Lukaku. C'était un soir de mai 2009, à l'occasion du test match retour entre le Standard et Anderlecht. Lui aussi avait eu la chance unique de débloquer (ou pas, en l'occurrence) un match compliqué d'Anderlecht, sans pour autant avoir la moindre pression sur les épaules. Malgré une belle activité et une action dangereuse provoquée par un double passement de jambes et un excellent centre, le Diable rouge qui venait de fêter ses 16 ans, n'avait pu empêcher le deuxième titre consécutif du Standard (qui était alors qualifié directement pour la Ligue des Champions). Lukaku avait toutefois eu la chance d'être lancé pour de bon dès la saison suivante, peut-être indirectement "grâce à" la non qualification des Mauves pour la C1. Ironie du sort, Bruno devra quant à lui faire face à une plus rude concurrence, surtout avec les retours de blessures annoncés.

Mais avant de spéculer sur l'avenir de l'ex-Carolo au Parc Astrid, on peut aujourd'hui affirmer que, même avec deux ans de retard sur son prédécesseur, Massimo Bruno a fait mieux que Romelu Lukaku. La comparaison est évidemment forcée tant les deux joueurs ont un profil différent, mais s'ils ont bien un point commun, c'est celui d'être désormais très attendus !

N. Ch.

15:31 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, CHAMPION'S LEAGUE, Rédaction, RSC ANDERLECHT | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anderlecht, massimo bruno, romelu lukaku |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

La panenka ratée à 15 millions d'euros

Il n'y a pas qu'à Anderlecht qu'on manque d'adresse lors d'une séance de tirs au but. Hier, l'Udinese et Braga ont du avoir recours à la célèbre loterie footballistique pour déterminer quel club aura le droit de palper les 15 millions d'une participation à la phase de poules de la Champion's League.

Et dans cet exercice où la maîtrise de ses nerfs prime sur la technique de frappe, ce sont les Frioulans qui ont finalement craqué. Maicosuel, le milieu offensif de l'Udinese, avait sans doute regardé le quart de finale de l'Euro entre l'Italie et l'Angleterre. Soucieux d'imiter Andrea Pirlo, le Brésilien a tenté la panenka. Mais la résussite l'a boudé puisque, le portier de Braga, ne s'est pas laissé enfumer.

On se sent moins seul du côté d'Anderlecht.


14:32 Écrit par tackle on web dans BOULETTES ET RATÉS, CHAMPION'S LEAGUE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maicosuel, udinese, braga, champion's league, panenka |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

L'enfant sans pieds au Barça

 

12:30 Écrit par tackle on web dans ESPAGNE, INSOLITE, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : garbiel ferreira, 11 ans, fc barcelone, la masia, sans pieds |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

Bruno, le pari gagnant de Van den Brom

Belga, massimo brunoJohn van den Brom a réalisé son premier objectif : il a qualifié Anderlecht pour la Ligue des Champions. Soyons honnêtes : on a froncé les sourcils en voyant certains de ces choix. Tout d’abord, on n’attendait pas Kljestan mais Iakovenko dans le onze de base. Mais surtout : quelle surprise de voir Massimo Bruno monter au jeu, et non pas Dennis Praet. Avalons vite nos doutes. C’est Bruno qui a fait basculer le match. À plusieurs reprises, le jeune Carolo a balancé d’excellents centres devant le but. Alors que ses coéquipiers semblaient paralysés par l’enjeu de 17 millions, Bruno est monté au jeu sans le moindre complexe, au plus grand plaisir de Mbokani, l’éternel sauveur des Mauves . Bruno a donc donné raison à son coach, qui avait pris un énorme risque. Sous Ariël Jacobs, personne n’avait entendu parler de lui. Sous van den Brom, Bruno a la valeur d’un nouveau transfert. Pourvu qu’il reçoive sa chance au bal des champions. On n’en doute pas.

(Yves Taildeman)

Massimo Bruno a récolté un 7,5 pour sa montée au jeu. Combien ont obtenu ses petits camarades ?

Massimo Bruno a réagi à notre micro, Retrouvez aussi les réactions d'Odoi, Deschacht, Kouyaté, Proto et Gillet

11:28 Écrit par tackle on web dans ANALYSE, CHAMPION'S LEAGUE, RSC ANDERLECHT | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : massimo bruno, champion's league, anderlecht, ael limassol, john van den brom |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook

La malédiction du chat a-t-elle frappé Toronto ?

 

10:56 Écrit par tackle on web dans INSOLITE, LES RESTES DU MONDE, Sport, VIDÉOS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chat noir, black cat, toronto fc, santos laguna, concacaf |  Imprimer | | | | Pin it! | |  Facebook